La Génération Z et sa vision du monde de l’entreprise

Ils ont été nombreux à répondre à cette enquête car l’univers professionnel les intéresse, suscite leur curiosité, même s’ils souhaitent que ce monde  connaisse de grandes mutations, plus encore qu’il n’en a connu ces dernières années.

Les Z et la formation

40 % citent « le bon réseau » comme LA clé de la réussite, et plus ils ont été en contact avec l’entreprise, plus ce chiffre est fort, plus important que le fait d’avoir un bon diplôme, ou un bon CV.

Conscients de l’obsolescence des connaissances, du fait que les métiers de demain n’existent pas aujourd’hui, ils remettent en cause l’importance du diplôme et savent qu’ils devront être dans « l’auto-apprentissage permanent ». 7,5 % seulement citent l’école à la question « quelles seront les sources d’apprentissage dans 10 ans ». Elle n’est pour eux qu’un canal parmi d’autres, ils seront entrepreneurs de leur formation et devront se constituer leur propre bibliothèque de savoirs.

Les Z et l’entreprise

Ils qualifient l’entreprise de « dure », « compliquée », « impitoyable » « une jungle ». Les Z ne se reconnaissent pas dans les modèles d’entreprise existant ; 47 % voudraient créer la leur.

Enfants de la crise, avec un avenir incertain, ils veulent profiter à fond du présent, tant au niveau personnel que professionnel. A salaire égal, 25 % choisiraient l’entreprise la plus « fun », 21 % la plus éthique.

Ils se projettent dans des modèles de vie équilibrée, où l’épanouissement est pluriel. Ils rêvent d’une entreprise plus innovante, plus humaine en interne, mais aussi à l’extérieur, plus flexible pour les salariés, plus égalitaire, avec une hiérarchie aplatie.

Certains dirigeants et DRH ont anticipé l’intégration de cette génération dans l’entreprise, en initiant une réflexion sur les mutations possibles. L’arrivée de ces jeunes ultra connectés, exigeants, et entrepreneurs dans l’âme, risque de leur donner encore quelques soucis.

Agenda d’avril et mai 2017

AVRIL 2017    
1er avril Salon Studyrama des études supérieures et des poursuites d’études Bordeaux

Palais de la Bourse

1er avril Salon Studyrama des études supérieures et des  poursuites d’études Marseille

Palais du Pharo

4 au 6 avril Journées Jobs d’été Grenoble

ADIIJ ville de Grenoble

5 avril Journée  Jobs d’été Lyon

Hôtel de Cille

7 et  8 avril Salon de l ‘apprentissage et de l’alternance de l’Etudiant Bordeaux

Quai des  Chartrons

7avril  Journée  Jobs d’été Rouen
8 avril  Journée d’information sur les chantiers de bénévoles Paris  12ème

181 av Daumesnil

19 avril Journée  Jobs d’été Sartrouville (78)
26 avril Journée  Jobs d’été Cergy Pontoise (95)
MAI 2017
2 mai Reprise des cours après les vacances de printemps Zone A
26 mai Pont de l’Ascension : jour vaqué dans les  lycées France entière
26 – 27 et 28 mai CONGRES NATIONAL PEEP Avignon

Palais des Papes

L’alternance : une voie efficace pour l’intégration professionnelle

Deux types de contrats, une rémunération selon l’âge

Très répandue dans beaucoup de pays, la formation en alternance gagne peu à peu ses galons en France. Apprentissage et professionnalisation sont les deux types de contrats proposés, s’adressant aux jeunes de 16 à 25 ans, avec pour objectif de les aider à acquérir des compétences à la fois théoriques et pratiques. Le contrat d’apprentissage dure de six mois à trois ans, avec un minimum de 400 heures de formation permettant l’acquisition d’un diplôme, tandis que celui de professionnalisation est de six à douze mois (24 mois dans certaines conditions).

Un emploi en alternance est rémunéré d’après une grille fixée selon l’âge et le type de contrat. Par exemple, un apprenti entre 18 et 20 ans perçoit  41 % du Smic la première année, 49 % la seconde année et 65 % la troisième année. Par ailleurs, l’entreprise prend en charge tout ou partie de ses frais de scolarité.

Expérience et employabilité

En dehors de la rémunération, le principal point fort d’une formation en alternance est l’acquisition d’une solide expérience professionnelle en parallèle du diplôme. De quoi lever bien des barrières pour se lancer ensuite sur le marché du travail. Cela permet également de se frotter à la réalité d’un métier et éventuellement de décider d’une reconversion vers un autre secteur, si celui découvert ne convient pas.

Beaucoup d’employeurs ont du mal à trouver les profils qualifiés dont ils ont besoin. L’alternance permet de remédier à ce problème en formant le jeune à la fois au métier et à la culture de l’entreprise. Il n’est donc pas rare que l’employeur propose un poste à l’issue d’une formation en alternance. C’est ainsi que plus de 70 % des jeunes apprentis trouvent un emploi dans les sept mois suivant leur formation, dont 64  % en CDI.

Un job étudiant pour cet été : les bonnes pistes

Les  outils à la disposition de vos enfants pour prendre connaissance des offres de jobs d’été  et entrer en contact avec les entreprises qui recrutent sont nombreux.

La traditionnelle candidature spontanée, et la rencontre en face à face lors de salons ou jobs datings restent des options à envisager. Tout le reste démarrera en général par une recherche sur internet.

LES SITES GÉNÉRALISTES

Voici une liste de sites sur  lesquels ils trouveront des offres pouvant les concerner.

www.indeed.fr : portail proposant de nombreuses offres d’emplois au plan national. Selon les offres, possibilité  postuler en direct ou via le site en déposant votre candidature.

www.keljob.com : ce portail permet d’accéder aux annonces publiées par plus de 440 sites (institutionnels, emplois, sites d’entreprises, de cabinets de recrutement ou de sociétés de travail temporaire).

www.meteojob : offres d’emplois dans des secteurs variés, au plan national (centres d’appel, restauration,…), des stages et de l’alternance. Il faut être inscrit pour pouvoir postuler ; des alertes sont ensuite envoyées.

www.pole-emploi.fr : après avoir cliqué sur candidats, puis sur l’espace recherche emploi, il faut créer son espace personnel pour accéder aux services personnalisés de recherche d’emploi.

www.regionsjobs.com : des offres d’emploi et également de nombreux stages classés, comme le nom l’indique, par région. Possibilité de déposer votre CV, mais également de postuler directement.

www.sourcea.fr : accès simple aux offres des recruteurs, mais seulement pour les annonces « urgentes ». Toutes les offres ne sont pas destinées à des étudiants.

LES SITES ETUDIANTS

www.cidj.com : c’est le site emploi du CIDJ (Centre d’Information et documentation Jeunesse). Beaucoup d’informations pratiques et un petit guide à consulter en ligne. Idéal pour entamer ses recherches.

emploi.clubetudiant.com : des offres de  jobs et de stages sont  consultables (baby sitting, cours particuliers, animation, restauration rapide, vente, ….).

www.etudiemploi.com : consultation des offres via l’annuaire des jobs, dépôt de CV et témoignages d’étudiants qui ont exercé différents jobs.

www.jobaviz.fr : de nombreuses offres consultables librement. Pour pouvoir postuler, il faut au préalable se créer un compte.

www.letudiant.fr : de nombreuses offres sélectionnables par région ou par secteur d’activité.

www.jobetudiant.net : offres classées principalement par ordre d’arrivée (les plus récentes apparaissent en premier), tous secteurs confondus. Il faut s’identifier pour postuler.

www.studyrama-emploi.com : les offres sont bien présentées, la rémunération est indiquée. Il faut remplir un CV en ligne, on reçoit ensuite un mail, et seulement après, on peut obtenir les coordonnées d’une entreprise.

www.studentjob.fr : des offres classées par secteur d’activité et par région. Consultation libre, mais inscription nécessaire pour pouvoir postuler.

JOURNEES JOBS D’ETE : quelques dates à venir

BORDEAUX : 30/03 – Halle des Chartrons de 10h à 16h30

TOULOUSE : 30/03 – MCEF de 13h à 18h

GRENOBLE : 04 au 06/04 – ADIIIJ

LYON : 05/04 – Hôtel de Cille de 10h à 18h

ROUEN : 07/04 – Halle aux Toiles de 9h30 à 17h30

SARTROUVILLE (78) : 19/04 de 14h à 18h

CERGY-PONTOISE (95)  : 26/04 de 14h à 17h

 

La recherche d’un 1er logement étudiant sans stress pour la prochaine rentrée

La recherche d’un premier logement constitue toujours une étape importante, qu’il s’agisse d’un studio loué seul, en colocation ou dans une résidence étudiante.

Plusieurs solutions pour se loger s’offrent aux étudiants. Vous penserez peut-être en 1er lieu aux Résidences Sociales du CROUS, mais il y a plus de demandes que d’offres, et les admissions se font sur critères sociaux (informations sur www.locaviz.fr). Pour y accéder, les étudiants doivent constituer leur D.S.E. (Dossier Social Etudiant) avant le  31 mai. Ces logements ouvrent droit à l’APL (Aide Personnalisée au Logement).

Si votre enfant arrive dans une ville où il ne connaît personne, loger en Résidence étudiante lui permettra de se sentir moins seul.

Les résidences avec services  se sont multipliées ces dernières années, du fait de l’importance de la demande de logements étudiants dans les grandes villes universitaires. Toutes ces résidences sont généralement situées soit aux abords des établissements d’enseignement supérieur, soit en centre-ville, à proximité des transports en commun et des commerces.

Il existe des  résidences sociales gérées par des organismes de l’Economie Sociale et Solidaire dont les loyers sont plafonnés ; elles ouvrent droit à l’APL (ONLE/OSE CLUB ETUDIANT, ARPEJ,…).

Les logements sont presque toujours meublés, ce qui vous évite d’investir dans du mobilier et vous épargne le coût d’un déménagement. Elles sont généralement équipées de services collectifs variés (laverie, foyer, salle de gym, …). Lorsque ce sont des résidences para-hôtelières, elles  comportent au moins 3 des 4 prestations suivantes : petit-déjeuner, nettoyage régulier des locaux, fourniture de linge de maison, réception.  Elles ouvrent droit à l’ALS (Allocation de Logement Sociale).

Pour bénéficier d’un logement en Résidence étudiante, en particulier dans les villes où le marché locatif est tendu, il est préférable de faire une réservation très rapidement, sans attendre les résultats du Bac.

Le Club Etudiant propose 7 300 logements répartis dans 52 résidences en Ile de France et dans 14 autres villes universitaires. Elles disposent d’un bureau d’accueil avec un intendant à l’écoute des étudiants et de leurs parents. C’est le  seul organisme qui offre la possibilité de signer un contrat de location sous conditions suspensives dès le mois de mai (annulation du contrat si échec aux examens et remboursement intégral de l’acompte de réservation). Il vous permet aussi de bénéficier d’une avance sur l’aide au logement (APL ou ALS), le temps que la CAF procède au premier versement.  Vous pouvez  découvrir ces résidences et faire  une demande de dossier sur le site http://residences.clubetudiant.com

Les adhérents de la PEEP bénéficient de réductions sur les frais de dossiers qui sont payables en 3 fois sans frais, tout comme le dépôt de garantie.

 

Soutien scolaire : 3 méthodes de travail gratuites et du coaching avec Edumalin

edumalin

3 méthodes de travail gratuites et du coaching

Parents, avec Edumalin, le tout nouveau partenaire de la PEEP, vous êtes son meilleur soutien scolaire !

Edumalin, s’adresse aux parents et se centre sur les méthodes de travail. Le temps des devoirs devient plus efficace, plus serein et moins chronophage.

Sur www.edumalin.fr, en 2 clics, obtenez 3 méthodes gratuites pour résoudre le problème de votre enfant.

« Il ne veut pas faire ses devoirs… »

« Il n’est pas organisé,… »

« Il perd ses moyens en classe… »

« Il a du mal à apprendre ses leçons… »

….Vous reconnaissez votre enfant ?

Edumalin vous donne 3 clés pour chaque problématique afin d’aider votre enfant dans son travail personnel.

Si vous voulez aller plus loin dans l’accompagnement de votre enfant, Edumalin propose son coaching sur mesure : organisation du travail de votre enfant, des méthodes pour l’encadrer, les conseils du coach et un suivi par Chat (ou à domicile possible pour Paris).

Pour les adhérents de la PEEP, Edumalin propose une réduction de 20% sur toutes les formules. Notamment, la formule « coaching personnalisé UN MOIS »  sera même accessible à 59.99€ au lieu du tarif grand public de 89.99€ !

Les projets innovants des collégiens et lycéens primés par Science Factor

c_schmuck_2013_WF

Claudine SCHMUCK,  Directrice de Science Factor nous présente le dispositif.

Science Factor a pour vocation de réconcilier les adolescents, et tout particulièrement les filles, avec les métiers d’avenir. Depuis 10 ans, on observe une désaffection pour les filières scientifiques et techniques, et la proportion de filles ne progresse pas. L’engouement observé il y a quelques temps pour les métiers du numérique est retombé.

Pour les jeunes de la Génération Z, les milléniums, la notion de sens importe beaucoup, et cela est encore plus marqué chez les jeunes filles. Pour qu’une entreprise soit attractive,  Il ne suffit pas qu’elle propose des salaires importants. Ils cherchent autre chose, des projets en phase avec leurs valeurs, et une atmosphère de travail leur permettant de se sentir bien.

Le Prix Science Factor s’adresse aux jeunes de la sixième à la Terminale. Il n’est pas tourné vers l’excellence scientifique, mais vers l’innovation citoyenne. Il leur propose de construire un projet scientifique ou technique innovant, une invention ayant un impact positif au niveau sociétal, économique, ou environnemental. Cela se fait en équipe  de 4 personnes maximum, pilotée par une fille. Le but est de faire jaillir une petite étincelle en suscitant et accompagnant des projets dont la pertinence et l’utilité seront démontrés.

« Ces jeunes ont une imagination extraordinaire, et nous avons reçu des projets étonnants, qui ont été parfois commercialisés quelques années après » explique C. SCHMUCK. « Cela a été le cas pour une brosse à dents « intelligente » lancée ensuite  par une start-up et présentée cette année au Consumer Electronic Show de Las Vegas. Chez ces jeunes, on n’observe pas de résignation ni de morosité, mais une vraie envie d’agir. Il y a beaucoup de projets autour de l’environnement. Science Factor crée une passerelle entre eux et l’entreprise ».

Les prochaines rencontres Sciences Factor ont lieu le 7 mars 2017. Il est encore possible de s’inscrire jusqu’au 21 février. Renseignez-vous sur www.sciencefactor.fr/rencontres/find.php

 

Study Advisor : platerforme d’information sur les formations

Logo_StudyAdvisor_site_2 N

La vocation de cette plateforme: mettre à disposition des informations sur une formation, une école ou un projet professionnel et l’accès à un large réseau d’étudiants actuellement dans ces formations.

Ces étudiants, appelés « Advisors », sont disponibles pour partager leur expérience de manière authentique, objective, et bien entendu gratuite.

Pour profiter de ces retours d’expérience, il suffit de se rendre sur la plateforme www.studyadvisor.fr, de choisir le ou les Advisors qui correspondent à ses critères, et de sélectionner une disponibilité pour se faire contacter. L’Advisor appellera alors à l’heure convenue pour partager son expérience, et aider son interlocuteur dans son parcours d’orientation, en suggérant des formations et établissements qui correspondent à ses compétences, envies et projets futurs.

Le cas échéant, l’Advisor proposera même de mettre en relation son interlocuteur avec les responsables formation des établissements qui l’intéressent afin de que ces derniers le contactent et lui donnent tous les compléments d’informations dont il a besoin pour prendre une décision d’orientation. Tout cela sans avoir à se déplacer, ni débourser un centime !

Agenda de février-mars 2017

Agenda

AGENDA

FEVRIER 2017

 Manifestation

 Lieu

02 et 03 février Journées des universités Strasbourg
03 et 04 février Salon de l’apprentissage  et de l’alternance – L’Etudiant Rennes
09 février Horizon  Chimie Paris – Maison de la Chimie
11 février Salon de l’apprentissage  et de l’alternance – L’Etudiant Grenoble
17 et 18 février Salon de l’Enseignement Supérieur Lyon – Halle Tony Garnier
24 et 25 février Le Village de la Chimie Paris – Parc Floral
 

MARS 2017

03 et 04 mars Salon de l’apprentissage  et de l’alternance – L’Etudiant Marseille
10 et 11 mars Salon de l’apprentissage  et de l’alternance – L’Etudiant Lyon
10 au 12 mars Salon de l’Etudiant Paris
11 mars Journée des formations internationales Lille
11 mars Salon de l’apprentissage  et de l’alternance – L’Etudiant Clermont-Ferrand et Rouen
11 mars Salon des séjours linguistiques et culturels – Studyrama Rennes
14 mars Journée Jobs du CIDJ Paris – Le 104
17 et 18 mars Salon de l’apprentissage  et de l’alternance – L’Etudiant Lille et Nice
18 mars Salon Sup’Alternance et Formations hors APB – Studyrama Paris
24 et 25 mars Salon de l’apprentissage  et de l’alternance – L’Etudiant Toulouse

Le permis de conduire

Frau jubelt ber Ihren Fhrerschein

Le permis de conduire représente une  étape importante dans la vie lycéenne .
Même s’il est plus utile dans certaines régions que dans les grandes villes
bien équipées de réseaux de transport urbain, c’est un pas de plus vers
l’autonomie. 800 000 candidats se présentent chaque année, parmi lesquels
de nombreux jeunes venant d’avoir 18 ans.

Les évolutions

Consultation en ligne des résultats du permis possible depuis le 19/01/2015

Epreuve du code : la base de questions a été renouvelée et est passée de 700 à 1000 depuis le 02/05/2016

. Apprentissage anticipé de la conduite possible dès l’âge de 15 ans (depuis 2014)  et passage du permis possible à partir de 17 ans et demi, de manière à pouvoir conduire dès 18 ans.

Extension du dispositif du « permis à un euro par jour », afin que les candidats puissent continuer à en profiter après un 1er échec.

Surveillance des épreuves théoriques par des sociétés agréées par l’Etat et non plus par des inspecteurs depuis le 01/06/2016, pour que ceux-ci puissent se consacrer davantage au passage de l’examen pratique.

. Objectif : passer à un délai de 45 jours en 2017 pour passer l’examen contre 70 en moyenne actuellement (et jusqu’à 90 en Ile de France) : cela induirait une baisse de 400 € en moyenne du coût du permis.

Choisissez la bonne formule

Plusieurs solutions s’offrent à vous, selon votre âge, votre budget.

BON PLAN AVEC « LE PERMIS LIBRE »

Le pack « Mon code en candidat libre » comprend l’entraînement au code en ligne (cours et tests) ainsi que le kit candidat libre (CERFA02, CERFA 06 et les lettres de demande de place aux examens) pour s’inscrire gratuitement.
L’offre « Mon code en candidat libre » est valable jusqu’au 01/01/2018. Offre préférentielle pour les adhérents PEEP : http://peep.asso.fr/partenaires/nos-autres-partenaires/le-permis-libre/

Peut-être avez-vous opté pour la conduite accompagnée appelée apprentissage anticipé de la conduite, auquel cas vous êtes déjà lancé. Cela  est désormais  possible dès l’âge de 15 ans (article R.211-5 du code de la route). Il faut bien évidemment d’abord passer le code. Une fois ce premier sésame obtenu, un minimum de 20 heures de conduite en auto-école est indispensable. A l’issue de cela, vous recevez une attestation de fin de formation initiale (AFFI) que vous devez remettre à votre assureur, et vous  allez pouvoir continuer à perfectionner votre conduite avec, par exemple, la voiture de vos parents, en parcourant 3 000 km minimum.

A partir de l’âge de 18 ans ; c’est le dispositif de conduite supervisée qui est proposé. Il vous est simplement demandé, de parcourir  1000 km dans un délai de trois mois minimum, une fois que vous êtes titulaire du code, et toujours  après un minimum de 20 heures de conduite avec un moniteur d’auto-école.

Dans le cadre de ces deux formules, vous allez acquérir davantage d’expérience de la conduite. De ce fait,  vos chances d’obtention du permis de conduire sont meilleures, à condition de ne pas adopter les éventuelles mauvaises habitudes de votre accompagnateur !… Le prix de votre première assurance  sera généralement plus doux, ce qui peut aussi être un élément à prendre en compte au moment de choisir  la formule qui vous est la plus adaptée.

Si vous choisissez de passer votre permis de manière traditionnelle, un forfait vous sera généralement proposé pour le code. Pour la conduite, l’auto-école a l’obligation d’effectuer une évaluation préalable pour pouvoir vous communiquer un nombre d’heures prévisionnel, qui pourra ensuite varier selon vos progrès. Prévoyez en moyenne 30 heures de conduite si vous obtenez le permis du premier coup.

Certaines auto-écoles proposent également des forfaits pour la conduite. Ce sont le plus souvent des forfaits établis  sur une base de 20 heures de conduite, avec un délai maximum parfois d’un an. Renseignez vous bien sur le prix de l’heure de conduite supplémentaire, car c’est au final ce qui fera la différence dans votre budget. Et, bien évidemment, comparez plusieurs auto-écoles en vous renseignant sur place mais aussi autour de vous. La réglementation impose un affichage des prix bien visible à l’extérieur et à l’intérieur de l’auto-école. Beaucoup de forfaits tournent autour de 1200 €, mais avec des disparités pouvant  entraîner des tarifs allant de 700 € à 1400 €. Quant à l’heure de conduite, les tarifs sont libres. Elle peut varier de 35 €  à 55 € de l’heure, selon les villes.

Un site pour comparer les auto-écoles : comparateur.quelpermis.com

Le financement de votre permis

Le permis  à 1 €

Vous avez sans doute déjà entendu parler du permis à 1 €, et vous avez déjà bien compris que ce n’est pas ce qu’il vous coûtera au total. Ce serait trop beau !.. Il s’agit d’un prêt de 800 € à 1200 € à taux zéro que les jeunes de 15 à 25 ans peuvent obtenir pour financer leur permis. Pour en bénéficier, il faut que la banque et l’auto-école choisie soient partenaires de l’opération. Vous rembourserez ensuite 1 € par jour, soit 30 € par mois. La banque peut exiger une caution, par exemple de vos parents.

La bourse au permis

Il existe un dispositif permettant aux jeunes de 18 à 25 ans sans ressources, de bénéficier d’une prise en charge d’une partie du coût du permis de conduire par leur commune en échange d’un nombre d’heures de travaux d’intérêt collectif (40 à 50 heures). Renseignez-vous dans votre ville pour savoir si cela se fait.

Les aides des collectivités locales

Elles peuvent être proposées par les Régions ou les Conseils Généraux (départements).

Voici quelques exemples :

La Région Bourgogne Franche Comté : pour les jeunes de moins de 26 ans inscrits dans un parcours professionnel, financement d’une partie du permis de conduire avec le chèque permis, à hauteur de 500 € et en contrepartie de quinze heures de bénévolat dans une association.

Haut Rhin : aide de 160 € destinée aux jeunes de 16 à 25 ans du département qui veulent s’inscrire dans une auto-école dans le cadre de la conduite accompagnée.

Ile et Vilaine : le Conseil Départemental apporte, à travers le fonds d’aide aux jeunes, un soutien au financement du permis de conduire. Ceux qui sont accompagnés dans leur insertion sociale et professionnelle par la Mission Locale peuvent bénéficier d’une aide d’un montant pouvant aller jusqu’à 1300 €.

Loire Atlantique : le département attribue une aide de 500 à 1000 € pour les jeunes de 16 à 24 ans disposant de faibles ressources, et ayant obtenu un diplôme allant du CAP au BTS dans les deux dernières années.

Oise : dans le cadre du Pass Permis citoyen, les jeunes de 18 à 19 ans peuvent bénéficier d’une aide pouvant aller jusqu’à 600 € en échange d’une action citoyenne de 70 heures.

Yvelines : subvention à hauteur de 500 €  pour les jeunes du département. En contrepartie, les bénéficiaires s’engagent à participer à des projets citoyens dans les services du Conseil départemental ou au sein d’une association agréée. Cette action civique de 20 à 40 heures est un préalable au versement de l’aide forfaitaire.

Cette liste n’est pas exhaustive. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre Mairie afin de savoir si vous pouvez bénéficier d’une aide de la Région ou de votre Conseil Général (département).