S’informer sur les métiers

La consultation des sites qui suivent peut constituer une première étape dans la recherche de pistes de métiers. Dès que votre enfant aura une première idée, il trouvera des informations plus précises concernant le métier qui l’intéresse sur le site de la Fédération professionnelle concernée.

www.onisep.fr : une recherche par secteur ou selon ses goûts pour ceux qui n’ont pas encore fait de choix (aimer bouger, avoir le sens  du contact,…) et un quiz à réponses multiples.

www.cidj.com : des fiches par secteur, par centres d’intérêts. Des zooms sur les secteurs qui recrutent, ceux à découvrir,  et des témoignages pour certains métiers.

www.lesmetiers.net : description, qualités requises et fourchettes de salaires. Des vidéos de présentation.

www.letudiant.fr/metiers.html : une recherche par secteur, de l’actualité et des portraits de professionnels

www.crij.org/metiers : une présentation  par grandes catégories (droit-justice,…), un descriptif complet des métiers, des modalités de recrutement, de la formation. Des interviews avec des témoignages pour certaines professions.

www.cadremploi.fr/editorial/conseils/fiches-metiers/ : des fiches très sérieuses et détaillées sur des métiers  bien précis répartis dans 18 catégories.

Et pour aller plus loin…. Des sites spécialisés par secteur

L’art : www.institut-metiersdart.org

L’automobile : www.metiersdelauto.com

La banque : www.fbf.fr

Le BTP : www.metiers-btp.fr

L’enseignement : www.education.gouv.fr

L’industrie alimentaire : www.metiers-industries-alimentaires.com

L’informatique : www.leguidedesmetiers.com/metiers/secteur-informatique/2

La santé et le social : social-sante.gouv.fr/metiers-et-concours/les-metiers-de-la-sante/

Le tourisme : www.fftst.org/metiers/

Sur ces sites de différents secteurs, des informations plus pointues sur les métiers y sont présentes, ainsi que souvent les dates des principaux salons donnant l’occasion de  rencontrer des professionnels.

L’apprentissage des langues au lycée

La diversité des parcours des élèves est prise en compte par la mise en place de groupes de compétences. Les élèves ayant un profil linguistique similaire sont regroupés et les activités sont adaptées à leurs besoins. La pratique de l’expression orale est aussi facilitée par ces regroupements.

L’accent est porté dans les établissements sur l’usage des technologies du numérique qui permettent aux élèves d’entretenir un contact direct avec la langue qu’ils étudient. Les baladeurs numériques (mp3, mp4), les tablettes, etc. leur offrent plus d’autonomie dans la pratique de la langue en leur permettant de télécharger des émissions en langue étrangère, de réécouter des documents étudiés en classe et de s’enregistrer.

Ils sont habitués à ce que vous leur reprochiez de passer trop  de temps sur leurs smartphones ? Ils  seront les premiers surpris que  vous leur proposiez des applications qui vont leur permettre de progresser en langues, de façon ludique. En voici  quelques-unes :

. BABEL – pour Android et IOS (Apple Store) – 9,95 € par mois

Existe dans 13 langues. Choix préalable du niveau. Un mot s’affiche en anglais, quatre images sont proposées. Travail sur la prononciation également.

. BUSUU  – pour Android, IOS et web – de 9,99 € pour un mois à 64,99 € par an

Différents niveaux avec des objectifs à atteindre. Application pour tester son vocabulaire : tests, quizs, exercices à trous, sons,… Prononciation des mots par des natifs.

. DUOLINGO  – pour Android et IOS – gratuit

Pour débutants et expérimentés. Un test à chaque niveau. Gain de points et de vies comme dans un jeu vidéo. Possibilité de rivaliser avec ses amis. Plébiscitée par de nombreux experts.

. FluentU – pour IOS et web – gratuit

Vidéos tournées dans un contexte réel, sous-titres pour voir les mots, avec possibilité de rediffusion. Vocabulaire conservé dans une liste à réviser régulièrement.

. MEMRISE – pour Android, IOS et web – gratuit

Aide à mémoriser du vocabulaire à l’aide de cartes avec des mots, leur sens et leur prononciation. Compétitions possibles entre amis. Entrainement au TOEFL, pour les verbes irréguliers,… site conçu par un coach pour la mémoire de renommée internationale

. MOSALINGUAMYCOW.EU – pour Android, IOS et web – test de 15 jours : 1,20 € – 48,90 € par an

. MYCOW.EU: web – réduction de 20 % pour les adhérents PEEP permettant de bénéficier d’un abonnement annuel à 3,84 € par mois.

Journal quotidien d’actualités internationales en anglais sonorisé sous différents accents, cahier d’exercices avec de l’entrainement à la compréhension orale, de l’entrainement au Bac, au TOEIC, un forum, et un volet ressources apportant de l’aide à la traduction.

Existe dans 5 langues (anglais, espagnol, allemand, italien et portugais). Différents niveaux. Des possibilités de spécialisation  pour les étudiants : médical, Business, préparation au TOEIC,…

Cette liste n’est pas exhaustive. Il existe aussi Doctor Vocab, HelloTalk, Lingolistic, Phrases Mates, Vidalingua.

En complément de l’utilisation de l’une de ces applications, vos enfants peuvent visionner des films en VO, avec peut-être au début un sous-titrage en français. Et bien évidemment, tout cela n’empêche pas l’assiduité en cours !

Les activités en dehors du lycée

Les activités parascolaires qu’ils avaient étant enfant sont-elles encore utiles quand ils arrivent au lycée, et que faire s’ils souhaitent tout arrêter ?

Voici quelques exemples d’activités permettant de développer des compétences :

. Le sport  pour acquérir l’esprit de compétition, l’esprit d’équipe et être bien dans son corps
. Le dessin pour développer son sens de l’observation, sa créativité et sa concentration
. Le théâtre pour être plus à l’aise à l’oral et vaincre sa timidité
. L’humanitaire pour être plus solidaire et s’ouvrir sur le monde

Au moment de l’adolescence, le jeune est en recherche d’identité. Les activités associatives, qu’elles soient sportives ou culturelles, les aident à se construire et à développer leur autonomie. Elles  constituent l’occasion de rencontrer d’autres jeunes que ceux côtoyés au lycée, de créer ou développer des liens avec un groupe distinct, et d’avoir un adulte référent  avec lequel il est possible d’échanger, dans un contexte où il y a moins de stress car « on ne joue pas son avenir ».

C’est aussi une autre opportunité de réussir, dans un domaine choisi, et d’acquérir des habiletés cognitives, physiques et sociales. Cela peut être une source d’épanouissement et d’équilibre importante. Plusieurs études, en France et au Canada, ont montré que les jeunes ayant une activité parascolaire, apprenaient à gérer leur temps et réussissaient sur le plan scolaire. Ils avaient globalement moins de symptômes dépressifs. Pour les loisirs  sportifs, s’ajoutent tous les bienfaits d’une activité physique.

Bien entendu, ces activités ne sont bénéfiques que si le jeune est volontaire. Certains adolescents  vont manifester dans les années lycée, la volonté de cesser une activité exercée depuis de nombreuses années. Il ne faut pas que  cela devienne une source de conflit  avec la famille. Ces réactions peuvent avoir pour objectif de  démontrer qu’ils ne sont plus l’enfant qu’ils étaient précédemment. Ce peut être simplement une pause pour prendre du  recul. Les parents, en restant dans le dialogue sans rien imposer, peuvent alors proposer une nouvelle activité, en laissant entrevoir qu’elle sera source de rencontre avec de nouveaux amis.  Quand on démarre un loisir à cet âge là, mieux vaut peut être dans un premier temps éviter la compétition, dans certains sports notamment,  du fait de l’écart de niveau qu’il peut y avoir avec d’autres jeunes qui ont commencé dix ans plus tôt. Le but est davantage de découvrir de nouveaux univers que de se mesurer.

En commençant  par s’interroger sur les points forts que le jeune a envie de développer sans en avoir l’occasion au lycée, et en dialoguant avec lui sur ses centres d’intérêts, on peut parfois l’aider à trouver sa voie professionnelle. Et même si ce n’est pas le cas, certaines activités comme le théâtre, par exemple, en l’aidant à vaincre sa timidité, lui ouvriront des portes qu’il ne se serait pas autorisé à pousser.