Passer le BAFA : les étapes et le financement

Le BAFA :   Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur est un diplôme nécessaire pour que vos enfants puissent animer des accueils de loisirs ou de séjours de vacances. Il peut être obtenu dès l’âge de 17 ans. Il est payant mais il existe des aides permettant d’alléger son coût.

3 étapes

La formation se compose de trois étapes qui doivent être effectuées sur 30 mois maximum :

  • une formation générale : 8 jours ;
  • un stage pratique : 14 jours minimum ;
  • une session d’approfondissement : 6 jours ou de qualification : 8 jours.

Le coût total de la formation varie de 600 à 1 300 €.

Les aides au financement

De nombreuses aides existent :

  • la CAF : 91,47 € (ou 106,71 € si la 3ème session est axée sur l’accueil du jeune enfant).
  • les Directions générales de la Jeunesse et des sports accordent également des bourses.
  • Des bourses départementales et régionales existent également (ex : 70 à 150 € en PACA).

Plusieurs organismes préparent au BAFA : l’UFCV, l’AFOCAL, TEMPS JEUNES, AROEVEN, CEMEA, ….

La PEEP est partenaire de l’AFOCAL. Les adhérents PEEP bénéficient d’une réduction de 10% sur les tarifs des formations proposées par l’AFOCAL.

Consultez  les offres de notre partenaire ici

Votre enfant peut s’informer et s’inscrire  sur www.jeunes.gouv.fr/bafa-bafd

Ou utiliser l’appli BAFA-BAFD. Il choisira ensuite son organisme de formation.

Dès l’âge de 21 ans, il est ensuite possible de passer le BAFD pour assurer des activités d’encadrement.

Un logement étudiant pour la rentrée.

Votre enfant a choisi sur Parcoursup des formations loin de votre domicile et il va devoir trouver un logement étudiant à la rentrée ? Parmi les nombreuses formules qui existent, il y en a forcément une adaptée à votre budget et à ses besoins ?

La fin d’année arrive déjà… Si votre enfant intègre l’enseignement supérieur à la rentrée,  vous avez peut-être déjà songé à lui chercher un logement étudiant ? A moins qu’il ne fasse partie des 12 % d’étudiants qui intègrent une résidence du CROUS, vous devez en premier lieu décider avec lui quel type de logement  rechercher.

Bien s’informer sur la ville où il habitera

Dans tous les cas, le premier critère à prendre en compte est la localisation du futur logement. Il devra en effet, soit être situé à proximité de son lieu d’études, soit être bien desservi par les transports en commun. Il ne s’agirait pas qu’il perde un temps fou et son énergie en trajets quotidiens ! Même si vous ne vous connaissez pas (encore) sa future ville de résidence, vous pouvez tout à fait passer quelques heures sur le net pour vous renseigner et, pourquoi-pas, établir une zone de recherche. A ce sujet, n’oubliez pas de vous informer sur les différents quartiers et leur réputation. Pensez également à cibler des zones commerçantes pour les courses du quotidien.

 Choisir la formule la plus adaptée pour votre enfant

Vous pouvez commencer les recherches par les sites de petites annonces. Dans les grandes villes étudiantes, où le marché est tendu, mai-juin est la période parfaite. Ceux qui vont quitter les logements commencent à poser leur préavis et de votre côté, vous éviterez le stress d’une recherche tardive. Déterminez bien les critères avec votre enfant afin de ne pas perdre de temps : de quelle surface a-t-il besoin ? De quel budget disposez-vous ? En appliquant des filtres, vous simplifiez vos recherches. Dès que vous voyez un logement correspondant à vos attentes, n’hésitez pas à demander des renseignements – voire des photos – complémentaires avant de faire un premier choix. Vous pouvez tout à fait bloquer un week-end pour vous rendre sur place avec lui. Cela met les propriétaires en confiance.

La visite, une étape incontournable. C’est un moment clé du choix de tout logement étudiant : la visite ! Vous constaterez à cette occasion que les (belles) photos publiées diffèrent parfois de la réalité. La visite d’un appartement, donc, doit être synonyme d’inspection. La surface des pièces, les équipements électroménagers, la luminosité, l’emplacement des prises, ne vous gênez pas pour tout observer jusque dans les moindres recoins – à la recherche par exemple de cette petite tâche d’humidité qui peut en dire long sur l’état du logement. Profitez-en encore pour poser des questions : les charges locatives ou bien la facture de chauffage peuvent peser lourd dans un budget ! Une astuce concernant les visites : prenez si possible vos rendez-vous en fin d’après-midi, lorsque le voisinage est dans les parages. Ce sera l’occasion de vous rendre réellement compte des bruits environnants.

Les aides au financement de son logement

Vous avez déjà surement entendu parler des APL/ALS. Tous les étudiants peuvent en bénéficier car ce sont leurs revenus et non ceux de leurs qui sont pris en compte, sans que vous perdiez pour autant le bénéfice fiscal de la ½ part. Il faut bien sûr que le bail soit établi au nom de votre enfant. Pour connaître le montant dont il pourra bénéficier, faites la simulation sur https://wwwd.caf.fr/wps/portal/caffr/aidesetservices/lesservicesenligne/estimervosdroits/lelogement#/stateaccueil. Il faut également savoir qu’il existe d’autres aides. Les lycéens boursiers qui ont accepté une offre de formation  sur Parcoursup en dehors de leur académie de résidence, peuvent percevoir l’aide à la mobilité de Parcoursup. Son montant est de 500 €, elle est cumulable avec les autres aides : https://amp.etudiant.gouv.fr. Pour les alternants, il existe également l’aide mobili-jeunes. Elle est plafonnée à 100 € par mois. Retrouvez toutes les informations sur https://mobilijeune.actionlogement.fr/

Les résidences étudiantes : une solution intéressante

Si 2022-2023 est sa première année hors du nid familial, peut-être préférez-vous le cadre plus sécurisant d’une résidence étudiante privée. L’accès est souvent réservé aux locataires ayant un pass ou un digicode, et votre enfant aura un interlocuteur sur place. Les services proposés sont différents d’une résidence à l’autre et peut-être est-il plus important à vos yeux d’avoir une salle de sport ou un accès Wifi très haut débit qu’une laverie, ou inversement. A noter que certaines chaînes de résidences étudiantes  (par exemple www.logifac.com) offrent la possibilité de déposer un dossier de candidature et de vous désister si vous n’êtes pas admis dans  l’établissement demandé.

 

Le job d’été : un bonus sur le CV de votre enfant

 Le début de l’année 2022 est marqué par une embellie du marché de l’emploi. De nombreux secteurs recrutant de étudiants toute l’année peinent à embaucher des salariés en CDI en ce moment ; le volume de contrats courts à plein temps pour cet été sera donc plus important pour compenser ce manque de main d’œuvre. Voici quelques pistes pour conseiller votre enfant dans sa prospection, particulièrement s’il recherche un job pour la 1ère fois.

Les secteurs qui recrutent

La restauration, l’hôtellerie : de nombreux postes dans ce secteur qui manque de salariés en cette période de reprise : service clients, plonge, femmes de chambre.

La grande distribution : toujours de traditionnels postes de mise en rayon, caisse, équipier polyvalent, mais aussi un essor important des postes autour du drive.

Les métiers de la logistique : préparateur de commandes, agent d’expédition, agent de quai/manutentionnaire. Les offres se sont multipliées.

Le secteur banque /assurance : les banques recrutent toujours des auxiliaires de vacances. Dans le secteur assurance/assistance, des offres de chargé d’assistance, mais aussi de conseiller en déclaration de sinistre ou de téléconseiller retraite.

Les services à la personne : pour ceux qui privilégient les relations humaines, beaucoup de postes d’auxiliaire de vie proposés dans des agences spécialisées. Egalement des jobs d’animateurs de vacances adaptées pour changer d’air. Une formation spécifique peut être requise.

Travailler avec les enfants : baby-sitting, animateur de séjours (avec BAFA) ou accompagnement d’enfants en TGV : des emplois de quelques heures ou quelques jours à deux mois.

Travailler en plein air : s’ils veulent profiter du grand air, le secteur de l’agriculture propose des offres chaque année : ouvrier agricole, moissons, collecte de céréales, …

Travailler en relation avec la clientèle : des opportunités dans la distribution spécialisée (enseignes de sport, de bricolage..) mais aussi dans les résidences étudiantes, chez les loueurs de véhicules pour le contact direct. Des offres également dans le secteur enquêtes et sondages pour les relations téléphoniques.

De nombreux outils de recherche

Les  outils à leur disposition pour prendre connaissance des offres de jobs d’été  et entrer en contact avec  les entreprises qui recrutent sont nombreux.

La traditionnelle candidature spontanée reste une option possible. Tout le reste démarrera en général par une recherche sur internet.

Les sites généralistes

 www.indeed.com : portail proposant de nombreuses offres d’emplois au plan national.

www.keljob.com : accès aux annonces publiées par de nombreux sites : institutionnels, sites emplois, sites d’entreprises, de cabinets de recrutement ou de sociétés de travail temporaire.

www.meteojob.com : offres d’emplois dans des secteurs variés : centres d’appel, chargés d’assistance, agents de conditionnement,…. Il faut être inscrit pour pouvoir postuler.

www.pole-emploi.fr : des  offres de postes saisonniers  présentés par région : animateur club de loisirs, auxiliaire de vie,  manutentionnaire pour les moissons.

www.regionsjobs.com : offres d’emploi et également de nombreux stages classés, comme le nom l’indique, par région.

Les sites étudiants

www.cidj.com : beaucoup d’informations pratiques et des offres en France et à l’étranger pour des campings,  domaines viticoles, des postes d’hôtes/hôtesses,… . Idéal pour entamer ses recherches.

www.jobaviz.fr : centrale d’offres de jobs du CROUS. Offres classées par département et par secteur. Se créer un compte pour pouvoir postuler.

https://jobetudiant.net : offres classées principalement par ordre d’arrivée (les plus récentes apparaissent en premier), tous secteurs confondus. Il faut s’identifier pour postuler.

https://jobs-stages.letudiant.fr/ : nombreuses offres que vous pouvez sélectionner par région ou par secteur d’activité, et des infos pratiques.

www.studentjob.fr : offres de jobs d’été  classées par ville consultables librement, puis il faut s’inscrire  pour postuler.

www.studyrama-emploi.com : des offres mais aussi des idées de jobs originaux et des articles.

Les sites spécialisés par secteur d’activité

www.anefa.org/qui-etes-vous/travailleurs-saisonniers-en-agriculture/ : site de l’Association Nationale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture. Outil des partenaires sociaux de l’agriculture pour favoriser l’emploi dans ce secteur. Ne pas manquer pas d’aller sur ce site pour travailler en plein air.

www.animjobs.com : offres de jobs mises à jour régulièrement, dans le secteur de l’animation en centres de vacances pour enfants et adolescents ou pour adultes : Club Med, UCPA, …

www.distrijob.fr : offres dans le secteur de la grande distribution : hypermarchés, grandes surfaces spécialisées…

 

 

L’agenda professionnel de mars-avril 2022

Salons et conférences

4 et 5 mars         Salon de l’apprentissage, de l’alternance et des  Métiers       Lyon – Centre des Congrès et Lille – Grand Palais

7 mars                 Paris pour l’emploi des Jeunes      Paris – Grande Halle de la  Villette

12 mars               Salon Studyrama de Masters, Mastères spécialisés et MBA    Paris Event Center

19 mars               Salon de l’apprentissage, de l’alternance et des Métiers            Strasbourg – Parc Expo

26 mars               Salon Executive Education – Conférences Le Monde                    En ligne : www.salon-exed.com/

22 au 24 avril     4th International Conference on Modern Research                    Barcelone – Espagne

Autres dates à retenir

29 mars               Dernier jour pour formuler des vœux sur Paarcoursup

07 avril                Dernier jour pour confirmer ses vœux et finaliser son dossier

Vacances scolaires de printemps

9 au 25/04                         Zone B

16/04 au 02/05                Zone A

23/04 au 09/05                Zone C

Un site dédié aux parents de lycéens, pour ne rien oublier durant l’année scolaire

Votre enfant est en terminale ? Pour vous aider à l’accompagner dans sa dernière année avant les études supérieures, la mutuelle étudiante SMERRA a créé un site d’informations dédiées ! Grâce à de nombreux articles, de conseils et de dates-clés, vous êtes sûr de ne rien oublier.

Le passage vers les études supérieures : un programme chargé !

Votre enfant va entrer dans les études supérieures l’année prochaine ? Vous êtes un peu perdu entre Parcoursup, les inscriptions dans les établissements, la recherche de son futur logement, les demandes de bourses … ? L’espace en ligne de la SMERRA vous renseignera dans toutes les démarches à effectuer, au bon moment.

Des informations classées par mois pour mieux s’organiser !

Vous bénéficierez d’alertes, de pense-bête et d’articles thématiques pour vous aider à y voir plus clair en un clin d’œil : toutes les infos sont réunies au même endroit !

Découvrez sans plus attendre l’espace parents de la SMERRA en cliquant ici.

S’évaluer et se perfectionner en langues

Votre enfant mentionne les langues étrangères qu’il apprend sur son CV, mais comment indiquer de manière juste son niveau ? Les résultats aux tests officiels et examens seront reconnus  unanimement par les établissements où il postulera ainsi que ses futurs  employeurs. Nous vous les indiquons. Ensuite, pour progresser, si l’enseignement traditionnel ne le passionne pas, il existe des méthodes pour progresser de façon plus ludique.

Les tests et examens de langue

Pour l’anglais

TOEIC – Test Of English for International Communication

Evaluation du niveau d’anglais dans un contexte  de communication internationale. De nombreuses entreprises et écoles supérieures demandent le score à cet examen. Il se décompose en deux parties sur 2 heures au total : Section Listening : 100 questions (45 minutes). Section Reading : 100 questions (75 minutes). Le certificat est valable 2 ans.

TOEFL – Test Of English as a Foreign Language

Il permet d’évaluer l’aptitude à comprendre l’anglais dans un contexte académique, et peut être demandé  pour intégrer une université anglophone,

IELTS – International English Language Testing System

Nécessaire pour intégrer des universités anglophones en Grande-Bretagne mais aussi au Canada et dans l’hémisphère sud (Australie et Nouvelle-Zélande). La compréhension écrite et orale est testée avec différents accents et l’expression orale également.

Cambridge Certificate

Trois niveaux de certificats sont proposés : FCE (1st certificate), CAE (Advanced english) et CPE (Proficiency in english). Il s’agit de diplômes sans limite de validité et non de tests.

Pour  l’allemand

TestDaF – Test Deutsch als Fremdsprache

Cet examen permet de certifier le niveau d’allemand de votre enfant. Il est souvent demandé pour une poursuite d’études en Allemagne et permet d’attribuer un  niveau de B2 au C1.

Goethe-Zertifikat  

Le test de langue allemande assuré par Goethe Institut, peut être passé à chaque niveau (A1 à C2).

Pour l’espagnol

DELE – Diplôme d’Espagnol Langue Etrangère

C’est un test proposé par l’Institut Cervantes  basé sur le Cadre européen commun de référence pour les langues avec six niveaux : de débutant A1 au niveau supérieur C2.

Pour  l’italien

CILS – Certificazione di Italiano come Lingua Straniera

Il existe plusieurs niveaux de certifications allant de A1 à C2, selon le Cadre  européen commun de référence pour les langues.

Des solutions pour progresser de façon ludique

Si aujourd’hui votre enfant ne semble pas passionné par les langues, peut-être cela vient-il simplement du fait que les méthodes d’enseignement utilisées au lycée ne lui conviennent pas. Avec des  techniques moins traditionnelles, il peut y avoir rapidement un déclic.

Regarder des séries ou des films en V.O.

Sous–titrés dans un 1er temps, cela constitue une bonne solution pour habituer son oreille aux sonorités d’une langue dans laquelle on veut acquérir une meilleure aisance orale. Autre bonne solution : regarder le journal télévisé des chaînes étrangères. Enfin, pour les séries, cela est maintenant très facile d’accès avec Netflix L’avantage est qu’il s’habituera à un accent authentique, anglais ou américain selon la série, et aux expressions idiomatiques.

Communiquer avec des natifs de la langue apprise.

Certains professeurs proposent à leurs élèves des correspondants. Cela reste une bonne solution pour que votre enfant ait un contact de son âge dans le pays. Dans ce but, le Goethe Institut organise des « Speed dating » pour trouver un binôme. Certains lycées et la plupart des universités reçoivent des étudiants étrangers : en s’investissant dans les associations qui les accueillent, vos enfants auront l’occasion de rencontrer des natifs. Et s’ils préfèrent communiquer en ligne, de nombreux forums lui en donneront l’occasion.

Lire pour enrichir son vocabulaire.

Beaucoup de jeunes suivent aujourd’hui des blogueurs internationaux qui communiquent en anglais avec leur communauté. Il suffit qu’ils proposent de l’actualité sur un sujet qui passionne votre enfant : cela va de son sport préféré à la sauvegarde de la planète. Mais faites-lui confiance, il trouvera tout seul

Partir à l’étranger

Cela constitue toujours une bonne solution, même si ce n’est pas simple à organiser à court terme. Au lycée, cela n’est pas toujours facile en cours d’année car les vacances scolaires sont nombreuses mais relativement courtes. Un séjour linguistique de 2 semaines permet malgré tout à certains jeunes qui avaient un blocage, d’avoir un déclic. Il suffit qu’ils aient eu de bons contacts avec d’autres jeunes anglophones  pour que cela suscite chez eux l’envie de pouvoir communiquer plus facilement avec eux.

Voici les coordonnées des 2 principales associations de séjours linguistiques regroupant les organismes : l’UNOSEL (www.unosel.org) et l’Office (www.loffice.org). Pour savoir quels sont les organismes sérieux, vous pouvez aussi obtenir des renseignements par mail auprès de la PEEP : sejours@peep.asso.fr.

Utiliser les sites internet et applications
  • BABBEL (pour android et IOS) : existe dans 13 langues. Choix préalable du niveau. Travail sur la prononciation également. https://begin.babbel.com/fr/
  • DUOLINGO (pour android et IOS). Pour débutants et expérimentés.  Un test à chaque niveau. Gain de points et de vies comme dans un jeu vidéo. Possibilité de rivaliser avec des amis. https://fr.duolingo.com/
  • FluentU (pour IOS et web) : vidéos tournées dans un contexte réel, sous-titres pour voir les mots, vocabulaire conservé dans une liste à réviser. https://www.fluentu.com/
  • FLUENT FOREVER: un site, une appli et un livre. Une méthode pour mémoriser du vocabulaire en associant un mot à une image. Principe des flashcards (cartes mémoire). https://home.fluent-forever.com/
  • MEMRISE (pour android, IOS et web) : aide à mémoriser di vocabulaire à l’aide de cartes avec des mots, leur sens et leur prononciation. Entrainement au TOEFL, pour les verbes irréguliers, etc..  https://www.memrise.com/fr/
  • MOSALINGUA (pour android et IOS) : 10 minutes par jour, pour mémoriser des mots, des phrases et des expressions anglaises. https://www.mosalingua.com/
  • EU (web): tarifs préférentiels pour les adhérents PEEP (- 25 %). Journal quotidien d’actualités internationales en anglais, sonorisé sous différents accents, cahier d’exercices avec de l’entrainement à la compréhension orale et de l’entrainement au Bac.

 

l’agenda lycéen de janvier février 2022

Les salons étudiants 

Date à retenir !

le 20/01 : ouverture des inscriptions sur Parcoursup, et formulation des  voeux jusqu’au 29/03

28 et 29 janvier

JPO Université Montaigne – Bordeaux

3au 6 février

Mondial des métiers – Lyon – Exrexpo

4 au 6 février

Salon du lycéen et de l’Etudiant d’Ile-de-France – Paris Porte de Versailles

Venez nous rencontrer sur le stand de la PEEP !

5 février

Salon Sup’alternance et salon des formations en art, design, communication et formations numériques – Bordeaux

25 et 26 février

Salon de l’apprentissage, de l’alternance et des métiers – Marseille et Amiens, ainsi que Rennes et Metz (le 26/02 seulement).

26 février

Salon de l’apprentissage, de l’alternance et des métiers à Rennes et JPO de l’université Rennes 2

La journée Défense et Citoyenneté : quand, comment et pourquoi.

Dès l’âge de 16 ans, les jeunes français, qu’ils vivent ou non sur le territoire, doivent faire le recensement citoyen afin d’être ensuite convoqués à la Journée Défense et Citoyenneté (JDC). Elle doit se dérouler, sauf exception avant leur 18ème anniversaire.

Pourquoi cela est important ?

Cette journée a été mise en place depuis 1997, suite à la suppression du service national. Chaque année, ce sont environ 800 000 jeunes qui sont concernés. Cela est obligatoire pour pouvoir s‘inscrire aux examens et concours, notamment le Bac et le Permis de conduire, mais aussi les concours de la fonction publique. Une attestation est délivrée à vos enfants à l’issue de cette journée. S’ils ont 18 ans ou plus, se sont fait recenser mais n’ont pas encore reçu leur convocation, une attestation provisoire « en attente de convocation » peut leur être délivrée. La durée de la JDC a été ramenée à une demi-journée durant la crise sanitaire, et elle peut également être assurée en distanciel dans ce cadre. Les jeunes qui deviennent français entre 18 et 25 ans reçoivent une convocation dans les trois mois suivant leur recensement.

Comment elle se déroule ?

Les jeunes reçoivent un bon de transport pour se rendre sur le lieu où ils sont convoqués. Selon le cas, il peut s’agir d’une indemnité de déplacement de 10 € ou 20 € selon l’éloignement. Un enseignement sur les enjeux et objectifs de la Défense Nationale, les différentes formes d’engagement, et le civisme est assuré dans le cadre de cette journée. Une information sur l’égalité hommes-femmes est également prévue, ainsi que des tests d’évaluation sur le niveau en langue française.

Pour en savoir plus : https://www.servicepublic.fr/particuliers/vosdroits/F871

 

 

Une rentrée sereine

Nous avons tous envie de penser que cette rentrée  marque  le début d’une année scolaire proche de la « normale », notamment avec le retour des activités de loisirs. C’est un moment particulièrement propice pour démarrer l’année d’un bon pied, alors mettons en place des habitudes qui favoriseront le bien-être de tous les membres de la famille.

Des activités individuelles pour s’épanouir

Vous craignez que l’année de terminale soit un peu chargée ? Ne conseillez pas pour autant à votre enfant d’abandonner le sport pour se consacrer à la préparation du Bac. Il est essentiel pour son équilibre, et les sportifs sont souvent plus enclins à s’alimenter sainement pour être au mieux de leur forme.

Mais peut-être votre enfant est-il plus attiré par des activités artistiques ? Chacune peut l’aider à se construire. La musique, la peinture, le dessin vont lui permettre de développer sa créativité et sa concentration, le théâtre lui donnera de l’aisance pour s’exprimer en public et constituera une bonne préparation au grand oral du Bac.

Les activités contribuent également à la structuration de  son emploi du temps, l’incitant ainsi à organiser  son temps de travail. Pendant cette année de transition précédant l’entrée à l’université, ou peut-être dans une formation sélective, il est utile de l’amener à se projeter et s’interroger sur les activités essentielles pour lui.

Des moments privilégiés en famille

Profitez aussi de cette dernière année lycéenne pour organiser des moments où vous vous retrouverez tous en famille. Si des enfants plus âgés vivent encore au domicile familial, fixez ensemble quelques soirs en semaine ou le week-end (un ou deux)  où vous retrouverez  tous pour dîner et partager vos expériences et bons plans. Si votre lycéen doit avoir un logement autonome l‘an prochain, cela pourra être  l’occasion  de lui faire découvrir des menus « plaisir »  tendances et faciles à cuisiner.

Des sorties et activités faisant plaisir à tous peuvent aussi être organisées, à un rythme peut-être moins soutenu, selon la composition de la famille. Cela peut être une rando. ou une sortie vélo une à deux fois par mois, un ciné, un restau. On vous fait confiance pour trouver des idées, selon les centres d’intérêt de chacun. Paint-ball, escape games peuvent aussi être au programme. Vous trouverez des pistes sur https://www.familiscope.fr/dossiers/le-top-des-sorties-avec-des-ados/ Il est important de prévoir ces activités à l’avance pour ne surtout pas faire de reproches ou culpabiliser vos jeunes qui ne seraient pas disponibles pour une sortie improvisée.

Une bonne hygiène de vie pour les ados

Pour se démarquer des plus jeunes et avoir un avant-goût de vie étudiante, votre ado vous a demandé de ne plus manger à la cantine ? Essayez de trouver un compromis avec lui en accordant peut-être un jour « off ». La cantine n’est sans doute pas gastronomique, mais elle présente au moins l’avantage  de proposer des menus équilibrés.

Concernant le sommeil, les spécialistes recommandent dix heures de sommeil pour les enfants du secondaire, et neuf heures pour les adolescents qui vont au lycée. Contraints de se lever plus tôt pour se rendre en classe et adeptes des grasses matinées le week-end, les adolescents manquent tout particulièrement de sommeil. Il est nécessaire d’adopter un rythme avec des horaires de lever et de coucher réguliers, même s’ils rechignent parfois à aller se coucher. Certains signes, comme l’irritabilité ou les troubles de la concentration, peuvent être synonymes d’une anomalie ou d’un manque de sommeil.

Quels que soient vos choix, nous vous souhaitons ainsi qu’à vos enfants, une excellente année 2021/2022. Retrouvez également notre calendrier des vacances scolaires pour pouvoir encore mieux planifier vos loisirs.

Vie associative, bénévolat : des expériences riches en découvertes pour les étudiants.

Si votre enfant intègre l’enseignement supérieur à la rentrée, ce sera un changement de rythme, mais il ne lui sera pas nécessaire pour autant d’abandonner sa vie associative. Bien au contraire, de nouvelles  opportunités se présenteront, et cela sera enrichissant tant pour lui à titre personnel que pour son  CV.

Vie associative étudiante

Tant à l’université que dans les écoles, la vie associative est généralement riche et diversifiée. Aussi, il est toujours possible de trouver une activité en adéquation avec ses centres d’intérêt. Cela reste vrai mais un peu plus difficile pour les étudiants en alternance, pour lesquels le critère « disponibilité nécessaire » sera prédominant.

A l’université, il existe des associations de filière et des organisations étudiantes représentatives, permettant aux étudiants de participer à la gestion de leur établissement. Il est également possible de s’investir dans le développement et la concrétisation de projets, pour l’organisation d’évènements ou de voyages par exemple.

D’autres associations permettent de mettre en oeuvre les connaissances acquises. C’est le cas des juniors entreprises. Elles fonctionnent  sur le modèle des cabinets-conseils et accompagnent des entreprises, par exemple pour des études de marché.

Activités culturelles et sportives

Les activités que vos enfants choisiront en fonction de leurs centres d’intérêt pourront  se pratiquer localement, dans leur ville étudiante, ou au sein de leur établissement. Ils feront leur choix en fonction des opportunités qui s’offriront à eux, des personnes qu’ils souhaiteront retrouver dans ce cadre, et également par exemple dans le domaine sportif ou musical, en fonction de leur niveau et des possibilités de progression offertes.

Les horaires et la proximité géographique des activités par rapport à leur lieu de vie feront également partie des critères ainsi que les possibilités de déplacement de vos enfants, en particulier pour les activités en soirée.

Bénévolat

Le champ des possibles est également très large en la matière, et de nombreuses initiatives se sont développées durant la crise sanitaire, par exemple pour éviter l’isolement des étudiants internationaux. Des associations nationales, plus anciennes, telles que les Restaus du Cœur ou l’UNICEF sont  toujours à la recherche de bénévoles et les étudiants sont particulièrement bienvenus. Ce sont des expériences enrichissantes sur le plan humain, qui leur permettront de rencontrer de nouvelles personnes et découvrir un type d’organisation bien différent de celui du lycée ou de l’université. S’ils veulent acquérir une première expérience en la matière sans s’engager sur du long terme au début, il leur sera possible de participer à  des actions ponctuelles telles que le Téléthon. Vous pouvez leur conseiller de consulter le site https://www.jeuneetbenevole.org/ afin de trouver des idées pour pouvoir s’investir, s’ils  manquent de pistes.

Quel bénéfice pour votre enfant ?

La vie associative est de plus en plus valorisée dans l’enseignement supérieur. Un décret paru en 2017 relatif à la reconnaissance de l’engagement dans la vie associative, implique que les établissements mettent en oeuvre des dispositifs garantissant la validation des connaissances et aptitudes acquises dans ce cadre, pour l’obtention d’un diplôme. Il faut regarder au cas par cas comment cela a été mis en place dans l’établissement de votre enfant. Au delà de cela, ce sont des expériences dont il sortira grandi car elles lui donneront l’occasion d’être acteur et non consommateur. Il y a fort à parier qu’elles  lui permettront de se différencier des autres candidats en entretien de recrutement ou lors d’un oral de sélection pour intégrer une formation.