Un logement étudiant à la rentrée ? Ce qu’il faut savoir

Votre enfant a choisi sur Parcoursup des formations loin de votre domicile et il va devoir trouver un logement étudiant à la rentrée ? Parmi les nombreuses formules qui existent, il y en a forcément une adaptée à votre budget et à ses besoins ?

Même si ce printemps aura encore été bien particulier, la fin d’année arrive bien souvent plus vite qu’on ne le croit… Si votre enfant intègre l’enseignement supérieur à la rentrée,  vous avez peut-être déjà songé à lui chercher un logement étudiant ? A moins qu’il ne fasse partie des 12 % d’étudiants qui intègrent une résidence du CROUS, vous devez en premier lieu décider avec lui quel type de logement  rechercher.

Bien s’informer sur la ville où il habitera

Dans tous les cas, le premier critère à prendre en compte est la localisation du futur logement. Il devra en effet, soit être situé à proximité de son lieu d’études, soit être bien desservi par les transports en commun. Il ne s’agirait pas qu’il perde un temps fou et son énergie en trajets quotidiens ! Même si vous ne vous connaissez pas (encore) sa future ville de résidence, vous pouvez tout à fait passer quelques heures sur le net pour vous renseigner et, pourquoi-pas, établir une zone de recherche. A ce sujet, n’oubliez pas de vous informer sur les différents quartiers et leur réputation. Pensez également à cibler des zones commerçantes pour les courses du quotidien.

 Choisir la formule la plus adaptée pour votre enfant

Vous pouvez commencer les recherches par les sites de petites annonces. Dans les grandes villes étudiantes, où le marché est tendu, mai-juin est la période parfaite. Ceux qui vont quitter les logements commencent à poser leur préavis et de votre côté, vous éviterez le stress d’une recherche tardive. Déterminez bien les critères avec votre enfant afin de ne pas perdre de temps : de quelle surface a-t-il besoin ? De quel budget disposez-vous ? En appliquant des filtres, vous simplifiez vos recherches. Dès que vous voyez un logement correspondant à vos attentes, n’hésitez pas à demander des renseignements – voire des photos – complémentaires avant de faire un premier choix. Vous pouvez tout à fait bloquer un week-end pour vous rendre sur place avec lui. Cela met les propriétaires en confiance.

La visite, une étape incontournable. C’est un moment clé du choix de tout logement étudiant : la visite ! Vous constaterez à cette occasion que les (belles) photos publiées diffèrent parfois de la réalité. La visite d’un appartement, donc, doit être synonyme d’inspection. La surface des pièces, les équipements électroménagers, la luminosité, l’emplacement des prises, ne vous gênez pas pour tout observer jusque dans les moindres recoins – à la recherche par exemple de cette petite tâche d’humidité qui peut en dire long sur l’état du logement. Profitez-en encore pour poser des questions : les charges locatives ou bien la facture de chauffage peuvent peser lourd dans un budget ! Une astuce concernant les visites : prenez si possible vos rendez-vous en fin d’après-midi, lorsque le voisinage est dans les parages. Ce sera l’occasion de vous rendre réellement compte des bruits environnants.

Les aides au financement de son logement

Vous avez déjà surement entendu parler des APL/ALS. Tous les étudiants peuvent en bénéficier car ce sont leurs revenus et non ceux de leurs qui sont pris en compte, sans que vous perdiez pour autant le bénéfice fiscal de la ½ part. Il faut bien sûr que le bail soit établi au nom de votre enfant. Pour connaître le montant dont il pourra bénéficier, faites la simulation sur https://wwwd.caf.fr/wps/portal/caffr/aidesetservices/lesservicesenligne/estimervosdroits/lelogement#/stateaccueil. Il faut également savoir qu’il existe d’autres aides. Les lycéens boursiers qui ont accepté une offre de formation  sur Parcoursup en dehors de leur académie de résidence, peuvent percevoir l’aide à la mobilité de Parcoursup. Son montant est de 500 €, elle est cumulable avec les autres aides : https://amp.etudiant.gouv.fr. Pour les alternants, il existe également l’aide mobili-jeunes. Elle est plafonnée à 100 € par mois. Retrouvez toutes les informations sur https://mobilijeune.actionlogement.fr/

Les résidences étudiantes : une solution intéressante

Si 2021-2022 est sa première année hors du nid familial, peut-être préférez-vous le cadre plus sécurisant d’une résidence étudiante privée. L’accès est souvent réservé aux locataires ayant un pass ou un digicode, et votre enfant aura un interlocuteur sur place. Les services proposés sont différents d’une résidence à l’autre et peut-être est-il plus important à vos yeux d’avoir une salle de sport ou un accès Wifi très haut débit qu’une laverie, ou inversement. A noter que certaines chaînes de résidences étudiantes  (par exemple www.logifac.com) offrent la possibilité de déposer un dossier de candidature et de vous désister si vous n’êtes pas admis dans  l’établissement demandé.

 

Les nouveaux aménagements du Bac

Après la suppression des épreuves de spécialités du mois de mars, de nouveaux aménagements viennent d’être annoncés par le Ministre de l’Education Nationale afin de répondre aux inquiétudes des lycéens par « plus de  bienveillance ». Pour 2021, Le contrôle continu constituera 82 % de la note qui sera attribuée à l’examen.

En Terminale

L’épreuve de philosophie

Elle est maintenue le 17 juin, mais c’est la meilleure note qui sera retenue pour chaque élève entre celle du contrôle continu annuel, et celle de l’examen. Cela permet à  chacun de conserver toutes ses chances de réussite. Par ailleurs, un plus grand nombre de sujets sera proposé : trois sujets de dissertation au lieu de deux, et un pour l’explication de textes.

Le Grand Oral

C’est une des grandes nouveautés de la Réforme du Bac et la seconde épreuve maintenue pour les élèves de terminale. Les élèves le passeront entre le 21 juin et le 2 juillet. Là aussi, les examinateurs sont appelés à faire preuve de bienveillance. Les élèves interrogés sur des sujets de leurs spécialités, pourront communiquer en début d’épreuve une liste des sujets qui n’auront pas pu être traités dans l’année, établie par leur professeur. Votre enfant pourra également garder ses notes de préparation pendant la 1ère partie de l’épreuve (5 minutes). Pendant la 2nde partie consistant en un échange  avec le jury, les candidats seront autorisés à recourir à un support (tableau,..).

 En 1ère

Les épreuves écrites du Bac de français

Afin de laisser plus de chances à chaque élève, le nombre de sujets proposés va être doublé par rapport à ce qui était prévu. Ainsi, en série générale, il y aura deux séries de trois sujets de dissertation et 2 commentaires de texte.  Pour la voie technologique, ils pourront choisir entre deux commentaires et deux contractions de textes, chacune suivie d’un essai. Les épreuves se dérouleront le 17 juin.

Les épreuves orales

Le nombre de textes à présenter avait déjà diminué, passant de 20 à 14 pour la voie générale et  de 12 à 7 pour la voie technologique. Il a désormais été indiqué que l’examinateur choisira deux textes parmi ceux préparés et l’élève sélectionnera celui qu’il préfère parmi les deux proposés. Pendant la 2nde partie de l’épreuve, les candidats  pourront consulter et  utiliser l’œuvre étudiée.  Les épreuves se dérouleront du 21 juin au 2 juillet.

Les jobs de l’été 2021 : quand, comment et où postuler ?

Votre enfant craint de ne pas trouver un job pour cet été du fait de la crise sanitaire : journées Jobs d’été retardées, restaurants toujours fermés,.. Voici quelques pistes pour l’aider.

Les secteurs qui recrutent

Tout comme en 2020, le marché des jobs étudiants est compliqué dans les secteurs qui pourvoient traditionnellement beaucoup de contrats saisonniers, et en premier lieu dans le secteur du tourisme et celui de la restauration. En attendant d’avoir plus de visibilité de ce côté-là pour cet été, il est préférable que vos enfants cherchent d’autres pistes s’ils veulent être certains de trouver un job. Cela sera l’occasion de découvrir de nouvelles activités.

La grande distribution : toujours de traditionnels postes de mise en rayon, caisse, équipier polyvalent, mais aussi un essor important des postes autour du drive.

Les métiers de la logistique : préparateur de commandes, agent d’expédition, agent de quai/manutentionnaire. Les offres se sont multipliées.

Le secteur banque /assurance : les banques recrutent toujours des auxiliaires de vacances. Dans le secteur assurance/assistance, des offres de chargé d’assistance, mais aussi de conseiller en déclaration de sinistre ou de téléconseiller retraite.

Les services à la personne : pour ceux qui privilégient les relations humaines, beaucoup de postes d’auxiliaire de vie proposés dans des agences spécialisées. Egalement des jobs d’animateurs de vacances adaptées pour changer d’air. Une formation spécifique peut être requise.

Travailler avec les enfants : baby-sitting, animateur de séjours (avec BAFA) ou accompagnement d’enfants en TGV : des emplois de quelques heures ou quelques jours à deux mois.

Travailler en plein air : après de nombreux mois passés devant un écran, s’ils veulent profiter du grand air, le secteur de l’agriculture propose des offres chaque année : ouvrier agricole, moissons, collecte de céréales, …

Travailler en relation avec la clientèle : des opportunités dans la distribution spécialisée (enseignes de sport, de bricolage..) mais aussi dans les résidences étudiantes, chez les loueurs de véhicules pour le contact direct. Des offres également dans le secteur enquêtes et sondages pour les relations téléphoniques.

De nombreux outils de recherche

Les  outils à leur disposition pour prendre connaissance des offres de jobs d’été  et entrer en contact avec  les entreprises qui recrutent sont nombreux.

La traditionnelle candidature spontanée reste une option possible. Tout le reste démarrera en général par une recherche sur internet.

Les sites généralistes

 www.indeed.fr : portail proposant de nombreuses offres d’emplois au plan national.

www.keljob.com : accès aux annonces publiées par de nombreux sites : institutionnels, sites emplois, sites d’entreprises, de cabinets de recrutement ou de sociétés de travail temporaire.

www.meteojob.com : offres d’emplois dans des secteurs variés : centres d’appel, chargés d’assistance, agents de conditionnement,…. Il faut être inscrit pour pouvoir postuler.

www.pole-emploi.fr : des  offres de postes saisonniers  présentés par région : animateur club de loisirs, auxiliaire de vie,  manutentionnaire pour les moissons.

www.regionsjobs.com : offres d’emploi et également de nombreux stages classés, comme le nom l’indique, par région.

www.sourcea.fr : offres variées ; elles ne sont pas toutes  destinées à des étudiants.

Les sites étudiants

www.cidj.com :  beaucoup d’informations pratiques et des offres en France et à l’étranger pour des campings,  domaines viticoles, des postes d’hôtes/hôtesses,… . Idéal pour entamer ses recherches.

www.jobaviz.fr : centrale d’offres de jobs du CROUS. Offres classées par département et par secteur. Se créer un compte pour pouvoir postuler.

https://jobetudiant.net : offres classées principalement par ordre d’arrivée (les plus récentes apparaissent en premier), tous secteurs confondus. Il faut s’identifier pour postuler.

www.letudiant.fr : nombreuses offres que vous pouvez sélectionner par région ou par secteur d’activité, et des infos pratiques.

www.studentjob.fr : offres de jobs d’été  classées par ville. Vous pouvez les consulter librement, puis vous vous inscrivez pour postuler.

www.studyrama-emploi.com : des offres mais aussi des idées de jobs originaux et des articles.

Les sites spécialisés par secteur d’activité

www.anefa.org : site de l’Association Nationale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture. Outil des partenaires sociaux de l’agriculture pour favoriser l’emploi dans ce secteur. Ne pas manquer pas d’aller sur ce site pour travailler en plein air.

www.animjobs.com : offres de jobs mises à jour régulièrement, dans le secteur de l’animation en centres de vacances pour enfants et adolescents ou pour adultes : Club Med, UCPA, …

www.distrijob.fr : offres dans le secteur de la grande distribution : hypermarchés, grandes surfaces spécialisées…

l’alternance : un calendrier et des règles différentes pour se porter candidat

Deux types de contrats

Si votre enfant souhaite suivre une formation en alternance l’an prochain, deux possibilités s’offrent à lui :

  • Le contrat d’apprentissage

    Il permet de préparer un diplôme reconnu par l’état : BUT, Licence Pro ou Master à l’université, BTS, diplôme d’école de commerce ou d’école d’ingénieur. Il s’agit d’un véritable contrat de travail.

Rémunération des apprentis

Ancienneté/âge 16-17 ans 18-20 ans 21-25 ans*
1ère année 27 % du SMIC

415,64 €

43 % du SMIC

661,95 €

53 % du SMIC

815,89 €

2ème année 39 % du SMIC

600,37 €

51 % du SMIC

785,10 €

61 % du SMIC

939,04 €

3ème année 55 % du SMIC

8416,68 €

67 % du SMIC

1031,41 €

78 % du SMIC

1200,74 €

  • Le contrat de professionnalisation

    Il permet d’acquérir une qualification professionnelle reconnue (pas toujours un diplôme officiel). Le temps de formation théorique est souvent plus court (15 à 25 % du temps global).

Grille de salaire des alternants en contrat de professionnalisation

Formation initiale 16 à 20 ans révolus 21 à 25 ans révolus
Salaire minimum de base (brut) 846,68 €  

1077,50 €

Salaire minimum majoré (brut) 1000,63 €  

1231,54 €

Les  vœux d’alternance sur Parcoursup

Parmi les formations en alternance, seules celles en apprentissage sont gérées sur Parcoursup. Les contrats de professionnalisation ne sont pas sur la plateforme.

Les étapes d’une candidature en alternance sur Parcoursup
  • Pour trouver les formations en apprentissage susceptibles de vous intéresser, il fallait consulter d’abord la carte interactive des formations puis cocher « Formations en apprentissage » dans le volet permettant de chercher des formations à l’aide de filtres.
  • Il est possible de formuler 10 vœux en apprentissage dans différentes académies, en plus des 10 autres vœux sous statut étudiant (assortis de 10 sous-vœux pour les BTS et IUT, formations sélectives regroupées par spécialité au niveau national).
  • Les réponses possibles sur la plateforme : « refusé par la formation en apprentissage » ou « retenu sous réserve de signature d’un contrat en apprentissage ». Dans le second cas, il vous appartiendra de présenter votre contrat avec une entreprise à l’établissement de formation pour qu’il valide définitivement votre admission sur Parcoursup.

A savoir ! En cas d’une réponse négative d’un établissement alors que vous avez signé un contrat avec une entreprise, le CFA est tenu de vous accepter dans la formation demandée s’il lui reste des places.

Le calendrier  pour la rentrée 2021

Les vœux devaient être saisis pour le 11/03 puis confirmés pour le 08/04. Certaines formations restent accessibles plus tard, voir même jusqu’en septembre (consultez les dates limite d’inscription dans les fiches détaillées).

Pas encore inscrit sur Parcoursup pour une alternance à la rentrée 2021 ?

Si votre enfant vient juste de réaliser que l’alternance l’intéresse, mais qu’il n’a  pas formulé de vœux sur Parcoursup  pour une formation en apprentissage, il reste des solutions :

  • Ainsi que cela est indiqué sur la plateforme, il est possible de formuler des vœux jusqu’au 16/09/2021 pour l’apprentissage, donc même en phase complémentaire. Cela sera plus difficile pour les formations dites sélectives telles que certains BUT, mais des places sont encore disponibles dans les établissements acceptant des candidatures au-delà du 11 mars.
  • Il peut opter pour un contrat de professionnalisation, et dans ce cas, l’inscription se fait hors Parcoursup. Attention à bien choisir de préférence une formation diplômante (et pas seulement qualifiante) avec un diplôme reconnu par l’état. Renseignez-vous sur les sites des écoles pour connaître les modalités d’inscription, et conseillez-lui de ne pas se contenter d’une candidature.

 

Se perfectionner en langues pour le Bac et le supérieur

Les épreuves de langues du nouveau Bac

Les élèves inscrits dans la série générale peuvent désormais choisir entre deux spécialités en anglais : « anglais » ou « anglais contemporain ». La première est considérée plus littéraire et la seconde davantage tournée vers l’actualité.  La crise sanitaire est venue une fois de plus bouleverser la mise en place  du nouveau Bac, car les évaluations communes ont été remplacées par le contrôle continu, notamment les langues vivantes. Il faut cependant retenir que l’esprit de la réforme est de renforcer l’importance de l’oral. La compréhension orale sera évaluée en 1ère et en terminale, et l’expression orale en terminale. La méthodologie d’évaluation est parue au B.O. du 31/07/2020. Une évaluation écrite sera bien sûr maintenue. La note globale sur 20 sera répartie à part égale entre la compréhension et l’expression. Si vos enfants sont en 2nde ou en 1ère, la réforme devrait pouvoir s’appliquer pleinement pour eux.

Des solutions pour progresser de façon ludique

Si votre enfant ne semble pas passionné par les langues, peut-être cela vient-il simplement du fait que les méthodes d’enseignement utilisées au lycée ne lui conviennent pas. Avec des  techniques moins traditionnelles, il peut y avoir rapidement un déclic.

Regarder des séries ou des films en V.O. constitue une bonne solution pour habituer son oreille aux sonorités d’une langue. Au début, l’idéal serait de trouver des films en V.O. sous titrés en anglais. Autre bonne solution : regarder le journal télévisé des chaînes étrangères.  Le temps de concentration requis est moins important (environ 10 minutes), et il y a des images pour aider à la compréhension. Enfin, regarder des séries est très facile d’accès avec Netflix. Il pourra regarder avec les sous-titres en français, puis en anglais et ensuite sans sous-titre. Il s’habituera à un accent authentique, anglais ou américain selon la série, et aux expressions idiomatiques.

Communiquer avec des natifs de la langue apprise. Certains professeurs proposent à leurs élèves des correspondants. Cela reste une bonne solution pour que votre enfant ait un contact de son âge dans le pays. Dans ce but, le Goethe Institut organise des « Speed dating » pour trouver un binôme. Certains lycées  reçoivent des étudiants étrangers : en s’investissant dans les associations qui les accueillent, vos enfants auront l’occasion de rencontrer des natifs. Et s’ils préfèrent communiquer en ligne, de nombreux forums lui en donneront l’occasion.

Lire pour enrichir son vocabulaire. Tous les adolescents ne sont pas enclins à lire, mais peut-être qu’il le fera plus volontiers sur internet. Beaucoup de jeunes suivent aujourd’hui des blogueurs internationaux qui communiquent en anglais avec leur communauté. Il suffit qu’ils proposent de l’actualité sur un sujet qui passionne votre enfant : cela va de son sport préféré à la sauvegarde de la planète. Mais faites-lui confiance, il trouvera tout seul

Partir à l’étranger constitue toujours une bonne solution, même si cela n’est pas simple  à court terme avec la crise sanitaire. Au lycée,  un séjour linguistique d’une ou deux semaines, permet à certains jeunes qui avaient un blocage, d’avoir un déclic. Il suffit qu’ils aient eu de bons contacts avec d’autres jeunes anglophones  pour que cela suscite chez eux l’envie de communiquer plus facilement. D’ailleurs, ils restent souvent en relation. Pour savoir quels sont les organismes sérieux, vous pouvez aussi obtenir des renseignements par mail auprès de la PEEP : sejours@peep.asso.fr. Et n’oubliez pas que votre enfant appréciera d’autant plus son séjour qu’il l’aura choisi lui-même. Impliquez-le !

Utiliser les sites internet et applications. Habitué peut-être à ce que vous lui reprochiez de passer trop de temps sur écran, votre enfant sera surpris que vous lui proposiez des applications pour progresser en langues de façon ludique. En voici quelques-unes :

  • BABEL (pour android et IOS) : existe dans 13 langues. Choix préalable du niveau. Travail sur la prononciation également.
  • DUOLINGO (pour android et IOS). Pour débutants et expérimentés.  Un test à chaque niveau. Gain de points et de vies comme dans un jeu vidéo. Possibilité de rivaliser avec des amis.
  • FluentU (pour IOS et web) : vidéos tournées dans un contexte réel, sous-titres pour voir les mots, vocabulaire conservé dans une liste à réviser.
  • FLUENT FOREVER: un site, une appli et un livre. Une méthode pour mémoriser du vocabulaire en associant un mot à une image. Principe des flashcards (cartes mémoire).
  • MEMRISE (pour android, IOS et web) : aide à mémoriser di vocabulaire à l’aide de cartes avec des mots, leur sens et leur prononciation. Entrainement au TOEFL, pour les verbes irréguliers, etc..
  • MOSALINGUA (pour android et IOS) : 10 minutes par jour, pour mémoriser des mots, des phrases et des expressions anglaises.
  • EU (web): tarifs préférentiels pour les adhérents PEEP (- 20 %). Journal quotidien d’actualités internationales en anglais, sonorisé sous différents accents, cahier d’exercices avec de l’entrainement à la compréhension orale et de l’entrainement au Bac.

A savoir ! Une coach en langues étrangères a étudié des groupes de polyglottes et a observé qu’en s’exposant à la langue régulièrement, on progresse beaucoup plus vite :  30 minutes par jour sont plus efficaces que 7h consécutives.

 

 

Tout savoir sur le permis de conduire

C’est souvent un sujet qui intéresse au plus haut point vos enfants car le permis est synonyme d’autonomie dans leurs déplacements. En début d’études supérieures, l’usage d’une voiture peut parfois éviter de prendre un logement étudiant quand la distance domicile familial – établissement d’études n’est pas trop importante, mais les transports mal-pratiques.

Les évolutions

Le permis de conduire est l’examen le plus passé en France avec environ  1,9 million de candidats par an. Le coût pour passer le permis est actuellement  de 1600 à 1800 € avec deux mois d’attente en moyenne. Des évolutions ont déjà  été mises en place :

  • Apprentissage anticipée de la conduite possible dès l’âge de 15 ans et passage du permis possible à partir de 17 ans, de manière à pouvoir conduire dès 18 ans.
  • Consultation en ligne des résultats du permis.
  • Extension du dispositif du “permis à 1 € par jour”, afin que les candidats puissent continuer à en profiter après un 1er échec.
  • Surveillance des épreuves théoriques par des sociétés agréées par l’État (notamment la Poste) et non plus par des inspecteurs, pour que ceux-ci se consacrent davantage au passage de l’examen pratique.
  • Obligation pour les Préfectures d’inscrire les candidats libres dans un délai de deux mois pour passer le permis de conduire, pour un 1er
  • Depuis 2018, l’examinateur doit poser une question sur les premiers secours.
  • Développement de  l’usage du simulateur de conduite dans la formation : la limitation passe de 5 à 10 heures (économie de 135 €).
  • Développement de  l’apprentissage de la conduite sur boîte automatique et conversion facilitée avec seulement 7 heures de conduite nécessaires au lieu de 13.

Malin ! Mise en place d’une plateforme gouvernementale dédiée au choix de son auto-école. Informations sur les prix pratiqués, les délais, le nombre d’élèves présentés, le taux de réussite, et les diverses aides accessibles (variables selon les régions)  : www.vroomvroom.fr

Choisir la bonne formule

Plusieurs solutions possibles selon l’âge de votre enfant.

  • La conduite accompagnée

Une fois le code obtenu, un minimum de 20 heures de conduite en auto-école est indispensable (ramené à 13 heures pour un permis BEA). A l’issue de cela, une attestation de fin de formation initiale (AFFI) à remettre à votre assureur est délivrée, et votre enfant peut continuer à perfectionner sa conduite avec, par exemple, votre voiture, en parcourant 3 000 km minimum.

  • La conduite supervisée

À partir de 18 ans ; c’est le dispositif de conduite supervisée qui est proposé. Il est demandé de parcourir 1 000 km dans un délai de trois mois minimum. Le prix de la première assurance sera généralement plus doux.

  • La préparation traditionnelle

Il existe des forfaits pour le code, mais il est aussi possible de s’entrainer sur Internet. Pour la conduite, l’auto-école a l’obligation d’effectuer une évaluation préalable pour pouvoir communiquer un nombre d’heures prévisionnel. Certaines proposent des forfaits pour la conduite, souvent sur une base de 20 heures. Il est utile de bien se renseigner sur le prix de l’heure de conduite supplémentaire, car c’est au final ce qui fera la différence. La réglementation impose un affichage des prix bien visible Les forfaits coûtent entre 700 € et 1 400 €. Quant à l’heure de conduite, les tarifs sont libres. Elle peut varier de 35 € à 55 € de l’heure, selon les villes.

Le financement du permis

  • Le permis à 1

Prêt à taux zéro réservé aux jeunes de 15 à 25 ans. Pour en bénéficier, il faut que la banque et l’auto-école choisie soient partenaires de l’opération. Remboursement de 30 € par mois. La banque peut demander une caution parentale.

https://www.securite-routiere.gouv.fr/passer-son-permis-de-conduire/financement-du-permis-de-conduire/permis-1-eu-par-jour

  •  La bourse au permis 

Dispositif permettant aux jeunes de 18 à 25 ans sans ressources, de bénéficier d’une prise en charge d’une partie du coût du permis par leur commune en échange d’heures de travaux d’intérêt collectif.

  • L’aide pour les apprentis

Une aide de 500 € pour passer le permis de conduire est accordée aux jeunes ayant signé un contrat d’apprentissage.

https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-en-alternance-10751/apprentissage/apprentis-aide-permis

  • Les aides des collectivités locales  proposées par les Régions ou les Conseils Généraux.

Une rentrée sereine malgré le contexte

C’est la dernière année où votre enfant habite au domicile familial avant d’être étudiant ? C’est le moment ou jamais de prendre de bonnes habitudes si ce n’est déjà fait, car cela est plus facile dans le cadre familial. La rentrée est un moment particulièrement propice pour démarrer l’année d’un bon pied, et le contexte sanitaire nous donne envie d’être encore plus attentif au bien-être de tous les membres de la famille.

Pour être en bonne santé, manger et bouger

Les gestes barrière pour se préserver du virus, vous en entendez parler quotidiennement. Nous n’allons pas revenir sur ce sujet. Les bonnes habitudes préconisées les autres années pour que votre ado. soit au meilleur de sa forme restent d’actualité, même si quelques adaptations sont nécessaires, par exemple pour les activités sportives.

Vous craignez que l’année de terminale soit un peu chargée ? Ne lui conseillez pas pour autant d’abandonner le sport pour se consacrer à la préparation du Bac. Le sport est essentiel pour son équilibre, et les sportifs sont souvent plus enclins à s’alimenter sainement pour être au mieux de leur forme. L’activité physique est une composante essentielle du maintien de la santé. Elle est associée à long terme à une réduction du risque de maladies chroniques et participe à notre bien-être global.

Pour se démarquer des plus jeunes et avoir un avant-goût de vie étudiante, il vous a demandé de ne plus manger à la cantine ? Essayez de trouver un compromis avec lui en accordant peut-être un jour « off ». La cantine n’est sans doute pas gastronomique, mais elle présente au moins l’avantage  de proposer des menus équilibrés.

Et s’il doit avoir un logement autonome l‘an prochain, essayez de lui faire découvrir des menus « plaisir »  tendances et faciles à cuisiner. Ce peut être un moment de partage en famille le week-end.

Un sommeil récupérateur pour les ados

Les spécialistes recommandent dix heures de sommeil pour les enfants du secondaire, et neuf heures pour les adolescents qui vont au lycée. Contraints de se lever plus tôt pour se rendre en classe et adeptes des grasses matinées le week-end, les adolescents manquent tout particulièrement de sommeil. Il est nécessaire d’adopter un rythme avec des horaires de lever et de coucher réguliers, même s’ils rechignent parfois à aller se coucher. Certains signes, comme l’irritabilité ou les troubles de la concentration, peuvent être synonymes d’une anomalie ou d’un manque de sommeil.

Autonomie et prévention santé pour les jeunes

Jusqu’à présent, votre enfant s’en remettait à vous pour tout souci de santé. Vous avez sans doute un médecin de famille et vous connaissez bien les spécialistes de votre région, si nécessaire. En matière de santé, les adolescents et les jeunes présentent des besoins spécifiques et lorsqu’ils s’éloignent du domicile familial, il existe tout un réseau pour les accompagner et les conseiller en matière de prévention et de soins. Plus il en est informé tôt, plus il acquerra les bons réflexes.

Dans l’enseignement supérieur, il pourra faire appel à la MPU : la Médecine Préventive Universitaire. Ce service a pour vocation de s’adresser à tous les étudiants et aux élèves des écoles qui ont passé une convention. La MPU est chargée « du contrôle médical préventif, et de missions de prévention et d’éducation sanitaire », avec des équipes pluridisciplinaires : infirmières, diététiciennes, médecins, psychologues… Il est également possible de s’adresser à la MPU pour des vaccins, notamment en cas de départ à l’étranger, ou pour des consultations de dépistage (dentaire, MST,..).

Il existe par ailleurs tout un réseau associatif sur des sujets généraux ou spécifiques. Voici quelques sites à connaitre :

www.avenir-sante.com

www.apsytude.com

www.filsantejeunes.com

www.planning-familial.org

www.tabac-info-service.fr

Voici des sites qui vous donneront quelques clés pour aborder certains sujets avec votre enfant

Sexualité : http://www.onsexprime.fr/

Alcool : https://www.alcool-info-service.fr/L-alcool-et-vos-proches/famille/Mon-enfant-revient-ivre-de-soiree-comment-lui-en-parler#.XIY-EFVKjVc

Drogues illicites : http://www.drogues-info-service.fr/Les-drogues-et-vos-proches/Des-questions-sur-la-consommation-d-un-proche/Comment-parler-des-drogues-a-mes-enfants#.XIY-u1VKjVc

Santé mentale : http://www.psycom.org/Troubles-psychiques/Sante-mentale-et/Sante-mentale-et-jeunes

La PEEP partenaire d’IMPALA, pour l’orientation

Impala accompagne votre enfant tout au long de son parcours et l’aide à mieux se connaître pour faire des choix de filières et d’études cohérents avec ses passions et ses compétences. Des parcours d’orientation numérique clef en main sont proposés aux adolescents de la 4ème à la Terminale. Ils sont constitués de plusieurs dizaines mini-jeux ludiques et pédagogiques.

Votre enfant aura l’occasion – à travers ces parcours – de :

  • Définir ses centres d’intérêt, ses compétences et ses valeurs.
  • Comprendre le fonctionnement du système secondaire et supérieur, déterminer ses filières et exprimer et organiser ses vœux
  • Construire un projet d’orientation complet

 La PEEP a négocié un tarif préférentiel de 50€ au lieu de 60€ dès le 1er septembre. pour ses adhérents.Découvrez tous les avantages du partenariat PEEP – IMPALA sur

impala.in/peep

Une année de césure à l’étranger

Votre enfant n’a pas obtenu la formation souhaitée sur Parcoursup pour l’instant, et vous avez compris qu’il avait à l’esprit de partir un an à l’étranger pour murir son projet d’orientation et progresser en anglais. Malgré le contexte actuel, cela reste possible à partir de la rentrée. Voici quelles sont les différentes possibilités

Il est encore tôt pour savoir exactement quelle sera la situation sanitaire dans le monde à la rentrée, mais d’ores et déjà de nombreux pays ouvrent leurs frontières, et notamment nos voisins européens. Partir à l’étranger peut être pour votre enfant une expérience très enrichissante à condition d’être bien préparée, et il gagnera en maturité. Pour trouver le dispositif qui lui correspond,  ESN France (association d’accueil, d’intégration des étudiants internationaux et de promotion de la mobilité, propose un site qui contient des informations officielles et complètes : http://decouvrirlemonde.jeunes.gouv.fr/. Voici par ailleurs un inventaire des possibilités :

Les chantiers de bénévoles internationaux

Idéal pour donner de son temps pour un projet d’intérêt général dans une ambiance internationale en rénovant de vieux monuments en France ou à l’étranger, mais toujours dans un contexte multiculturel.

Erasmus +

L’occasion de partir étudier dans un autre établissement, en Europe ou plus loin. Cela fonctionne si  l’école/université dans laquelle il est inscrit pour la rentrée a des accords avec des établissements à l’étranger pour envoyer ses étudiants et en accueillir dans le cadre d’échange réciproque. Les demandes s’effectuent auprès des services de relations internationales de l’établissement français, souvent une année à l’avance. Cela s’adresse donc plutôt aux jeunes qui sont déjà étudiants. Des réunions d’informations sont organisées, et il existe des bourses.

Assistant de langues ou séjours au pair

Cela peut être une bonne formule pour perfectionner son niveau de langue et tester sa patience auprès des enfants  avant de se lancer dans l’enseignement.

Les stages à l’international

La notion de stage est interprétée différemment d’un pays à l’autre. Dans certains pays, comme en France, la convention (« agreement ») est obligatoire, dans d’autres ce n’est pas le cas mais le stagiaire a le même statut qu’un salarié. En matière de rémunération, les règles sont distinctes également. En Angleterre, les stages de courte durée ne sont en général pas indemnisés.

Un job dans un autre pays

Nombreux sont les étudiants qui décident de travailler pour financer leur séjour. En Europe, la libre circulation permet à tout citoyen de l’UE de travailler comme salarié ou indépendant, sans permis de travail, dans n’importe quel pays de l’UE.
Dans les autres pays, il faut souvent un visa de travail, ou l’intégration à un programme réservé aux étudiants, tels que le PVT (Programme Vacances Travail). La demande se fait sur internet. Le PVT permet de séjourner dans le pays pendant un an (24 mois au Canada pour les français). Il n’est possible, en général, d’obtenir qu’un seul PVT dans sa vie, pour chaque pays. Pour les français, 14 pays proposent des PVT : Argentine, Australie, Canada (avec des quotas), Chili, Colombie, Corée du Sud, Mexique, Brésil, Japon, Nouvelle-Zélande, Hong-Kong, Uruguay, Russie, Taiwan.

Le volontariat international

Dans une entreprise, une ONG ou une association pour mener une mission solidaire ou non et développer de nouvelles compétences. Destiné aux étudiants et jeunes diplômés de 18 à 28 ans, le Volontariat International est une expérience professionnelle enrichissante qui constitue un véritable tremplin pour une carrière internationale.
Le volontariat peut se faire dans une entreprise française à l’étranger (VIE), au sein d’une structure française, publique ou parapublique, dans une structure publique locale étrangère (centres de recherche et universités publiques), ou enfin auprès d’organisations internationales ou d’associations agréées. Le candidat peut trouver lui-même sa mission, en démarchant les entreprises ou en consultant les offres sur le site www.civiweb.com. Dans le cadre d’un VIE, le volontaire peut occuper un emploi commercial, technique, scientifique, etc… Les missions durent 6 à 24 mois. Le Volontaire est placé sous la tutelle de l’ambassade de France et perçoit une indemnité mensuelle variant selon les pays.

Le Woofing

WOOFing est l’abrégé de World-Wide Opportunities on Organic Farms. Le principe est d’échanger quelques heures de travail, au contact de la nature, contre le logis et la nourriture. Les structures d’accueil sont regroupées dans des associations nationales qui publient des guides, avec leurs coordonnées et opportunités. Par extension, le Woofing se pratique aussi par exemple dans les auberges de jeunesse.
Le HelpX fonctionne sur le même principe, mais pas obligatoirement dans des fermes bios, et peut se trouver par internet.

Une expatriation de 6 mois ou un an bien préparée, lui permettra dans tous les cas de revenir riche de nouvelles expériences.

Des ressources en accès libre pour se cultiver et rester en forme

Le 11 mai a marqué le début du déconfinement, mais pas la reprise des cours pour les lycéens. Pour que vos enfants puissent se cultiver de façon ludique nous avons sélectionné une série de ressources numériques accessibles  gratuitement en ce moment. Et pour pratiquer une activité physique, quelques entraînements sportifs.

Pour apprendre et se tester

. Des ressources audio et vidéo d’Arte, Radio France, Canopé, TV5 Monde… dans des domaines très variés : économie, sciences, histoire-géo, mais aussi  arts. Une belle manière de mettre à profit le confinement pour se cultiver autrement sur https://enseignants.lumni.fr/ et aussi des parties du programme selon la classe de vos enfants https://www.lumni.fr/lycee/premiere/bac-2020

. Des ressources du Ministère de la culture : voici le lien

. L’académie de Poitiers met à disposition sur son site, des fiches de révision pour les terminales L et ES.  Chaque fiche se compose de problématiques, plans du cours, rappels des sujets possibles sur le chapitre concerné,  les ressources et événements à connaitre, ainsi qu’un lexique : http://ww2.ac-poitiers.fr/hist_geo/spip.php?article1945

. Un site avec des quiz et exercices ludiques pour s’auto-corriger en français et en culture générale : http://w3.restena.lu/amifra/exos/

. Des applis pour tous les niveaux dans beaucoup de domaines, par exemple en philo pour les terminales, ou pour les élèves de 1ère impatients de découvrir la philo, ou encore en langues : https://learningapps.org/

. Pour la physique, la chimie et le numérique, un site avec  des contenus animés, d’autres interactifs Beauc

. Le centre Georges Pompidou  met à disposition des podcasts d’oeuvre

Et pour rester en forme

Même si vos enfants peuvent maintenant commencer à sortir, les activités sportives n’ont pas reprises. Ils ne sont pas tous forcément adeptes du running, et même ceux qui le sont, ont envie de varier les activités. Voici quelques tutos. Cela peut être aussi l’occasion de partager des activités avec eux.

Beaucoup de vidéos sur Youtube, chacun choisira en fonction de son niveau d’entrainement, avec  souvent la possibilité de moduler le rythme :

Pour tous : https://www.youtube.com/watch?v=3bxihqPKF08

Plus pour vos garçons : https://www.youtube.com/watch?v=B-r-MfIzl7E