Une année de césure à l’étranger

Votre enfant n’a pas obtenu la formation souhaitée sur Parcoursup pour l’instant, et vous avez compris qu’il avait à l’esprit de partir un an à l’étranger pour murir son projet d’orientation et progresser en anglais. Malgré le contexte actuel, cela reste possible à partir de la rentrée. Voici quelles sont les différentes possibilités

Il est encore tôt pour savoir exactement quelle sera la situation sanitaire dans le monde à la rentrée, mais d’ores et déjà de nombreux pays ouvrent leurs frontières, et notamment nos voisins européens. Partir à l’étranger peut être pour votre enfant une expérience très enrichissante à condition d’être bien préparée, et il gagnera en maturité. Pour trouver le dispositif qui lui correspond,  ESN France (association d’accueil, d’intégration des étudiants internationaux et de promotion de la mobilité, propose un site qui contient des informations officielles et complètes : http://decouvrirlemonde.jeunes.gouv.fr/. Voici par ailleurs un inventaire des possibilités :

Les chantiers de bénévoles internationaux

Idéal pour donner de son temps pour un projet d’intérêt général dans une ambiance internationale en rénovant de vieux monuments en France ou à l’étranger, mais toujours dans un contexte multiculturel.

Erasmus +

L’occasion de partir étudier dans un autre établissement, en Europe ou plus loin. Cela fonctionne si  l’école/université dans laquelle il est inscrit pour la rentrée a des accords avec des établissements à l’étranger pour envoyer ses étudiants et en accueillir dans le cadre d’échange réciproque. Les demandes s’effectuent auprès des services de relations internationales de l’établissement français, souvent une année à l’avance. Cela s’adresse donc plutôt aux jeunes qui sont déjà étudiants. Des réunions d’informations sont organisées, et il existe des bourses.

Assistant de langues ou séjours au pair

Cela peut être une bonne formule pour perfectionner son niveau de langue et tester sa patience auprès des enfants  avant de se lancer dans l’enseignement.

Les stages à l’international

La notion de stage est interprétée différemment d’un pays à l’autre. Dans certains pays, comme en France, la convention (« agreement ») est obligatoire, dans d’autres ce n’est pas le cas mais le stagiaire a le même statut qu’un salarié. En matière de rémunération, les règles sont distinctes également. En Angleterre, les stages de courte durée ne sont en général pas indemnisés.

Un job dans un autre pays

Nombreux sont les étudiants qui décident de travailler pour financer leur séjour. En Europe, la libre circulation permet à tout citoyen de l’UE de travailler comme salarié ou indépendant, sans permis de travail, dans n’importe quel pays de l’UE.
Dans les autres pays, il faut souvent un visa de travail, ou l’intégration à un programme réservé aux étudiants, tels que le PVT (Programme Vacances Travail). La demande se fait sur internet. Le PVT permet de séjourner dans le pays pendant un an (24 mois au Canada pour les français). Il n’est possible, en général, d’obtenir qu’un seul PVT dans sa vie, pour chaque pays. Pour les français, 14 pays proposent des PVT : Argentine, Australie, Canada (avec des quotas), Chili, Colombie, Corée du Sud, Mexique, Brésil, Japon, Nouvelle-Zélande, Hong-Kong, Uruguay, Russie, Taiwan.

Le volontariat international

Dans une entreprise, une ONG ou une association pour mener une mission solidaire ou non et développer de nouvelles compétences. Destiné aux étudiants et jeunes diplômés de 18 à 28 ans, le Volontariat International est une expérience professionnelle enrichissante qui constitue un véritable tremplin pour une carrière internationale.
Le volontariat peut se faire dans une entreprise française à l’étranger (VIE), au sein d’une structure française, publique ou parapublique, dans une structure publique locale étrangère (centres de recherche et universités publiques), ou enfin auprès d’organisations internationales ou d’associations agréées. Le candidat peut trouver lui-même sa mission, en démarchant les entreprises ou en consultant les offres sur le site www.civiweb.com. Dans le cadre d’un VIE, le volontaire peut occuper un emploi commercial, technique, scientifique, etc… Les missions durent 6 à 24 mois. Le Volontaire est placé sous la tutelle de l’ambassade de France et perçoit une indemnité mensuelle variant selon les pays.

Le Woofing

WOOFing est l’abrégé de World-Wide Opportunities on Organic Farms. Le principe est d’échanger quelques heures de travail, au contact de la nature, contre le logis et la nourriture. Les structures d’accueil sont regroupées dans des associations nationales qui publient des guides, avec leurs coordonnées et opportunités. Par extension, le Woofing se pratique aussi par exemple dans les auberges de jeunesse.
Le HelpX fonctionne sur le même principe, mais pas obligatoirement dans des fermes bios, et peut se trouver par internet.

Une expatriation de 6 mois ou un an bien préparée, lui permettra dans tous les cas de revenir riche de nouvelles expériences.

Des ressources en accès libre pour se cultiver et rester en forme

Le 11 mai a marqué le début du déconfinement, mais pas la reprise des cours pour les lycéens. Pour que vos enfants puissent se cultiver de façon ludique nous avons sélectionné une série de ressources numériques accessibles  gratuitement en ce moment. Et pour pratiquer une activité physique, quelques entraînements sportifs.

Pour apprendre et se tester

. Des ressources audio et vidéo d’Arte, Radio France, Canopé, TV5 Monde… dans des domaines très variés : économie, sciences, histoire-géo, mais aussi  arts. Une belle manière de mettre à profit le confinement pour se cultiver autrement sur https://enseignants.lumni.fr/ et aussi des parties du programme selon la classe de vos enfants https://www.lumni.fr/lycee/premiere/bac-2020

. Des ressources du Ministère de la culture : voici le lien

. L’académie de Poitiers met à disposition sur son site, des fiches de révision pour les terminales L et ES.  Chaque fiche se compose de problématiques, plans du cours, rappels des sujets possibles sur le chapitre concerné,  les ressources et événements à connaitre, ainsi qu’un lexique : http://ww2.ac-poitiers.fr/hist_geo/spip.php?article1945

. Un site avec des quiz et exercices ludiques pour s’auto-corriger en français et en culture générale : http://w3.restena.lu/amifra/exos/

. Des applis pour tous les niveaux dans beaucoup de domaines, par exemple en philo pour les terminales, ou pour les élèves de 1ère impatients de découvrir la philo, ou encore en langues : https://learningapps.org/

. Pour la physique, la chimie et le numérique, un site avec  des contenus animés, d’autres interactifs Beauc

. Le centre Georges Pompidou  met à disposition des podcasts d’oeuvre

Et pour rester en forme

Même si vos enfants peuvent maintenant commencer à sortir, les activités sportives n’ont pas reprises. Ils ne sont pas tous forcément adeptes du running, et même ceux qui le sont, ont envie de varier les activités. Voici quelques tutos. Cela peut être aussi l’occasion de partager des activités avec eux.

Beaucoup de vidéos sur Youtube, chacun choisira en fonction de son niveau d’entrainement, avec  souvent la possibilité de moduler le rythme :

Pour tous : https://www.youtube.com/watch?v=3bxihqPKF08

Plus pour vos garçons : https://www.youtube.com/watch?v=B-r-MfIzl7E

 

Les premiers résultats sont tombés sur Parcoursup

Le 19 mai à 17h, les premiers résultats d’admission dans l’enseignement supérieur formulés sur la plateforme PARCOURSUP sont tombés. Les 887 681 candidats (dont 658 000 lycéens) ayant émis des vœux étaient dans l’expectative et espéraient être fixés au plus vite. Alors que va-t-il se passer maintenant ?

Une évolution rapide du nombre de places

Les candidats ont pu obtenir la réponse « oui » ou « oui, en attente d’une place » tant pour les formations non sélectives que pour les formations sélectives (BTS, DUT, classes prépas,..). A l’université, y compris pour les nouvelles filières en santé, un 3ème type de réponse a pu être donné « oui, si », impliquant de suivre un parcours de remise à niveau.

Jusqu’au 23 mai, les candidats disposent de 5 jours pour accepter, refuser ou placer en attente une offre de formation. Le délai va ensuite se réduire à 4 jours puis 3 jours.

Chaque matin, ils pourront recevoir via l’application Pacoursup de nouvelles réponses. Il n’y aura pas cette année de période d’interruption étant donné que les épreuves écrites du Bac ont été supprimées.

Quelques chiffres

A l’étape précédente, les candidats ont en moyenne confirmé 10,1 voeux, soit un de plus que l’an dernier. Cette évolution est logique car de nouvelles formations ont intégré la plateforme. Près de 7 candidats sur 10 ont formulé au moins un voeu en dehors de leur académie de résidence, soit 3 % de plus qu’en 2019.

Dès le 1er jour des résultats, ainsi que l’indique la Ministre de l’Enseignement supérieur, plus de 1,5 million de propositions ont été faites à 453 000 candidats. 71 000 d’entre eux ont accepté une proposition dans la foulée.

Pour ceux là, il ne reste plus qu’à attendre les résultats du Bac, qui seront attribués sur la base du contrôle continu. Pour les autres qui ont encore des questions en suspens, un numéro vert a été mis en place :

0 800 400 070

Du nouveau dans le calendrier Parcoursup

Pour vos enfants qui sont en terminale, voici quelques nouveautés concernant le calendrier Parcoursup, consécutives aux bouleversements liés à la crise du Covid-19.

Un fonctionnement en continu

Une suspension de la procédure Parcoursup était initialement prévue du 17 au 24 juin pendant les épreuves écrites du Bac. Celle-ci est annulée du fait de la suppression de ces écrits. Les élèves pourront recevoir des propositions en continu.

La phase complémentaire

Elle s’ouvrira dès le 16/06 au lieu du 25/06 comme cela était prévu, afin de  permettre à un plus grand nombre d’élèves qui n’auraient pas reçu de proposition, de formuler des vœux. Elle se poursuivra jusqu’au 10/09. Cela n’impactera pas le calendrier de la phase principale qui se déroulera jusqu’au 17/07 comme prévu initialement.

Les clés pour bien choisir le futur logement étudiant de votre enfant

La recherche d’un logement étudiant commence idéalement au printemps. Location d’un appartement ou résidence étudiante, quels sont les critères pour faire votre choix ?

Même si ce printemps aura été très particulier, la fin d’année arrive bien souvent plus vite qu’on ne le croit… Si votre enfant intègre l’enseignement supérieur à la rentrée,  il  a peut-être déjà reçu des réponses à ses vœux sur Parcoursup et obtenu une admission dans une formation éloignée du domicile familial.

A moins qu’il ne fasse partie des 12 % d’étudiants qui intègrent une résidence du CROUS, vous devez en premier lieu décider avec lui quel type de logement  rechercher. Résidence étudiante privée, appartement vide ou meublé, colocation, quel  solution correspond le mieux à ses aspirations, mais aussi à votre budget ?

Critère numéro 1, l’emplacement du logement

Dans tous les cas, le premier critère à prendre en compte est la localisation du futur logement. Il devra en effet, soit être situé à proximité de son lieu d’études, soit être bien desservi par les transports en commun. Il ne s’agirait pas qu’il perde un temps fou et son énergie en trajets quotidiens ! Même si vous ne vous connaissez pas (encore) sa future ville de résidence, vous pouvez tout à fait passer quelques heures sur le net pour vous renseigner et, pourquoi-pas, établir une zone de recherche. A ce sujet, n’oubliez pas de vous informer sur les différents quartiers et leur réputation. Pensez également à cibler des zones commerçantes pour les courses du quotidien.

Commencez les recherches assez tôt

Si vous optez ensemble pour une location d’appartement, qu’il soit vide ou meublé, vous pouvez commencer les recherches par les sites de petites annonces. Dans les grandes villes étudiantes, où le marché est tendu, avril à juin est la période parfaite. Ceux qui vont quitter les logements commencent à poser leur préavis et de votre côté, vous éviterez le stress d’une recherche tardive. Déterminez bien les critères avec votre enfant afin de ne pas perdre de temps : de quelle surface a-t-il besoin ? De quel budget disposez-vous ? En appliquant des filtres, vous simplifiez vos recherches et des logements correspondant réellement à vos besoins s’affichent sur votre écran. Pour les logements correspondant à vos attentes, n’hésitez pas à demander des renseignements – voire des photos – complémentaires avant de faire un premier choix. Si sa ville d’études est éloignée du domicile familial, vous pouvez tout à fait bloquer un week-end pour vous rendre sur place avec lui. Cela met les propriétaires en confiance.

La visite, une étape incontournable… ou pas

C’est un moment clé du choix d’un logement étudiant. Vous constaterez à cette occasion que les (belles) photos publiées diffèrent parfois de la réalité. La visite d’un appartement, donc, doit être synonyme d’inspection. La surface des pièces, les équipements électroménagers, la luminosité, l’emplacement des prises, ne vous gênez pas pour tout observer jusque dans les moindres recoins – à la recherche par exemple de cette petite tâche d’humidité qui peut en dire long sur l’état du logement. Profitez-en encore pour poser des questions, les charges locatives ou bien la facture de chauffage peuvent peser lourd dans un budget de logement étudiant !  Prenez si possible vos rendez-vous en fin d’après-midi, lorsque le voisinage est dans les parages. Ce sera l’occasion de vous rendre réellement compte des bruits environnants.

Et en résidence étudiante ?

Si 2020-2021 est sa première année hors du nid familial, peut-être préférez-vous le cadre plus sécurisant d’une résidence étudiante privée. S’il vous est difficile de vous déplacer, les résidences vous offrent la possibilité de faire des visites virtuelles.  Outre la localisation qui est un critère essentiel, il vous est conseillé de faire votre choix en fonction des besoins et du mode de vie de votre enfant. Les services proposés sont en effet différents d’une résidence à l’autre et peut-être est-il plus important à ses yeux d’avoir une salle de sport ou un accès Wifi très haut débit qu’une laverie, ou inversement. A noter que certaines chaînes de résidences étudiantes  (par exemple www.logifac.fr) offrent la possibilité de déposer un dossier de candidature et de vous désister s’il n’est pas admis dans  l’établissement demandé.

 

Les pistes pour trouver un job d’été

Ces quelques semaines passées à la maison vont permettre à vos enfants d’avoir du temps pour se consacrer à leur recherche de job pour cet été. C’est la bonne période. Les journées Jobs d’été prévues en mars sont annulées, mais il existe bien d’autres moyens de trouver des pistes.

Le but premier  est-il seulement pour eux de gagner de l’argent, ou aussi d’acquérir une expérience en adéquation avec leurs objectifs professionnels pour étoffer leur CV ? Quels sont leurs atouts ? Une première réflexion est nécessaire avant qu’ils démarrent leur recherche.

De nombreux outils de recherche

Les  outils à la disposition de vos enfants pour prendre connaissance des offres de jobs d’été  et entrer en contact avec les entreprises qui recrutent sont nombreux.

La traditionnelle candidature spontanée reste une option possible. Tout le reste démarrera en général par une recherche sur internet.

Les sites généralistes

 www.indeed.fr : portail proposant de nombreuses offres d’emplois au plan national. Selon les offres, vous pouvez postuler en direct ou via le site en déposant votre candidature.

www.keljob.com : portail vous permettant d’accéder aux annonces publiées par de nombreux sites : institutionnels, sites emplois, sites d’entreprises, de cabinets de recrutement ou de sociétés de travail temporaire.

www.meteojob.com : offres d’emplois dans des secteurs variés, au plan national : centres d’appel, restauration, chargés d’assistance, agents de conditionnement,…. Il faut être inscrit pour pouvoir postuler ; vous recevez ensuite des alertes.

www.pole-emploi.fr : des  offres de postes saisonniers  présentés par région : agent de surveillance dans des musées, billettistes, surveillants de bassin dans une piscine, animateur club de loisirs, et même jardinier. Une grande diversité de possibilités, y compris en plein air.

www.regionsjobs.com : offres d’emploi et également de nombreux stages classés, comme le nom l’indique, par région. Possibilité de déposer votre CV, mais également de postuler directement,  et de créer une alerte.

www.sourcea.fr : il faut s’inscrire pour pouvoir postuler. Toutes les offres ne sont pas destinées à des étudiants.

Les sites étudiants

www.cidj.com : site emploi du CIDJ (Centre d’Information et documentation Jeunesse). Beaucoup d’informations pratiques et des offres en France et à l’étranger pour des campings, des bars, domaines viticoles, des postes d’hôtes/hôtesses,… . Idéal pour entamer ses recherches.

www.etudiemploi.com : beaucoup d’offres de garde d’enfants.

www.jobaviz.fr : centrale d’offres de jobs du CROUS. Offres classées par département et par secteur. Se créer un compte pour pouvoir postuler.

https://jobetudiant.net : offres classées principalement par ordre d’arrivée (les plus récentes apparaissent en premier), tous secteurs confondus. Il faut s’identifier pour postuler.

www.letudiant.fr : nombreuses offres que vous pouvez sélectionner par région ou par secteur d’activité, et des infos pratiques.

www.studentjob.fr : offres de jobs d’été  classées par ville. Vous pouvez les consulter librement. Les candidats sont ensuite souvent redirigés vers le site du recruteur pour postuler directement.

www.studyrama-emploi.com : des offres mais aussi des idées de jobs originaux et des articles.

Les sites spécialisés par secteur d’activité

www.anefa.org : site de l’Association Nationale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture. Outil des partenaires sociaux de l’agriculture pour favoriser l’emploi dans ce secteur. Ne manquez pas d’aller sur ce site si vous voulez travailler en plein air.

www.animjobs.com : offres de jobs mises à jour régulièrement, dans le secteur de l’animation en centres de vacances pour enfants et adolescents ou pour adultes : Club Med, Look Voyages, UCPA, Go !…les plus grands recruteurs du secteur sont là.

www.distrijob.fr : offres dans le secteur de la grande distribution : hypermarchés, grandes surfaces spécialisées… Vous êtes réorienté vers les sites d’entreprises qui recrutent telles que Lidl, Leclerc,…

www.lhotellerie-restauration.fr : fiches métiers, des offres destinées aux professionnels du secteur, mais aussi des jobs saisonniers. Ce site est édité par le journal des Restaurants-Hôtels-Cafés.

Agenda de février-mars

Salon Date Lieu
Salon des classes prépas 25-janv Paris – La Villette
Café des Parents : osez l’Allemagne 25-janv Paris 15ème : CIDJ
Salon de l’Etudiant 31/01 au 02/02 Paris – Parc des Expos
Mondial des métiers 6 au 9/02 Lyon – Eurexpo
Salon Sup’alternance Studyrama 08-févr Lille – Marcq-en-Baroeul
Forum Sup’alternance Studyrama 15-févr Bordeaux – Palais de la Bourse
Salon de l’apprentissaqge et de l’alternance – L’Etudiant 14 et 15/02 Lyon – Cité internationale
Salon Sup’alternance Studyrama 07-mars Montpellier – Le Corum
Salon des Etudes supérieures et de l’alternance 07-mars Rennes – Centre des congrès
Journée des Jobs d’été 17-mars Paris – Le Centquatre

Se perfectionner en langues de façon ludique.

Un test de certification en langue anglaise est mis en place dès 2020 pour les formations à vocation internationale (certains BTS et DUT, licences en langues,…). Il se généralisera  à l’ensemble des étudiants en 2022/2023.  Si aujourd’hui votre enfant ne semble pas passionné par les langues, peut-être cela vient-il simplement du fait que les méthodes d’enseignement utilisées au lycée ne lui conviennent pas. Avec des  techniques moins traditionnelles et plus ludiques, il peut y avoir rapidement un déclic.

Lire pour enrichir son vocabulaire.

Tous les adolescents ne sont pas enclins à lire, et si votre enfant rechigne à le faire en français, il y a peu de chances qu’il soit prêt à commencer un livre en anglais. Mais peut-être qu’il le fera plus volontiers sur internet. Beaucoup de jeunes suivent aujourd’hui des blogueurs internationaux qui communiquent en anglais avec leur communauté. Il suffit qu’ils proposent de l’actualité sur un sujet qui passionne votre enfant : cela va de son sport préféré à la sauvegarde de la planète. Mais faites-lui confiance, il trouvera tout seul

Regarder des séries ou des films en V.O.

constitue une bonne solution pour habituer son oreille aux sonorités d’une langue dans laquelle on veut acquérir une meilleure aisance orale. Si votre enfant a encore une maitrise très approximative de l’anglais, l’idéal serait de trouver des films en V.O. sous titrés en anglais. Autre bonne solution : regarder le journal télévisé des chaînes étrangères. Cela devient maintenant accessible facilement sur le câble, la TNT. Le temps de concentration requis est moins important, souvent environ 10 minutes, et il y a des images pour aider à la compréhension. Enfin, regarder des séries est maintenant très facile d’accès avec Netflix. Il choisira en fonction de ses affinités : House of cards, Walking dead,…et pourra regarder avec les sous-titres en français au début pour habituer son oreille (une ou deux semaines maximum), puis avec les sous-titres en anglais et ensuite sans sous-titre dès que possible. L’avantage est qu’il s’habituera à un accent authentique, anglais ou américain selon la série, et aux expressions idiomatiques.

Communiquer avec des natifs de la langue apprise.

Certains professeurs, notamment en allemand, proposent à leurs élèves des correspondants. Cela reste une bonne solution pour que votre enfant ait un contact de son âge dans le pays. Toujours pour cette langue, le Goethe Institut organise des « Speed dating » pour trouver un binôme. Certains lycées et la plupart des universités reçoivent des étudiants étrangers : en s’investissant dans les associations qui les accueillent, vos enfants auront l’occasion de rencontrer des natifs. S’ils n’ont pas cette opportunité, ils peuvent aussi en rencontrer en France dans des pubs anglais tels que  Frogs à Paris ou encore la légendaire Librairie-café Shakespeare & Co. Et s’ils préfèrent communiquer en ligne, de nombreux forums lui en donneront l’occasion.

Partir à l’étranger

constitue toujours et plus que jamais  une bonne solution, et les étudiants le font de plus en plus. Au lycée, cela n’est pas toujours facile en cours d’année car les vacances scolaires sont nombreuses mais relativement courtes. Un séjour linguistique de 2 semaines, voire même d’une semaine permet malgré tout à certains jeunes qui avaient un blocage, d’avoir un déclic. Il suffit qu’ils aient eu de bons contacts avec d’autres jeunes anglophones  pour que cela suscite chez eux l’envie de pouvoir communiquer plus facilement avec eux. D’ailleurs, ils restent souvent en relation. Voici les coordonnées des 2 principales associations de séjours linguistiques regroupant les organismes : l’UNOSEL (www.unosel.org) et l’Office (www.loffice.org). Pour savoir quels sont les organismes sérieux, vous pouvez aussi obtenir des renseignements par mail auprès de la PEEP : sejours@peep.asso.fr. Des partenariats ont été passés avec 2 organismes auprès desquels vous bénéficierez de réductions : Cap Monde et OISE. Et n’oubliez pas que votre enfant appréciera d’autant plus son séjour qu’il l’aura choisi lui-même. Impliquez-le !

 

Utiliser les sites internet et applications.

Habitué peut-être à ce que vous lui reprochiez de passer trop de temps sur écran, votre enfant sera surpris que vous lui proposiez des applications pour progressez en langues de façon ludique. En voici quelques-unes :

  • BABEL (pour android et IOS) : existe dans 13 langues. Choix préalable du niveau. Travail sur la prononciation également.
  • DUOLINGO (pour android et IOS). Pour débutants et expérimentés.  Un test à chaque niveau. Gain de points et de vies comme dans un jeu vidéo. Possibilité de rivaliser avec des amis.
  • FluentU (pour IOS et web) : vidéos tournées dans un contexte réel, sous-titres pour voir les mots, vocabulaire conservé dans une liste à réviser.
  • FLUENT FOREVER : un site, une appli et un livre. Une méthode pour mémoriser du vocabulaire en associant un mot à une image. Principe des flashcards (cartes mémoire).
  • MEMRISE (pour android, IOS et web) : aide à mémoriser di vocabulaire à l’aide de cartes avec des mots, leur sens et leur prononciation. Entrainement au TOEFL, pour les verbes irréguliers, etc..
  • MOSALINGUA (pour android et IOS) : 10 minutes par jour, pour mémoriser des mots, des phrases et des expressions anglaises.
  • EU (web): tarifs préférentiels pour les adhérents PEEP. Journal quotidien d’actualités internationales en anglais, sonorisé sous différents accents, cahier d’exercices avec de l’entrainement à la compréhension orale et de l’entrainement au Bac.

Une coach en langues étrangères a étudié des groupes de polyglottes et en a tiré des conclusions reposant sur quatre principes fondamentaux pour optimiser l’apprentissage d’une langue:

  • S’amuser : si votre enfant ne prend pas de plaisir, il délaissera son apprentissage ou fera le minimum
  • Trouver une organisation : concernant les méthodes utilisées en parallèle de l’apprentissage scolaire, il faut définir au préalable quand et comment on va consacrer du temps à se perfectionner.
  • Exposition : en s’exposant à la langue en permanence, de diverses manières, on progresse beaucoup plus vite
  • Régularité : 30 minutes par jour sont plus efficaces que 7h consécutives

 

 

Le choix des spécialités pour le  Bac 2020

Tous les élèves de 2nde et 1ère sont désormais concernés par le Bac nouvelle formule qui sera délivré à partir de 2021. Si vos enfants sont en 2nde, la  vraie question est maintenant pour eux de choisir judicieusement leurs spécialités. En étant bien informé, vous pourrez échanger plus facilement en famille sur ce sujet.

Les spécialités proposées en classe de première et terminale

Les élèves choisissent  désormais  3 spécialités représentant un volume global de 12 heures de cours hebdomadaires. Les disciplines proposées sont :

  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
  • Humanités, littérature et philosophie
  • Langues, littératures et cultures étrangères
  • Littérature, langues et cultures l’Antiquité
  • Numérique et sciences informatiques
  • Mathématiques
  • Physique-chimie
  • Sciences de la vie, et de la terre
  • Sciences de l’ingénieur
  • Sciences économiques et sociales
  • Arts
  • Biologie / écologie

L’ONISEP a mis en place un simulateur qui permet aux lycéens de prendre connaissance des univers formations et métiers qui s’ouvrent à eux en fonction des spécialités choisies : www.horizons21.fr/

Il sera toujours possible de sélectionner des options complémentaires, au choix parmi :

  • Arts
  • Langue vivante 3
  • Langues et culture de l’antiquité (latin – grec)
  • EPS
  • Mathématiques complémentaires
  • Mathématiques expertes
  • Droit et grands enjeux dans le monde contemporain

 

La voie technologique et la voie professionnelle  conservent leur organisation actuelle en séries. Des ajustements seront apportés au programme afin d’apporter un socle commun de connaissances, articulé avec les enseignements de spécialité.

En classe de Terminale, les élèves devront choisir en début d’année de poursuivre deux des trois enseignements de spécialité qu’ils auront commencé à étudier en 1ère. C’est sur celles-ci que porteront deux épreuves du Bac qui auront lieu en avril, au retour des vacances de printemps.

Pas de spécialité obligatoire  même pour les études les plus sélectives

Une charte a été signée en janvier 2019 par les Ministres de L’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, le Président de la Conférence des Grandes Ecoles, celui de la CPU (Conférence des Présidents d’Université), ainsi que la Conférence des Directeurs d’Ecoles françaises d’ingénieurs et l’Association des proviseurs de lycées ayant une classe prépa,  afin de valoriser une approche en cohérence avec l’ouverture et la diversité des parcours garantis par la réforme du Bac

L’’objectif est de rassurer les lycéens et leurs familles sur le fait que le choix de spécialités ne ferme aucune porte. Cela va dans le même sens que la réforme des études de santé prévoyant la mise en place à la rentrée 2020 d’une LAS : licence dans un secteur autre que la médecine, mais donnant la possibilité d’accéder à ce parcours.

Même si de très bons résultats dans les spécialités choisies, quelles qu’elles soient, pourront  permettre d’obtenir la formation visée  sur la plateforme Parcoursup,  il n’en reste pas moins que des spécialités en cohérence avec les études supérieures envisagées continueront à optimiser ses chances de cohérence avec les attendus. Il est cependant demandé aux établissements  de mettre en place des dispositifs de réussite pour les élèves ayant fait d’autres choix initiaux.

Les spécialités offertes dans votre zone géographique

 En pratique, les 12 spécialités ne seront pas proposées dans l’ensemble des établissements. De la même manière, il faudra parfois que votre enfant change de lycée pour suivre un enseignement en langues, littérature et culture étrangère dans la langue choisie. Le Ministère indique cependant que sept des douze spécialités devront être proposées « dans un périmètre raisonnable ».  Il s’agit de : histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ; humanités, littérature et philosophie ; langues, littératures et cultures étrangères ; mathématiques ; physique-chimie ; SES et SVT. Les cinq autres spécialités feront l’objet d’une « carte académique, voire nationale ». L’option biologie-écologie, quant à elle, ne sera enseignée que dans les lycées agricoles.

Pour les enfants qui sont encore en classe de 3ème, une réflexion en amont peut permettre de choisir dès l’entrée au lycée, un établissement proposant les spécialités souhaitées.

En seconde, si votre enfant est intéressé par une spécialité non proposée dans son lycée, que faut-il faire ? Lui conseiller de changer d’établissement, de choisir une autre option, ou de suivre des cours par correspondance pour maintenir son choix sans changer d’établissement ? Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres en matière d’éducation, il n’existe pas une réponse standard, mais des solutions adaptées à chaque situation. La personnalité de votre enfant, la raison qui motive son attirance pour cette spécialité, la praticité des transports permettant de rejoindre le lycée le plus proche  proposant la spécialité,  et sa capacité à travailler en autonomie dans une discipline peut-être déjà connue (arts,…)  s’il choisissait des cours du CNED : tous ces éléments seront à prendre en compte avec lui pour faire ensemble le meilleur choix ?

Les spécialités choisies par les élèves à la rentrée 2019/2020

Jusqu’à présent,  le Bac S était traditionnellement présenté  par une grosse proportion de candidats au Bac général : 51 % de ceux du Bac général en 2019, contre 33,4 % pour le Bac ES et 14,2 % pour le Bac L.

Parmi les spécialités sélectionnées à la rentrée 2019/2020 :

  • Les matières scientifiques continuent à être fortement représentées avec 64 % des élèves qui ont choisi les mathématiques et 43,5 % la physique-chimie, mais la combinaison de spécialités correspondant à l’ancien Bac S : Maths/physique-chimie /SVT n’a été choisie que par 26 % des élèves de 1ère.
  • En seconde position, les élèves ont opté pour Maths-SES-histoire-géo, à 6,8 %,  cela correspondait  à la section ES.
  • 9,3 % des élèves de 1èreont sélectionné Humanités et histoire-géo, associées à arts, LCA, LLCER ou maths.

Les choix traditionnels ne vont pas être totalement bouleversés en un an, mais malgré tout 47,7 % des élèves ont fait des choix de combinaisons ne correspondant pas aux séries traditionnelles. Les profils de bacheliers vont donc bel et bien évoluer.

Nouveau ! L’Espace destiné aux parents de lycéens, de la Smerra

Un espace dédié aux parents, accessible à tous

La SMERRA accompagne les lycéens et leurs parents dans leur poursuite d’études supérieures avec

l’Espace Parents, portail d’informations qui permet de ne rater aucune étape d’inscription (Parcoursup, Dossier social étudiant du Crous) et de connaître les principales démarches et bonnes astuces pour se préparer au monde étudiant.

Pratique !                                                                                                                                                     

Mois par mois, un calendrier pense-bête des démarches et étapes incontournables à ne pas oublier tout au long de l’année !

Trouvez au même endroit toutes les informations dont vous avez besoin pour bien accompagner votre enfant dans son passage vers les études supérieures et ne jamais se laisser dépasser par le temps. Une multitude de conseils (orientation, filières, recherche de logement, Parcoursup, …) et desaides sur les démarches administratives à effectuer au bon moment (bourses, assurance, bail, …) !

https://parents.smerra.fr/

 

La SMERRA est présente sur l’ensemble du territoire. Depuis 50 ans, elle  œuvre pour couvrir les besoins étudiants en matière d’assurances et garanties complémentaires entièrement adaptées à leurs environnements d’études et de vie. Elle conduit également des actions deprévention et d’éducation à la santé grâce à des partenariats auprès de l’enseignement secondaire et supérieur, et au sein du milieu associatif étudiant.