Bon plan pour le permis de conduire !

En partenariat avec Lepermislibre, la PEEP vous propose de nouvelles offres exclusives sur les prix de formation au code de la route ou bien sur le pack permis complet.

Attention, offres valables uniquement entre le 2 et le 22 décembre !

Comment profiter des offres Lepermislibre réservées aux adhérents de la PEEP ?

1 – Rendez-vous sur le site www.lepermislibre.fr

2 – Choisissez l’offre Code de la route ou Permis de conduire

3 – Renseignez le code promotionnel correspondant à l’offre qui vous intéresse avant de payer l’inscription pour bénéficier des tarifs PEEP

J’en profite !    

Des activités et loisirs qui préparent au grand oral du Bac

Si votre enfant est en classe de 1ère, il sera parmi les premiers élèves qui passeront le grand oral du Bac l’an prochain. Quelle que soit sa personnalité, il peut dès à présent avoir des activités, dans le cadre de ses loisirs, qui l’aideront à maîtriser l’art oratoire. Cela lui sera utile tout au long de ses études puis dans sa vie professionnelle.

Vers une nouvelle valorisation des compétences orales

Suite au rapport Mathiot, le Ministère de l’Education Nationale a décidé de mettre en place ce type d’épreuve, afin de valoriser l’oral car c’est une compétence qui a été jusqu’à présent insuffisamment développée en France dans le cadre de la scolarité. Et pourtant, les enseignants sont en première ligne puisqu’ils pratiquent l’art oratoire toute la journée, et devant un public qui n’est pas toujours conquis d’avance ! Un rapport remis à Jean-Michel BLANQUER précise qu’il s’agit de faire du grand oral « un levier d’égalité des chances ». Les élèves opteront pour un sujet qui s’appuiera sur une des spécialités choisies. L’épreuve se décomposera en trois parties : le candidat devra tout d’abord parler 5 minutes debout, sans notes. Ensuite, il échangera pendant 10 minutes avec le jury composé de deux personnes. Enfin, il disposera de 5 minutes pour répondre de façon argumentée à une question. On n’attendra pas des lycéens qu’ils assurent une prestation du même niveau que le grand oral de Sciences Po. En se prenant au jeu et en apprenant à maitriser une présentation orale, ils développeront cependant une compétence qui pourra leur permettre de se différencier dans les années à venir.

Multiplier les activités favorables au développement de son aisance

Deux types d’éléments interviennent dans la réussite d’un oral. La maitrise de son sujet, bien sûr. Pour cela, en dehors du cadre scolaire, votre enfant peut choisir des lectures ou regarder des vidéos sur des sujets en rapport avec les spécialités qu’il a choisies pour élargir sa culture et donc son aisance dans ces domaines. La seconde chose, est de développer son aisance à l’oral. Cela suppose de savoir gérer son stress, maitriser son souffle, et adopter la bonne posture lorsqu’on parle devant un public, qu’il s’agisse d’un jury ou d’une assemblée. Ces capacités peuvent se développer dans le cadre du yoga, de la méditation, mais aussi dans des activités sportives, tout particulièrement  si votre enfant est amené à faire des représentations devant un public. Cela peut être le cas pour la danse ou les arts martiaux, par exemple. Beaucoup de clubs demandent à leurs membres de faire des présentations par exemple à l’occasion de la fête des associations. Pourquoi ne pas saisir cette opportunité ?

Se donner l’occasion d’observer de bons orateurs

Saisir toutes les occasions qui se présentent pour observer des conférenciers ou prendre soi-même la parole en public permet de progresser. La plupart des salons, y compris les salons étudiants, offrent la possibilité d’assister à des conférences. Quelles que soient les thématiques qui intéressent votre enfant, en dehors des spécialités choisies, il pourra trouver des vidéos sur Youtube : du sport aux mangas, en passant par les sujets sur l’avenir de la planète et les bons comportements à adopter, il aura de quoi faire « son marché ». Et s’il manque d’inspiration, vous pouvez l’orienter sur des sujets de développement personnel qui peuvent convenir à tout le monde, en gardant un regard critique. Ce n’est de toutes façon pas le contenu qui sera à retenir dans le cadre de cet « exercice » mais plutôt la posture adoptée par le conférencier, sa gestuelle, sa manière de rythmer son discours et maintenir l’attention de son public. S’il est à l’aise en anglais ou a envie de progresser, il peut aussi choisir d’écouter des conférences de locuteurs anglo-saxons. Et pour pratiquer l’oral, il suffit de se porter volontaire pour des exposés au lycée. S’il prépare le BAFA, il aura également l’occasion de faire de petites présentations devant des groupes. S’il cherche un job pour l’été prochain, les entretiens de recrutement peuvent constituer aussi des galops d’essai.

Le théâtre, l’école de l’art oratoire

L’un des loisirs qui permet le plus d’acquérir de la confiance à l’oral est bien entendu le théâtre. Il donne l’occasion d’apprendre à contrôler son corps, sa gestuelle, et son souffle. La clarté de la voix en découlera. Beaucoup d’ateliers proposent de commencer par des exercices d’échauffement. Et oui, comme pour les sportifs ! Les exercices pratiqués par exemple dans le cadre d’un cercle, permettent de relâcher les tensions et lever certaines inhibitions. Dans un second temps, le théâtre permet de travailler la concentration et la confiance en soi, le texte servant de support. Enfin, pour ceux qui veulent aller plus loin, autre étape qui ne se pratique pas dans toutes les associations, le théâtre d’improvisation favorise l’expression spontanée. Il faut cependant qu’il y prenne plaisir, que ce soit un choix de sa part et non une discipline supplémentaire imposée. Si cet art le rebute définitivement, et qu’il est plus attiré par le rap, pourquoi pas ? Sa pratique fait finalement appel au développement de capacités pas si éloignées.

 

Les bons réflexes santé de la rentrée

C’est la dernière année où votre enfant habite au domicile familial avant d’être étudiant ? C’est le moment ou jamais de prendre de bonnes habitudes si ce n’est déjà  fait car cela est plus facile dans le cadre familial. Et la  rentrée est un moment particulièrement propice pour démarrer l’année d’un bon pied.

 Pour être en bonne santé, manger et bouger

Vous craignez que l’année de terminale soit un peu chargée ? Ne conseillez cependant pas à votre enfant d’abandonner le sport pour se consacrer à la préparation du Bac. Le sport est essentiel pour son équilibre, et les sportifs sont souvent plus enclins à s’alimenter plus sainement pour être au mieux de leur forme.

Pour se démarquer des plus jeunes et avoir un avant-goût de vie étudiante, il vous a demandé de ne plus manger à la cantine ? Essayez de trouver un compromis avec lui en accordant peut-être un jour « off ». La cantine n’est sans doute pas gastronomique, mais elle présente au moins l’avantage  de proposer des menus équilibrés.

Et s’il doit avoir un logement autonome l‘an prochain, essayez de lui faire découvrir des menus « plaisir »  tendances et faciles à cuisiner. Ce peut être un moment de partage en famille le week-end. Nous vous proposons dans la rubrique « le livre du mois » ceux concoctés par Lucie. Vous les retrouverez aussi sur son blog.

Autonomie et prévention pour les jeunes

Jusqu’à présent, votre enfant s’en remettait à vous pour tout souci de santé. Vous avez sans doute un médecin de famille et vous connaissez bien les spécialistes de votre région, si nécessaire. En matière de santé, les adolescents et les jeunes présentent des besoins spécifiques et lorsqu’ils s’éloignent du domicile familial, il existe tout un réseau pour les accompagner et les conseiller en matière de prévention et de soins. Plus il en est informé tôt, plus il acquerra les bons réflexes.

Dans l’enseignement supérieur, il pourra faire appel au SIUMPPS (Service interuniversitaire de médecine préventive et de  promotion de la santé).Ce service a  pour vocation de s’adresser à tous les étudiants et aux élèves des écoles qui ont passé une convention. Le SIUMPPS est chargé « du contrôle médical préventif, et de missions de prévention et d’éducation sanitaire », avec des équipes pluridisciplinaires : infirmières, diététiciennes, médecins, psychologues… Il est également possible de s’adresser au SIUMPPS pour des vaccins, notamment en cas de départ à l’étranger, ou pour des consultations de dépistage (dentaire, MST,..).

Il existe par ailleurs tout un réseau associatif sur des sujets généraux ou spécifiques. Voici quelques sites à connaitre :

www.avenir-sante.com

www.apsytude.com

www.filsantejeunes.com

www.planning-familial.org

www.tabac-info-service.fr

Une nouvelle sécurité sociale pour les étudiants depuis la rentrée

A partir de la rentrée 2018, les étudiants de 1ère année ont été rattachés au régime général de la CPAM. Cette année, ce sont maintenant l’ensemble des étudiants qui sont concernés pour la part remboursée par la Sécurité Sociale. En revanche, il reste fortement conseillé d’avoir une complémentaire santé pour être mieux remboursé. Peut-être choisirez-vous qu’il reste couvert par votre mutuelle parentale.

Les mutuelles étudiantes continuent à proposer des formules adaptées aux besoins des jeunes. Vous pouvez par exemple consulter le site de la Smerra qui propose des formules à partir de 60 € par an.

Dans tous les cas, si votre enfant part à l’étranger dans le cadre d’un stage ou d’un semestre d’études, il aura besoin d’une couverture spécifique. Dans les 31 pays de l’espace économique européen, la CEAM (Carte européenne d’assurance maladie) assure la prise en charge des frais médicaux, mais uniquement pour la partie couverte par la Sécurité Sociale. Il peut y avoir un différentiel important avec les frais réellement engagés. Cela est encore plus vrai s’il quitte l’Europe. Par exemple, une consultation aux Etats-Unis coûte 150 €. Mieux vaut partir bien couvert !

 

La SMERRA, acteur du monde étudiant

Depuis 50 ans, la SMERRA est présente sur l’ensemble du territoire métropolitain et œuvre pour couvrir les besoins étudiants en matière d’assurances et garanties complémentaires entièrement adaptées à leurs environnements d’études et de vie. Elle conduit également des actions de prévention et d’éducation à la santé grâce à des partenariats auprès de l’enseignement secondaire et supérieur, et au sein du milieu associatif étudiant.

Fidèle à ses convictions dans le domaine de l’Economie Sociale et Solidaire, la SMERRA s’engage pour améliorer la santé et les conditions de vie des étudiants.

Grâce à son expertise du monde étudiant, la SMERRA propose aujourd’hui une offre de logements par le biais de sa marque LOGIFAC qui représente plus de 7000 logements, partout en France. Implantées à proximité des campus, équipées ou meublées et éligibles aux aides au logement, les résidences LOGIFAC sont adaptées aux besoins des étudiants.

La réforme du lycée, quoi de neuf en 2nde, 1ère et Terminale ?

A partir de cette rentrée, la réforme entre en application pour les classes de  Seconde  et 1ère  afin de préparer le Bac 2021. Plus de séries en voie générale à partir de la 1ère, des spécialités à choisir et moins d’épreuves finales. Voilà pour les grands axes. Concrètement, qu’est-ce que cela va changer pour vos enfants ?

Pour les élèves de Seconde

Les élèves de 2nde vont passer un test de positionnement  en français et en math en début d’année afin d’évaluer leur niveau dans ces deux matières. Cela sera suivi d’un accompagnement personnalisé pour les  lycéens qui en auront besoin, afin de consolider notamment  leur expression écrite et orale.

A partir de cette rentrée, les SES (sciences économiques et sociales) et les SNT (sciences numériques et technologie) deviennent obligatoires. Des options facultatives ainsi que les LCA (langues et cultures de l’antiquité) sont proposées.

Un fascicule de présentation de la nouvell/ organisation du Bac sera remis à vos enfants et ils bénéficieront dans l’année d’un temps dédié à l’orientation (de l’ordre de 54 heures).

L’enseignement pour les élèves de 1ère et Terminale

La nouvelle organisation concerne principalement les  Bac généraux. Les voies technologiques conservent leur organisation en séries.

Terminées donc les séries S, ES et L. Les élèves vont pouvoir suivre trois types d’enseignement :

  • Un tronc commun composé de six disciplines

Elles totaliseront 15h30 par semaine, auxquelles s’ajouteront 18 heures par an d’EMC (enseignement moral et civique). Elles se répartiront ainsi :

                                                          1ère                      Terminale

Français                                       4 h                                –

Philosphie                                  –                                  4 h

EMC                                              18 h / an               18 h / an

LVA et LVB                                 4 h 30                         4 h

EPS                                                   2 h                             2 h

Ens. scientifique                        2 h                              2 h

  •  Des enseignements de spécialité

Les élèves devront en choisir 3 en classe de 1ère puis seulement 2 parmi ceux-ci en Terminale, mais avec un horaire renforcé : 6 h de cours pour chaque spécialité au lieu de 4 h l’année précédente.

12 choix leur sont offerts :

. Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques

. Humanités, littérature et philosophie

. Langues, littératures et cultures étrangères

. Littérature, langues et cultures l’Antiquité

. Numérique et sciences informatiques

. Mathématiques

. Physique-chimie

. Sciences de la vie, et de la terre

. Sciences de l’ingénieur

. Sciences économiques et sociales

. Arts

. Biologie / écologie

  • Des enseignements optionnels 

. En 1ère : une option pour une durée hebdomadaire de cours de 3 h, parmi les matières suivantes : LV3, Arts ou EPS + LCA (latin et/ ou grec).

. En terminale : poursuite des options de 1ère et possibilité d’ajouter les options :

  • Droits et grands enjeux du monde contemporain
  • Mathématiques expertes (pour ceux qui ont pris la spé Maths)
  • Mathématiques complémentaires (pour les autres élèves).

Les spécialités choisies par les élèves à la rentrée 2019/2020

Traditionnellement, le Bac S était présenté  par une grosse proportion de candidats au Bac général :  51 % de ceux du Bac général cette année, contre 33,4 % pour le Bac ES et 14,2 % pour le Bac L.

Parmi les spécialités sélectionnées à la rentrée 2019/2020, les matières scientifiques continuent à être fortement représentées avec 64 % des élèves qui ont choisi les mathématiques et 43,5 % la physique-chimie, mais la combinaison de spécialités correspondant à l’ancien Bac S : Maths/physique-chimie /SVT n’a été choisie que par 26 % des élèves de 1ère. En seconde position, les élèves ont opté pour Maths-SES-histoire-géo, à 6,8 %,  cela correspondait  à la section ES, et 9,3 % des élèves de 1ère ont sélectionné Humanités et histoire-géo, associées à arts, LCA, LLCER ou maths.  Les choix traditionnels ne vont pas être totalement bouleversés en un an, mais malgré tout 47,7 % des élèves ont fait des choix de combinaisons en fonction de leurs affinités, ne correspondant pas aux séries traditionnelles. Les profils de bacheliers vont donc bel et bien évoluer.

La notation du Bac 2021

Si vos enfants entrent en 1ère, voici ce qui a été acté pour l’obtention du Bac à partir de 2021.

40 % de contrôle continu

Cela se répartira de la manière suivante :

. 30 % d’épreuves communes :  

. En 1ère, avec 2 séries d’épreuves au 2ème et au 3ème trimestre, dans 6 disciplines : histoire-géo, LV1 et LV2, EPS, enseignement scientifique, et la spécialité non poursuivie en Terminale.

. En Terminale : des épreuves au 2nd trimestre dans 5 disciplines : les mêmes qu’en 1ère, sans la spécialité.

. 10 % de notes des bulletins scolaires de 1ère et Terminale.

60 % : épreuves finales

. En 1ère : une épreuve anticipée de français comme précédemment : écrit et oral (coef. 5 chacune)

. En Terminale :

. 2 épreuves écrites sur les disciplines de spécialité (coef. 16 pour chacune)

. 1 épreuve de philosophie (coef. 8)

. un grand oral (coef .10)

Les épreuves de rattrapage sont maintenues.

On constate donc que les épreuves se déroulant en juin de l’année de Terminale ne représenteront que 18 % de la note du Bac, les épreuves de spécialité étant passées au retour des vacances de printemps. Fini donc le bachotage de dernière minute qui pour certains élèves pouvaient compenser un manque de travail pendant l’année. Le grand oral constitue aussi l’une des nouveautés importantes. A une moindre échelle, il fait spontanément penser au grand oral de Sciences Po. Il durera  20 minutes,  et portera sur l’une des deux spécialités choisies par votre enfant. Il est censé constituer un levier d’égalité des chances.

Pour connaître la perception de la rentrée par les parents d’élèves adhérents à la PEEP, consultez l’observatoire de rentrée scolaire 2019/2020.

Recettes healthy et rapides de Lucie BRISOTTO : conjuguez loisirs et plaisirs gustatifs.

En cette période de rentrée, pour partir d’un bon pied, ce n’est pas un mais trois livres de recettes que nous vous proposons, proposés par une jeune blogueuse qui concocte des recettes saines et rapides pour les étudiants. Cela devrait donc plaire à vos enfants !

A 23 ans, la jeune blogueuse Lucie BRISOTTO a déjà  182  000 abonnés sur son compte Instagram  Healthyfoodcreation. Cette Franc-Comtoise passionnée de cuisine se consacre entièrement à son activité de préparation de recettes et d’animation de son site, afin de proposer des plats sains et goûteux.

En 2017, en partenariat avec la Mutuelle Etudiante SMERRA, elle a édité un premier guide de 25 recettes healthy intitulé « Délices sains », permettant de cuisiner sans sucre raffiné et sans beurre. Un tome 2 a ensuite vu le jour, puis les deux guides ont été réédités pour pouvoir honorer les nombreuses commandes qu’elle recevait, et un troisième livre de recettes rapides a complété la collection.

Des plats prêts en 10 minutes.

Vous n’avez pas beaucoup de temps pour cuisiner ? Lucie vous démontre que l’on peut préparer une entrée, un plat et un dessert en 30 minutes. Certains plats peuvent même être prêts en 10 minutes.

Vous pouvez par exemple préparer des flans de légumes qui se dégustent chauds ou froids  en 10 minutes. Mais pour avoir un plus grand choix, allez sur www.healthyfoodcreation.fr pour picorer des recettes ou commander un des livres de Lucie.

Une cuisine simple qui préserve la santé.

Quand on lui demande pourquoi elle est entrée en guerre particulièrement contre le sucre blanc et le beurre, Lucie explique « Le sucre blanc se transforme directement en graisse dans notre corps et contrairement au sucre roux, n’apporte pas de minéraux. On peut très avantageusement le remplacer par du miel ou du sirop d’agave ». Et c’est ce qu’elle fait dans les recettes de pâtisserie qu’elle propose. La photo de la tartelette sans cuisson chocolat et noix de coco vous fera assurément craquer et enchantera toute la famille ! Concernant le beurre, elle l’évite ainsi que tous les acides gras saturés, au profit des huiles pressées à froid comme l’huile d’olive, de coco, de noisette ou de noix. Et pour certains gâteaux, elle nous fait découvrir la purée d’oléagineux, faite avec des amandes par exemple. Cela se trouve en magasins bio, mais on peut aussi la préparer soi-même.

Voici donc un moyen de prolonger le plaisir savouré en vacances, de partager en famille des plats simples, goûteux et rapides à préparer.

Vacances en famille, partez en Ternélia avec la PEEP !

Dans le cadre de notre partenariat, Ternélia offre à l’ensemble des adhérents PEEP, et ce toute l’année, une remise de 10% sur l’ensemble des séjours familles.

Pour une réservation en ligne, le code promo PEEP111  vous permettra de bénéficier de 10% de remise sur tous les villages vacances Ternélia .Cette réduction de 10% est cumulable avec toutes les offres promotionnelles et bons plans en cours.

www.ternelia.com/fr/promos-du-moment

  • et de 5% de réduction sur les séjours en villages vacances partenaires de Ternélia.
DCIM100MEDIADJI_0133.JPG
  • Pour les réservations par téléphone, quelle que soit la destination choisie : 04 50 66 65 20. L’équipe réservation de Ternélia est au courant de la spécificité de ce partenariat et pourra aussi vous renseigner, que ce soit pour une réservation ou des informations.

Les chiffres du Bac 2019

Peut-être votre enfant fait-il partie des 743 594 candidats qui se sont présentés aux épreuves du Bac cette année. Ils seront tous impatients de connaitre les résultats qui seront publié le 05 juillet. Ces effectifs globaux sont en retrait de 1,27 % par rapport à 2018.

L’organisation

  • A l’étranger, 93 pays sont organisateurs des épreuves du Bac pour 19267 candidats le passant en dehors de la France. Les sessions démarrent au mois de mai (au Liban) et se terminent en novembre (en Amérique du sud).
  • 174 3312 correcteurs et examinateurs sont mobilisés.
  • 4 millions de copies vont être corrigées
  • Le coût d’un candidat présent aux épreuves est estimé à 80 €.
  • 49 440 candidats bénéficient d’épreuves aménagées.
  • Depuis 2013, des détecteurs de téléphone portables ont été installés dans le cadre de prévention de la fraude. En 2018, il y a eu 972 cas de suspicion de fraude.

Le calendrier

Pour la session 2019 des épreuves terminales du Bac passé en France métropolitaine :

Résultats : le 05/07

Epreuves de rattrapage : jusqu’au 10/07

 Les candidats

743 594 candidats en 2019 se répartissant de la manière suivante :

Bac général : 54 % soient 398 153 candidats

Bac technologique : 21 % soient 155 661  candidats

Bac professionnel : 25 % soient 189 780 candidats

Répartition des candidats par série du Bac général 

Bac S : 51 %

Bac ES : 34 %

Bac L : 15 %

Répartition des candidats par série du Bac technologique

Bac STMG : 50,9 %

Bac STI2D : 23 %

Bac ST2S : 15,9 %

Bac STL : 6 %

Bac STD2A : 2 %

Bac Hôtellerie : 2 %

Les candidats aux épreuves anticipées

Ils étaient 536 724 cette année, soit 0,03 % de moins qu’en 2018.

Les sujets

  • 2900 sujets sont préparés. Cela comprend les sujets principaux et les sujets de secours.
  • 23 langues vivantes et 23 autres langues sont proposées en épreuves facultatives, ainsi que 12 langues régionales.
  • Les candidats des séries technologiques et professionnelles peuvent choisir jusqu’à deux options facultatives.
  • Il existe 92 spécialités de Bac professionnel

Les chantiers de bénévoles pendant l’été

Vos enfants souhaitent occuper leur temps libre pendant les vacances d’été en s’investissant en tant que volontaire, et en vivant une expérience riche sur le plan humain ? Les chantiers de bénévoles en donnent l’opportunité. Bien choisir son association est cependant nécessaire pour que cette aventure soit totalement positive.

Bien choisir son association

Le volontariat attire de plus en plus les jeunes, et c’est plutôt une bonne nouvelle. Les vacances d’été des étudiants sont relativement longues, et donner de son temps peut permettre de vivre des expériences  enrichissantes, tout en acquérant de la maturité. Il faut cependant être vigilant dans le choix de l’association intermédiaire, car il existe désormais des sociétés qui tirent profit de ce filon, particulièrement concernant des missions internationales qualifiées d’humanitaires, ne s’inscrivant pas dans une logique de développement sur le long terme avec la population locale.

En France, pour ce qui est de la sauvegarde du patrimoine, la Fédération Patrimoine-environnement  a recensé plus de 3800 associations de protection et de mise en valeur du patrimoine et des paysages. Ce sont des partenaires privilégiés du Ministère de la Culture.

Des projets pour les 15-18 ans

Le Club du Vieux Manoir, par exemple, est une association reconnue d’utilité publique, ayant reçu l’agrément du  Ministère de la Jeunesse, des  Sports et de de celui de  la Culture. Elle accueille des jeunes dès l’âge de 14 ans, dans le cadre de projets de quinze jours. Plus de 100 000 jeunes ont intégré des programmes depuis sa création il y a 65 ans. Ils peuvent, par exemple sur le site d’un château-fort, participer à des activités d’animation, d’archéologie, d’environnement ou de restauration (taille de pierres, enduits,…). Il s’agit souvent pour les participants, de la découverte d’un environnement totalement nouveau. En journée, ils travaillent sur les chantiers, mais on ne leur demande pas de productivité, cela reste du bénévolat. En parallèle, des loisirs sont organisés : la découverte de la région, des veillées avec des jeux. C’est aussi en même temps l’apprentissage du  « vivre ensemble ». En effet, ils sont logés sur place, sous tentes, et doivent participer à la gestion du quotidien et à la préparation des repas. Dans cette association, une participation aux frais de pension de 15 € par jour leur est demandée et ils doivent se rendre sur le site par leurs propres moyens.

Une expérience riche en échanges interculturels

Certaines associations font partie de réseaux internationaux. Vos enfants auront alors l’occasion de participer à des chantiers sur lesquels  ils mèneront leurs missions de bénévolat dans des équipes multiculturelles. Concordia, par exemple, a des partenaires partout dans le monde. Les projets en Europe sont ouverts à tous, ceux en Afrique, en Amérique du Sud  et en Asie, plutôt réservés aux plus de 20 ans. En 2018, elle a permis à 1760 jeunes de participer à des projets. Les bénévoles consacrent cinq heures par jour, du lundi en vendredi, aux missions sur lesquelles ils se sont engagés. Il peut s’agir d’archéologie, d’environnement, de restauration du patrimoine.  Ils disposent de temps libre le reste du temps et le week-end pour explorer la région ou le pays. Ils sont hébergés  en tente, ou dans du « dur » selon le site, et intégrés dans un groupe qui s’autogère. Cette vie en communauté permet de développer des échanges dans d’autres langues, souvent en anglais, même en restant en France. C’est l’opportunité de faire de belles rencontres, de nouer des amitiés, et de s’ouvrir à d’autres cultures.


Des coordonnées

Quatre organisations de chantiers de bénévoles sont référencées sur le site du Ministère de la Culture :

Ni vues, ni connues – collectif Georgette Sand

 

Connaissez-vous Christine de Pizan, Berty Albrecht ou Rosa Parks ? Saviez-vous que c’est une femme qui, avant Galilée, a affirmé l’existence du système solaire, une autre qui, avant Kandinsky, a inventé l’art abstrait, une troisième qui a théorisé les pulsions de mort avant Freud… ?
En balayant les légendes, en soulevant les tapis, en fouillant les placards, le collectif Georgette Sand donne à voir et à (re)connaître soixante-quinze femmes – aventurières, militantes, artistes, scientifiques… – qui ont marqué l’Histoire sans qu’on le sache ou que l’on s’en souvienne.
Grâce à ces portraits, l’invisibilité n’est plus une fatalité et peut même être désamorcée très simplement : pour être reconnues, il faut être connues, et pour être connues, il faut être vues.

Ni vues, ni connues, par le collectif Georgette Sand, aux éditions Pocket.
Préface de Michelle Perrot / Postface de Pénélope Bagieu – 352 pages – 7,50 €

« Des portraits drôles, vivants. Ils attisent la curiosité et nous… on tourne les pages sans s’arrêter ! Indispensable. » Cosmopolitan

Acheter le livre