La santé de vos enfants : inscription à la Sécurité Sociale étudiante

 

Lorsque votre enfant va devenir étudiant, selon son âge et la profession du parent qui le couvre en Sécu, il sera  inscrit par son établissement d’enseignement supérieur à la Sécurité sociale étudiante.

Elle couvre une partie des dépenses de santé les plus courantes (consultation chez un médecin généraliste ou spécialiste, hospitalisation, etc.). Le reste des frais est à votre charge, d’où la nécessité de souscrire à une complémentaire santé.

L’Assurance maladie délègue la gestion du régime de Sécurité sociale à 11 mutuelles : la LMDE, la MEP, la MGEL, la SMEBA, la SMECO, la SMENO, la SMERAG, la SMEREB, la SMERRA, VITTAVI et la SMEREP.

L’INSCRIPTION A LA SÉCURITÉ SOCIALE ETUDIANTE

Le régime étudiant de Sécurité sociale concerne tous les étudiants qui poursuivent leurs études en France et qui n’ont pas d’activité salariée régulière égale ou supérieure aux minima prévus (600 h/an ou 150h/trimestre). L’inscription à un centre de Sécurité sociale est OBLIGATOIRE à partir de 16 ans, même pour les étudiants couverts par l’Assurance Maladie de leurs parents jusqu’à l’année universitaire de leurs 20 ans (régime général), sauf cas particuliers.

  • Elle se fait au moment de l’inscription administrative dans l’établissement. Il faut indiquer le choix de la Mutuelle Etudiante «réseau emeVia ou LMDE» dans le dossier d’inscription universitaire.
  • Elle sera GRATUITE pour l’année universitaire à venir, pour ceux qui auront moins de 20 ans au 31 août 2018.
  • Elle sera PAYANTE lorsque l’étudiant a 20 ans ou plus entre le 1er septembre 2017 et le 31 août 2018. Sauf pour les boursiers ou ceux qui sont encore couverts par leurs parents qui relèvent de certains régimes spéciaux d’Assurance Maladie (par exemple agents de la SNCF, d’organismes internationaux,…).
  • A la rentrée 2016-2017, le montant de la cotisation, inchangé par rapport à l’année précédente, était de 215 € (il est fixé annuellement par le Ministère de l’enseignement supérieur).

A la suite de son inscription, votre enfant devra mettre à jour sa carte Vitale. Cette carte sert à la télétransmission des données des actes médicaux vers son centre de sécurité sociale étudiant. Elle est valable partout en France. Il suffit de la mettre à jour chaque année dans les bornes Vitale situées dans les accueils des mutuelles étudiantes, CPAM, hôpitaux, services municipaux, pharmacies…

Les règles de remboursement de la Sécurité Sociale 

Afin d’être correctement remboursé, les étudiants doivent également avoir  déclaré un médecin traitant. Certains actes restent en accès direct (pour les soins de première intention, à condition d’avoir fait cette déclaration) chez les spécialistes en ophtalmologie, gynécologie, psychiatres et neuropsychiatres (pour les moins de 26 ans), stomatologues (pour les soins bucco-dentaires). Le tiers payant est pratiqué par toutes les mutuelles étudiantes et partout en France.

Retrouvez toutes les informations utiles sur :

Pour bénéficier du tiers payant et être correctement remboursé, votre enfant doit :

  • Déclarer son médecin traitant : il peut choisir votre médecin de famille ou tout autre médecin, généraliste ou spécialiste. Ce choix doit être envoyé à son centre de sécurité sociale étudiant via le formulaire spécifique (imprimé S3704a) cosigné avec son médecin.
  • Présenter sa carte Vitale (penser à sa mise à jour annuelle)

 

Carte Vitale

Pour les lycéens possédant déjà une carte vitale, les informations concernant le médecin traitant sont automatiquement transmises lors de la mise à jour de la carte.

 

COMPLÉTEZ LES REMBOURSEMENTS DE SOIN DE VOS ENFANTS

Des complémentaires santé pour tous les besoins

Le régime étudiant facilite les démarches, car les mutuelles assurent à la fois la partie Sécurité sociale et la complémentaire santé.

Cela permet d’optimiser les remboursements de santé en recevant les remboursements Sécu + mutuelle en une seule fois.

Si votre enfant reste couvert par votre mutuelle parentale, n’oubliez pas de transmettre à votre mutuelle  l’attestation vitale, afin de mettre en place cette télétransmission. De cette manière son centre de Sécurité sociale transmettra automatiquement les décomptes de remboursement à votre mutuelle complémentaire, sans nouvelles démarches de votre part.

Les remboursements de soins à l’étranger

A l’étranger, les tarifs de soins peuvent être largement supérieurs aux tarifs français. Dans les 31 pays de l’espace économique européen, la CEAM (Carte Européenne d’Assurance Maladie) assure la prise en charge des frais médicaux, mais uniquement sur la partie Sécurité sociale. Il reste donc un différentiel, parfois important, entre les tarifs appliqués et le remboursement « sécu », qui rend nécessaire la souscription d’une complémentaire spécifique à l’international. Les mutuelles étudiantes vous en proposent.

LA SANTÉ DES ÉTUDIANTS PASSE PAR UN VASTE RÉSEAU : COMMENT L’UTILISER ?

La prise en charge pratique de la santé des étudiants passe par un réseau de professionnels qui assurent un suivi à l’Université aussi bien qu’en ville. A l’Université, la MPU (médecine préventive universitaire) offre aux étudiants des services de proximité. En ville, le réseau se déploie entre les professionnels hospitaliers et les professionnels libéraux. Pour choisir, voici quelques éléments.

La Médecine Préventive Universitaire (MPU)

  • Les missions de la MPU

Le service universitaire a pour vocation de s’adresser à tous les étudiants et aux élèves des écoles qui ont passé une convention avec ce dernier. La MPU est chargée du «contrôle médical préventif des étudiants» et de «missions de prévention et d’éducation sanitaire». Pour remplir ces missions, le service universitaire dispose d’équipes pluridisciplinaires (infirmières, diététiciennes, médecins, psychologues, assistantes sociales).

  • Les services : consultations, vaccinations, visites

La MPU assure un accueil permanent et personnalisé des étudiants qui ont besoin d’un conseil, d’un certificat médical, ou d’un contrôle de leur état vaccinal.

La MPU propose des visites médicales obligatoires ainsi que des consultations spécialisées (psychologie, soins dentaires, nutrition, tabac, addictions, par ex.).

  • La prévention

Les consultations de dépistage (dentaire, MST, …) sont proposées à tous les étudiants. La prévention s’intègre également dans des programmes d’actions adaptées à la vie universitaire des étudiants. Ces actions sont souvent thématiques (alcool, tabac, drogues, IST, MST, …).

Le réseau des professionnels de santé

  • Les deux grands secteurs : libéral et public

Si votre enfant préfère la médecine de ville à la MPU, vous pourrez choisir entre le secteur libéral et le secteur hospitalier. Pour trouver un praticien libéral, il suffit d’interroger le site de l’Assurance maladie (www.ameli-direct. ameli.fr), qui propose une base de données consultable par nom, profession, secteur conventionnel ou géographique. S’il vous doit se  rendre à l’hôpital, vous pouvez faire une recherche par centre hospitalier universitaire, à partir d’un portail spécialisé, qui propose une recherche par ville (www.reseau-chu.org). Vous trouverez les coordonnées téléphoniques et les adresses que vous recherchez. N’hésitez pas à vous faire conseiller par les mutuelles étudiantes, par exemple.

  • Le réseau associatif et mutualiste de prévention

Dans le domaine de la santé et de la prévention, le « tissu » associatif est dense. Vous trouverez l’ensemble des informations auprès des organismes suivants :

  • Comité départemental d’éducation pour la santé (voir le site www.inpes.sante.fr)
  • Mouvement français pour le planning familial (www.planning-familial.org)
  •  Association AIDES (www.aides.org) et SIDA INFO SERVICE (www.sida-info-service.org)
  •  ALS (als@sidaweb.com)
  •  Association nationale de prévention de l’alcoolisme (ANPA) : www.drogues.gouv.fr
  • Service « Fil-santé-jeune », ouvert tous les jours (www.filsantejeunes.com)
  • Service TABAC INFO (www.tabac-info-service.net)
  • Avenir santé (www.avenir-sante. com)
  • apsytude(www.apsytude.com)

 

Laisser un commentaire