Certification du niveau d’anglais de vos enfants avec le test TOEIC Listening and Reading

La PEEP est partenaire d’ETS Global, certificateur en langue anglaise, proposant les tests d’anglais TOEIC®.

La PEEP vous propose des réductions de prix sur l’inscription au test TOEIC® Listening and Reading et sa préparation en ligne.

Cette année, le test d’évaluation de langue étrangère prévu dans le cadre de la réforme du Bac est supprimé du fait de la crise sanitaire.

Parce que l’apprentissage de l’anglais est incontournable, certifier votre niveau d’anglais avec le test TOEIC Listening and Reading est un atout majeur pour le parcours scolaire de votre enfant ou votre activité professionnelle.

Le test TOEIC Listening and Reading évalue votre niveau de compréhension orale et écrite en anglais général dans un contexte professionnel pour les niveaux débutants à avancés. Le test dure 2 heures et les scores sont établis sur une échelle de 10 à 990 points.

Tarifs préférentiels réservés aux adhérents de la PEEP :

Préparation au test TOEIC Listening and Reading : 41,80 € au lieu de 55 €, soit 24% de réduction.

Inscription au test TOEIC Listening and Reading : 113,52 € au lieu de 132 €, soit 14% de réduction.

Pour accéder aux offres exclusives, cliquer ici

Son projet de formation motivé sur Parcoursup en 5 points.

Si votre enfant est en Terminale, il a cette année jusqu’au 7 avril pour finaliser ses projets de formation motivés sur la plateforme d’accès à l’enseignement supérieur. Voici en cinq points ce qu’il doit savoir pour optimiser ses chances de voir ses premiers vœux acceptés sur Parcoursup.

1 – Une introduction claire en énonçant son objectif.

Les examinateurs ayant beaucoup de dossiers à lire, il est essentiel qu’il énonce clairement son choix dès le départ, avant de commencer à se présenter.

2 – Une présentation de son profil et des raisons qui ont motivé son choix.

Il peut exposer ses choix de spécialité au lycée par rapport à un objectif professionnel ou une attirance pour un secteur d’activité. Attention à ne pas faire de copier/coller d’un projet de motivation à l’autre pour des formations différentes. Il est utile qu’il indique d’abord pourquoi il choisit ce type de diplôme, par exemple un BUT (application pratique des connaissances dans le cadre de stages, intervenants professionnels), puis ce qui l’a conduit à opter pour la spécialité concernée.

3 – Une présentation de ses points forts par rapport à la formation choisie.

En ayant bien à l’esprit les attendus de la formation précisés sur Parcoursup, il lui sera facile de mettre en lumière les points forts de sa candidature par rapport aux prérequis. Il peut s’agir de qualités développées dans le cadre de sa vie associative, d’activités de bénévolat, ou encore dans le cadre d’un petit job ou d’un stage de découverte.

4 – La mise en avant des démarches effectuées pour se renseigner sur la formation.

En indiquant qu’il s’est renseigné sur le site de l’école ou de l’université, qu’il s’est rendu à une JPO ou encore qu’il a été en contact avec des étudiants ambassadeurs, il démontrera qu’il n’a pas sélectionné cette formation par hasard, et qu’il est vraiment motivé.

5 – Une conclusion avec ses objectifs à plus long terme : poursuite d’études ou métier.

Il peut terminer en montrant qu’il s’est projeté à plus long terme et a bien compris à quel second cycle ou quel type de métier mène la formation à laquelle il postule.

Des exemples de projets de formation motivés sont disponibles sur :

https://inspire-orientation.org/blog/5-vrais-exemples-de-projets-de-formation-motives

et https://thotismedia.com/exemple-projet-de-formation-motive

Agenda de mars avril

Salons et conférences

19 mars               Salon de l’apprentissage, de l’alternance et des Métiers            Strasbourg – Parc Expo

26 mars               Salon Executive Education – Conférences Le Monde                    En ligne : www.salon-exed.com/

28  mars au 9 avril   Salon de l’apprentissage et de l’alternance – Le Havre – CCI Sainte Estuaire

Autres dates à retenir

29 mars               Dernier jour pour formuler des vœux sur Paarcoursup

07 avril                Dernier jour pour confirmer ses vœux et finaliser son  dossier

Vacances scolaires de printemps

9 au 25/04                         Zone B

16/04 au 02/05                Zone A

23/04 au 09/05                Zone C

Le job d’été : un bonus sur le CV de votre enfant

 Le début de l’année 2022 est marqué par une embellie du marché de l’emploi. De nombreux secteurs recrutant de étudiants toute l’année peinent à embaucher des salariés en CDI en ce moment ; le volume de contrats courts à plein temps pour cet été sera donc plus important pour compenser ce manque de main d’œuvre. Voici quelques pistes pour conseiller votre enfant dans sa prospection, particulièrement s’il recherche un job pour la 1ère fois.

Les secteurs qui recrutent

La restauration, l’hôtellerie : de nombreux postes dans ce secteur qui manque de salariés en cette période de reprise : service clients, plonge, femmes de chambre.

La grande distribution : toujours de traditionnels postes de mise en rayon, caisse, équipier polyvalent, mais aussi un essor important des postes autour du drive.

Les métiers de la logistique : préparateur de commandes, agent d’expédition, agent de quai/manutentionnaire. Les offres se sont multipliées.

Le secteur banque /assurance : les banques recrutent toujours des auxiliaires de vacances. Dans le secteur assurance/assistance, des offres de chargé d’assistance, mais aussi de conseiller en déclaration de sinistre ou de téléconseiller retraite.

Les services à la personne : pour ceux qui privilégient les relations humaines, beaucoup de postes d’auxiliaire de vie proposés dans des agences spécialisées. Egalement des jobs d’animateurs de vacances adaptées pour changer d’air. Une formation spécifique peut être requise.

Travailler avec les enfants : baby-sitting, animateur de séjours (avec BAFA) ou accompagnement d’enfants en TGV : des emplois de quelques heures ou quelques jours à deux mois.

Travailler en plein air : s’ils veulent profiter du grand air, le secteur de l’agriculture propose des offres chaque année : ouvrier agricole, moissons, collecte de céréales, …

Travailler en relation avec la clientèle : des opportunités dans la distribution spécialisée (enseignes de sport, de bricolage..) mais aussi dans les résidences étudiantes, chez les loueurs de véhicules pour le contact direct. Des offres également dans le secteur enquêtes et sondages pour les relations téléphoniques.

De nombreux outils de recherche

Les  outils à leur disposition pour prendre connaissance des offres de jobs d’été  et entrer en contact avec  les entreprises qui recrutent sont nombreux.

La traditionnelle candidature spontanée reste une option possible. Tout le reste démarrera en général par une recherche sur internet.

Les sites généralistes

 www.indeed.com : portail proposant de nombreuses offres d’emplois au plan national.

www.keljob.com : accès aux annonces publiées par de nombreux sites : institutionnels, sites emplois, sites d’entreprises, de cabinets de recrutement ou de sociétés de travail temporaire.

www.meteojob.com : offres d’emplois dans des secteurs variés : centres d’appel, chargés d’assistance, agents de conditionnement,…. Il faut être inscrit pour pouvoir postuler.

www.pole-emploi.fr : des  offres de postes saisonniers  présentés par région : animateur club de loisirs, auxiliaire de vie,  manutentionnaire pour les moissons.

www.regionsjobs.com : offres d’emploi et également de nombreux stages classés, comme le nom l’indique, par région.

Les sites étudiants

www.cidj.com : beaucoup d’informations pratiques et des offres en France et à l’étranger pour des campings,  domaines viticoles, des postes d’hôtes/hôtesses,… . Idéal pour entamer ses recherches.

www.jobaviz.fr : centrale d’offres de jobs du CROUS. Offres classées par département et par secteur. Se créer un compte pour pouvoir postuler.

https://jobetudiant.net : offres classées principalement par ordre d’arrivée (les plus récentes apparaissent en premier), tous secteurs confondus. Il faut s’identifier pour postuler.

https://jobs-stages.letudiant.fr/ : nombreuses offres que vous pouvez sélectionner par région ou par secteur d’activité, et des infos pratiques.

www.studentjob.fr : offres de jobs d’été  classées par ville consultables librement, puis il faut s’inscrire  pour postuler.

www.studyrama-emploi.com : des offres mais aussi des idées de jobs originaux et des articles.

Les sites spécialisés par secteur d’activité

www.anefa.org/qui-etes-vous/travailleurs-saisonniers-en-agriculture/ : site de l’Association Nationale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture. Outil des partenaires sociaux de l’agriculture pour favoriser l’emploi dans ce secteur. Ne pas manquer pas d’aller sur ce site pour travailler en plein air.

www.animjobs.com : offres de jobs mises à jour régulièrement, dans le secteur de l’animation en centres de vacances pour enfants et adolescents ou pour adultes : Club Med, UCPA, …

www.distrijob.fr : offres dans le secteur de la grande distribution : hypermarchés, grandes surfaces spécialisées…

 

 

Report et aménagement des épreuves de spécialité du Bac

Pour la troisième année consécutive, afin de tenir compte de la situation sanitaire, le Ministère a dû procéder à des aménagements concernant les épreuves du Bac. Tout ne va pas se passer encore en 2022 tel que cela était prévu dans le cadre de la réforme du Bac. Voici ce qui a été décidé.

Bouleversement du calendrier

Initialement prévues au mois de mars, les épreuves de spécialité sont reportées aux 11, 12 et 13 mai pour le Bac général et technologique, du fait de la crise sanitaire. Cela correspond à une demande forte des enseignants. Les deux journées précédant ces épreuves seront consacrées  à leur préparation. Le programme de révision reste identique. Chaque candidat disposera d’un choix, afin d’éviter un sujet sur une partie du programme n’ayant pas été totalement étudiée du fait du contexte.

Les épreuves pratiques adossées à ces spécialités seront elles aussi reportées et se dérouleront « dans les jours qui suivront », indique le ministère.

Pour l’Education physique, les contrôles permettant d’obtenir la note du Bac pourront être ramenés à deux au lieu de trois.

Les épreuves qui devaient permettre de fournir une attestation du niveau de langues sont annulées cette année.

 Impact sur le dossier Parcoursup des élèves

Les deux spécialités choisies par les élèves représentent 32 % de la note finale du Bac. Elles ont été mises en place dans le cadre de la réforme du Bac supprimant les séries (S, ES et L). Les épreuves qui devaient se dérouler pour la 1ère fois en 2021 n’ont jamais eu lieu du fait de la crise du Covid-19. Cette année, les épreuves se dérouleront donc bien, les notes obtenues seront intégrées pour le Bac, mais pour le dossier Parcoursup, ce sont les moyennes obtenues en classe de 1ère et durant les deux premiers trimestres de terminale qui seront prises en compte.

La PEEP  a exprimé sa stupéfaction quant au remplacement des notes d’épreuves par « les notes de contrôle continu noté parfois sévèrement, au regard des règles qui ne s’inscrivaient pas dans une évaluation finale ». C’est effectivement l’acceptation des  premiers choix d’orientation des élèves par les établissements d’enseignement supérieur qui se joue ; c’est déterminant pour leur avenir.

 Aménagement pour le Bac Pro et les épreuves de 1ère

Pour valider le Bac professionnel, le nombre minimal de semaines en milieu professionnel sera ramené à dix au lieu de douze nécessaires normalement, compte tenu des difficultés conjoncturelles.

Enfin, pour les épreuves de français en clase de 1ère, le nombre de textes à présenter à l’oral est réduit à 16 pour le Bac général et 9 en filière technologique.

L’agenda professionnel de mars-avril 2022

Salons et conférences

4 et 5 mars         Salon de l’apprentissage, de l’alternance et des  Métiers       Lyon – Centre des Congrès et Lille – Grand Palais

7 mars                 Paris pour l’emploi des Jeunes      Paris – Grande Halle de la  Villette

12 mars               Salon Studyrama de Masters, Mastères spécialisés et MBA    Paris Event Center

19 mars               Salon de l’apprentissage, de l’alternance et des Métiers            Strasbourg – Parc Expo

26 mars               Salon Executive Education – Conférences Le Monde                    En ligne : www.salon-exed.com/

22 au 24 avril     4th International Conference on Modern Research                    Barcelone – Espagne

Autres dates à retenir

29 mars               Dernier jour pour formuler des vœux sur Paarcoursup

07 avril                Dernier jour pour confirmer ses vœux et finaliser son dossier

Vacances scolaires de printemps

9 au 25/04                         Zone B

16/04 au 02/05                Zone A

23/04 au 09/05                Zone C

Stages et jobs étudiants : les secteurs porteurs

Le début de l’année 2022 est marqué par une embellie du marché de l’emploi. De nombreux secteurs recrutant de étudiants toute l’année peinent à embaucher des salariés en ce moment . Les étudiants vont aussi pouvoir en bénéficier. De la même manière, les entreprises devraient accueillir davantage de stagiaires, avec des possibilités de pré-embauche.

L’évolution du marché de l’emploi étudiant depuis la crise sanitaire

Ces deux dernières années ont été particulièrement difficiles à la fois pour les professionnels et les étudiants à la recherche d’un job, car il régnait une véritable incertitude sur les possibilités de réouverture dans le secteur du tourisme, et de manière plus générale, dans tous les lieux recevant du public. Depuis le début de l’année 2022, on commence à voir le bout du tunnel, et la reprise économique est au rendez-vous.

Certes, les touristes étrangers ne sont pas encore de retour dans les mêmes proportions qu’avant la crise, mais beaucoup d’offres sont diffusées pour l’hôtellerie et la restauration. Ce secteur qui propose traditionnellement de nombreux postes aux étudiants, est en difficulté pour recruter depuis la réouverture des établissements, car beaucoup de leurs salariés ayant subi le chômage partiel, ont opté pour de nouveaux choix de carrière. Une véritable réflexion est en cours sur la nécessité de faire évoluer les salaires et les horaires dans la profession. En attendant, les étudiants vont pouvoir profiter des nombreuses opportunités qui sont proposées. Il en est de même dans certains commerces ayant une activité saisonnière.

La crise sanitaire a également mis en exergue l’importance des services à la personne. Cela est vrai pour la petite enfance, mais peut-être plus accord pour l’accompagnement du grand-âge. L’actualité récente concernant les EPHAD va dans le même sens. Pour répondre aux demandes des familles qui souhaitent assurer un maintien à domicile de leurs aînés, les sociétés de service à la personne ont de nombreux postes à  pourvoir. Tous ne nécessitent pas une formation paramédicale ou sociale. Il peut s’agir d’assurer les courses, les repas, du jardinage ou parfois de l’assistance informatique. Durant l’été, il est indispensable que les salariés soient remplacés, et dans le courant de l’année, des temps partiel, y compris avec horaires décalés compatibles avec les études, peuvent s’organiser.

Enfin, autre secteur ayant vu son activité évoluer avec un important développement dès le début de la crise sanitaire : celui du e-commerce. Les plateformes proposent des postes de préparateurs de commande avec une vraie diversité d’horaires, et également des emplois de livreurs. Les étudiants peuvent en trouver dans des entreprises du type Amazon, mais aussi dans le secteur de la grande distribution qui a dû s’adapter.

Ce focus pointe des secteurs proposant des jobs étudiants qui ont évolué avec la crise du Covid 19, mais d’autres jobs d’été traditionnels sont disponibles dans le domaine de l’animation, du transport, de l’assistance, dans le secteur agricole, ainsi que pour remplacer les salariés dans de grandes entreprises. Les recruteurs seront présents sur les journées des jobs d’été, notamment à celle du CIDJ qui se déroulera le 13 mai à St Ouen-sur-Seine. Les étudiants peuvent découvrir l’agenda sur https://www.jobs-ete.com/agenda-job-ete/.

Les stages dans les secteurs porteurs

Si les jobs d’été peuvent parfois permettre de confirmer un projet d’orientation, cela est plus vrai encore concernant les stages. Ils offrent également aux étudiants la possibilité d’enrichir leur réseau professionnel. Enfin, et c’est là leur objectif premier, ils leur donnent l’opportunité de mettre en pratique les connaissances acquises. Les secteurs proposant le plus de stages sont aussi ceux qui seront le plus recruteurs de jeunes diplômés, demain. Pour les entreprises,  ces stages permettent d’attirer et de fidéliser de nouveaux talents. Les secteurs liés à la transformation numérique arrivent en tête, avec par exemple des missions liées au big-data et à la cyber-sécurité. Les emplois et stages liés à la transition écologique sont également de plus en plus nombreux. Nous observons tous que beaucoup de jeunes priorisent les emplois porteurs de sens. Ils sont donc très attentifs à ces offres. Plus que jamais, les stages de fin d’études pourront être un tremplin vers un 1er emploi, en particulier dans les secteurs qui ont plus de postes à proposer qu’il n’y a de candidats. Ce sont les entreprises de ces secteurs qui sont particulièrement vigilantes sur leur image employeur. Le CIDJ vient d’éditer un guide des entreprises qui recrutent. Retrouvez-le sur https://www.cidj.com/communique-de-presse/guide-ces-secteurs-qui-recrutent-2022-2023

 

 

 

Erasmus + a 35 ans. Où en est-on et quelles perspectives ?

Le programme Erasmus + vient de souffler ses 35 bougies. L’envie qu’ont les étudiants de  partir à l’étranger n’a pas été altérée, mais l’actualité de ces deux dernières années,  avec en particulier la crise sanitaire, n’a pas facilité la mise en œuvre de leurs projets. Alors où en est-on en ce début d’année 2022 et quelles sont les projections pour les mois à venir ?

L’après Covid et après Brexit

Depuis sa création par la Commission Européenne, 12 millions de personnes ont bénéficié du programme Erasmus +, dont 600 000 depuis la France entre 2014 et 2020. Nous sommes le 1er pays d’envoi d’étudiants Erasmus +. Il s’agissait au départ principalement de mobilité d’études, mais aujourd’hui, un jeune sur deux part dans le cadre d’un stage. Le Royaume-Uni a longtemps été une destination de prédilection, mais depuis le Brexit, et son application à partir du 31/12/2020,  il n’est plus qu’un pays partenaire, au même titre que d’autres pays frontaliers de l’Europe, et il ne peut participer qu’à certaines actions. C’est l’Espagne qui est la  1ère destination, tant pour les français que pour les autres jeunes européens.

Le développement d’Erasmus pour tous les jeunes

Pour la période 2021/2027, un budget de 26,2 milliards d’euros est alloué, soit une hausse de 80 % par rapport à la période précédente. L’architecture du programme reste inchangée, mais elle s’adapte aux grands défis contemporains en s’appuyant sur trois priorités : l’inclusion, le numérique et l’écologie. L’accent est mis sur les publics les plus éloignés, et notamment les jeunes ayant moins d’accès au programme pour des raisons socio-économiques, et ceux des territoires enclavés. La crise sanitaire a démontré la nécessité d’accélérer la transition numérique dans l’enseignement, d’où la création d’un volet « Digital Erasmus+ »  dans le programme pour favoriser le développement des programmes hybrides (virtuel-présentiel) et les plateformes d’apprentissage en ligne. Enfin, le Green Deal européen n’est pas oublié.

La crise sanitaire a bien évidement freiné les projets des jeunes qui prévoyaient un Erasmus+, et parmi ceux qui sont partis, les conditions d’accueil n’ont pas toujours été idéales avec parfois des cours en distantiel tout en étant dans le pays. Pour cette année 2021/2022, les demandes repartent à la hausse, et l’objectif affiché est d’avoir 10 millions de mobilités sur les sept années couvertes par le budget.

Conférence Osons la mobilité

Dans le cadre de la Présidence de l’Union Européenne, une conférence sur le thème « Osons la mobilité » s’est déroulée le 19 janvier dernier. Un village de la mobilité constitué de stands virtuels  a été mis en place à cette  occasion, et a permis aux jeunes de découvrir des organismes facilitateurs de multilinguisme et de mobilité, ainsi que leurs ressources. Vous  pouvez retrouver toutes ces informations ici  et en faire bénéficier les étudiants, élèves et apprentis. En effet, ces derniers se montrent de plus en plus intéressés par une expérience à l’étranger dans le cadre de leur formation.

Un élargissement de l’accès privilégié à la culture pour les jeunes

Les jeunes qui profitent d’activités culturelles variées ont l’occasion de s’ouvrir et de créer du lien social. Aussi, est-il important que l’accès au secteur culturel dans son ensemble ne soit pas freiné par des contraintes financières. Au-delà du Pass Culture qui vient d’être élargi, de nombreuses aides existent.

Le Pass Culture dès l’âge de 15 ans

Initialement réservé aux jeunes de 18 ans, c’est une enveloppe de 300 € à utiliser sur 24 mois. Le Pass Culture peut être activé jusqu’à la veille de leurs 19 ans. Depuis le mois de janvier, les élèves de 15 à 17 ans peuvent aussi en bénéficier, mais avec un montant de 20 € à 15 ans et 30 € à 16 et 17 ans. Il faut être de nationalité française ou européenne, ou vivre sur le territoire français depuis plus de 12 mois. L’application téléchargeable sur smartphone  permet de réserver une activité (spectacle, concert, théâtre, cinéma) et de la régler grâce au montant alloué. Retrouvez toutes les informations sur www.education.gouv.fr/un-pass-culture-pour-les-collegiens-et-les-lyceens-325945

La carte Jeunes européenne

Pour en bénéficier, il faut avoir entre 12 et 20 ans, quelle que soit sa nationalité, et s’acquitter d’une cotisation annuelle de 10 € pour la carte numérique (ou 13 € pour une carte matérialisée). La carte, proposée par l’association reconnue par le Conseil de l’Europe, EYCA, permet de bénéficier de 72000 bons plans  dans 38 pays européens. Elle peut être commandée sur https://cartejeunes.fr/la-carte/, et est ensuite envoyée à domicile.

 Les aides des Régions

La plupart des régions ont développé des cartes permettant aux jeunes de bénéficier de l’offre culturelle de leur territoire à prix réduit. Les conditions d’accès varient selon les cas. Voici quelques exemples :

. Le Pass’Région en Auvergne-Rhône-Alpes : destiné aux élèves, lycéens et apprentis de la région. 5 places de cinéma à 1 €, une dotation de 30 € pour des spectacles, 15 € pour des livres-loisirs.

. Le kiosque jeunes à Paris : permet aux 13-30 ans de réserver jusqu’à 2 places par jour (métro Chatelet).

. L’e-Pass Jeunes dans le sud : une dotation de 80 € pour les loisirs, la culture, le sport et des bons plans.

. L’e.Pass culture sport dans les Pays-de-Loire : un accès à plus de 200 € d’avantages pour une cotisation de 8 € par an.

Il existe aussi des offres départementales et communales. Il faut consulter le site internet de sa ville pour les découvrir.

L’accès gratuit aux musées

Une cinquantaine de musées et une centaine de monuments à travers toute la France, sont gratuits pour les jeunes âgés de 18 à 25 ans, tels que le Musée du Louvre et le musée d’Orsay à Paris, le MUCEM à Marseille,..  Le 1er dimanche de chaque mois, l’accès aux collections permanentes des musées nationaux est gratuit. Les musées de la Vile de Paris sont eux en accès libre  toute l’année.

Le chèque livre

Il peut être proposé pour les jeunes par certaines régions comme en Nouvelle-Aquitaine : 20 € pour tous les lycéens et apprentis (https://jeunes.nouvelle-aquitaine.fr/formation/accompagnement-scolaire/le-cheque-livre). Les chèques « lire » sont eux remis aux salariés, donc aux parents ou étudiants qui travaillent,  par les CSE . Ces derniers décident librement du montant dans chaque entreprise (pas de plafonnement).

. La billetterie du CROUS

Des places de spectacle, concerts, festival,  à tarif réduit sont proposées aux étudiants dans tous les CROUS, avec une programmation pluridisciplinaire et des concours artistiques.

Pour Paris : www.culture-crous.paris/

 

Le coup de cœur de la PEEP pour les lycéens

Le Comité de lecture du «Grand Prix des Jeunes Lecteurs », de la PEEP a eu un coup de cœur pour ce livre pouvant plaire à vos enfants lycéens.

L’action se déroule à Bordeaux en 1764. Ange Rouvray accompagne son père médecin dans ses visites auprès des malades. L’épidémie de variole fait rage et il est nécessaire de se protéger.
La jeune Esmée de Montagu a vu mourir en quelques semaines son père, son frère, ses sœurs. Elle reste seule avec sa mère, laa comtesse Isabeau de Montagu, obsédée par l’idée de garder sa dernière fille en vie. Elle veut tester sur elle une technique controversée et dangereuse et fait appel au docteur Rouvray, qu’elle espère ouvert à cette pratique nouvelle.
Lors de cette visite, Esmée et Ange se rencontrent. Et tombent amoureux.
Mais comment une histoire est-elle possible entre ces deux êtres que tout sépare ?