Le choix des spécialités pour le  Bac 2020

Tous les élèves de 2nde et 1ère sont désormais concernés par le Bac nouvelle formule qui sera délivré à partir de 2021. Si vos enfants sont en 2nde, la  vraie question est maintenant pour eux de choisir judicieusement leurs spécialités. En étant bien informé, vous pourrez échanger plus facilement en famille sur ce sujet.

Les spécialités proposées en classe de première et terminale

Les élèves choisissent  désormais  3 spécialités représentant un volume global de 12 heures de cours hebdomadaires. Les disciplines proposées sont :

  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
  • Humanités, littérature et philosophie
  • Langues, littératures et cultures étrangères
  • Littérature, langues et cultures l’Antiquité
  • Numérique et sciences informatiques
  • Mathématiques
  • Physique-chimie
  • Sciences de la vie, et de la terre
  • Sciences de l’ingénieur
  • Sciences économiques et sociales
  • Arts
  • Biologie / écologie

L’ONISEP a mis en place un simulateur qui permet aux lycéens de prendre connaissance des univers formations et métiers qui s’ouvrent à eux en fonction des spécialités choisies : www.horizons21.fr/

Il sera toujours possible de sélectionner des options complémentaires, au choix parmi :

  • Arts
  • Langue vivante 3
  • Langues et culture de l’antiquité (latin – grec)
  • EPS
  • Mathématiques complémentaires
  • Mathématiques expertes
  • Droit et grands enjeux dans le monde contemporain

 

La voie technologique et la voie professionnelle  conservent leur organisation actuelle en séries. Des ajustements seront apportés au programme afin d’apporter un socle commun de connaissances, articulé avec les enseignements de spécialité.

En classe de Terminale, les élèves devront choisir en début d’année de poursuivre deux des trois enseignements de spécialité qu’ils auront commencé à étudier en 1ère. C’est sur celles-ci que porteront deux épreuves du Bac qui auront lieu en avril, au retour des vacances de printemps.

Pas de spécialité obligatoire  même pour les études les plus sélectives

Une charte a été signée en janvier 2019 par les Ministres de L’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, le Président de la Conférence des Grandes Ecoles, celui de la CPU (Conférence des Présidents d’Université), ainsi que la Conférence des Directeurs d’Ecoles françaises d’ingénieurs et l’Association des proviseurs de lycées ayant une classe prépa,  afin de valoriser une approche en cohérence avec l’ouverture et la diversité des parcours garantis par la réforme du Bac

L’’objectif est de rassurer les lycéens et leurs familles sur le fait que le choix de spécialités ne ferme aucune porte. Cela va dans le même sens que la réforme des études de santé prévoyant la mise en place à la rentrée 2020 d’une LAS : licence dans un secteur autre que la médecine, mais donnant la possibilité d’accéder à ce parcours.

Même si de très bons résultats dans les spécialités choisies, quelles qu’elles soient, pourront  permettre d’obtenir la formation visée  sur la plateforme Parcoursup,  il n’en reste pas moins que des spécialités en cohérence avec les études supérieures envisagées continueront à optimiser ses chances de cohérence avec les attendus. Il est cependant demandé aux établissements  de mettre en place des dispositifs de réussite pour les élèves ayant fait d’autres choix initiaux.

Les spécialités offertes dans votre zone géographique

 En pratique, les 12 spécialités ne seront pas proposées dans l’ensemble des établissements. De la même manière, il faudra parfois que votre enfant change de lycée pour suivre un enseignement en langues, littérature et culture étrangère dans la langue choisie. Le Ministère indique cependant que sept des douze spécialités devront être proposées « dans un périmètre raisonnable ».  Il s’agit de : histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ; humanités, littérature et philosophie ; langues, littératures et cultures étrangères ; mathématiques ; physique-chimie ; SES et SVT. Les cinq autres spécialités feront l’objet d’une « carte académique, voire nationale ». L’option biologie-écologie, quant à elle, ne sera enseignée que dans les lycées agricoles.

Pour les enfants qui sont encore en classe de 3ème, une réflexion en amont peut permettre de choisir dès l’entrée au lycée, un établissement proposant les spécialités souhaitées.

En seconde, si votre enfant est intéressé par une spécialité non proposée dans son lycée, que faut-il faire ? Lui conseiller de changer d’établissement, de choisir une autre option, ou de suivre des cours par correspondance pour maintenir son choix sans changer d’établissement ? Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres en matière d’éducation, il n’existe pas une réponse standard, mais des solutions adaptées à chaque situation. La personnalité de votre enfant, la raison qui motive son attirance pour cette spécialité, la praticité des transports permettant de rejoindre le lycée le plus proche  proposant la spécialité,  et sa capacité à travailler en autonomie dans une discipline peut-être déjà connue (arts,…)  s’il choisissait des cours du CNED : tous ces éléments seront à prendre en compte avec lui pour faire ensemble le meilleur choix ?

Les spécialités choisies par les élèves à la rentrée 2019/2020

Jusqu’à présent,  le Bac S était traditionnellement présenté  par une grosse proportion de candidats au Bac général : 51 % de ceux du Bac général en 2019, contre 33,4 % pour le Bac ES et 14,2 % pour le Bac L.

Parmi les spécialités sélectionnées à la rentrée 2019/2020 :

  • Les matières scientifiques continuent à être fortement représentées avec 64 % des élèves qui ont choisi les mathématiques et 43,5 % la physique-chimie, mais la combinaison de spécialités correspondant à l’ancien Bac S : Maths/physique-chimie /SVT n’a été choisie que par 26 % des élèves de 1ère.
  • En seconde position, les élèves ont opté pour Maths-SES-histoire-géo, à 6,8 %,  cela correspondait  à la section ES.
  • 9,3 % des élèves de 1èreont sélectionné Humanités et histoire-géo, associées à arts, LCA, LLCER ou maths.

Les choix traditionnels ne vont pas être totalement bouleversés en un an, mais malgré tout 47,7 % des élèves ont fait des choix de combinaisons ne correspondant pas aux séries traditionnelles. Les profils de bacheliers vont donc bel et bien évoluer.