L’alternance : une voie efficace pour l’intégration professionnelle

Deux types de contrats, une rémunération selon l’âge

Très répandue dans beaucoup de pays, la formation en alternance gagne peu à peu ses galons en France. Apprentissage et professionnalisation sont les deux types de contrats proposés, s’adressant aux jeunes de 16 à 25 ans, avec pour objectif de les aider à acquérir des compétences à la fois théoriques et pratiques. Le contrat d’apprentissage dure de six mois à trois ans, avec un minimum de 400 heures de formation permettant l’acquisition d’un diplôme, tandis que celui de professionnalisation est de six à douze mois (24 mois dans certaines conditions).

Un emploi en alternance est rémunéré d’après une grille fixée selon l’âge et le type de contrat. Par exemple, un apprenti entre 18 et 20 ans perçoit  41 % du Smic la première année, 49 % la seconde année et 65 % la troisième année. Par ailleurs, l’entreprise prend en charge tout ou partie de ses frais de scolarité.

Expérience et employabilité

En dehors de la rémunération, le principal point fort d’une formation en alternance est l’acquisition d’une solide expérience professionnelle en parallèle du diplôme. De quoi lever bien des barrières pour se lancer ensuite sur le marché du travail. Cela permet également de se frotter à la réalité d’un métier et éventuellement de décider d’une reconversion vers un autre secteur, si celui découvert ne convient pas.

Beaucoup d’employeurs ont du mal à trouver les profils qualifiés dont ils ont besoin. L’alternance permet de remédier à ce problème en formant le jeune à la fois au métier et à la culture de l’entreprise. Il n’est donc pas rare que l’employeur propose un poste à l’issue d’une formation en alternance. C’est ainsi que plus de 70 % des jeunes apprentis trouvent un emploi dans les sept mois suivant leur formation, dont 64  % en CDI.

Laisser un commentaire