Les pistes pour trouver un job d’été

Ces quelques semaines passées à la maison vont permettre à vos enfants d’avoir du temps pour se consacrer à leur recherche de job pour cet été. C’est la bonne période. Les journées Jobs d’été prévues en mars sont annulées, mais il existe bien d’autres moyens de trouver des pistes.

Le but premier  est-il seulement pour eux de gagner de l’argent, ou aussi d’acquérir une expérience en adéquation avec leurs objectifs professionnels pour étoffer leur CV ? Quels sont leurs atouts ? Une première réflexion est nécessaire avant qu’ils démarrent leur recherche.

De nombreux outils de recherche

Les  outils à la disposition de vos enfants pour prendre connaissance des offres de jobs d’été  et entrer en contact avec les entreprises qui recrutent sont nombreux.

La traditionnelle candidature spontanée reste une option possible. Tout le reste démarrera en général par une recherche sur internet.

Les sites généralistes

 www.indeed.fr : portail proposant de nombreuses offres d’emplois au plan national. Selon les offres, vous pouvez postuler en direct ou via le site en déposant votre candidature.

www.keljob.com : portail vous permettant d’accéder aux annonces publiées par de nombreux sites : institutionnels, sites emplois, sites d’entreprises, de cabinets de recrutement ou de sociétés de travail temporaire.

www.meteojob.com : offres d’emplois dans des secteurs variés, au plan national : centres d’appel, restauration, chargés d’assistance, agents de conditionnement,…. Il faut être inscrit pour pouvoir postuler ; vous recevez ensuite des alertes.

www.pole-emploi.fr : des  offres de postes saisonniers  présentés par région : agent de surveillance dans des musées, billettistes, surveillants de bassin dans une piscine, animateur club de loisirs, et même jardinier. Une grande diversité de possibilités, y compris en plein air.

www.regionsjobs.com : offres d’emploi et également de nombreux stages classés, comme le nom l’indique, par région. Possibilité de déposer votre CV, mais également de postuler directement,  et de créer une alerte.

www.sourcea.fr : il faut s’inscrire pour pouvoir postuler. Toutes les offres ne sont pas destinées à des étudiants.

Les sites étudiants

www.cidj.com : site emploi du CIDJ (Centre d’Information et documentation Jeunesse). Beaucoup d’informations pratiques et des offres en France et à l’étranger pour des campings, des bars, domaines viticoles, des postes d’hôtes/hôtesses,… . Idéal pour entamer ses recherches.

www.etudiemploi.com : beaucoup d’offres de garde d’enfants.

www.jobaviz.fr : centrale d’offres de jobs du CROUS. Offres classées par département et par secteur. Se créer un compte pour pouvoir postuler.

https://jobetudiant.net : offres classées principalement par ordre d’arrivée (les plus récentes apparaissent en premier), tous secteurs confondus. Il faut s’identifier pour postuler.

www.letudiant.fr : nombreuses offres que vous pouvez sélectionner par région ou par secteur d’activité, et des infos pratiques.

www.studentjob.fr : offres de jobs d’été  classées par ville. Vous pouvez les consulter librement. Les candidats sont ensuite souvent redirigés vers le site du recruteur pour postuler directement.

www.studyrama-emploi.com : des offres mais aussi des idées de jobs originaux et des articles.

Les sites spécialisés par secteur d’activité

www.anefa.org : site de l’Association Nationale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture. Outil des partenaires sociaux de l’agriculture pour favoriser l’emploi dans ce secteur. Ne manquez pas d’aller sur ce site si vous voulez travailler en plein air.

www.animjobs.com : offres de jobs mises à jour régulièrement, dans le secteur de l’animation en centres de vacances pour enfants et adolescents ou pour adultes : Club Med, Look Voyages, UCPA, Go !…les plus grands recruteurs du secteur sont là.

www.distrijob.fr : offres dans le secteur de la grande distribution : hypermarchés, grandes surfaces spécialisées… Vous êtes réorienté vers les sites d’entreprises qui recrutent telles que Lidl, Leclerc,…

www.lhotellerie-restauration.fr : fiches métiers, des offres destinées aux professionnels du secteur, mais aussi des jobs saisonniers. Ce site est édité par le journal des Restaurants-Hôtels-Cafés.

Agenda de février-mars

Salon Date Lieu
Salon des classes prépas 25-janv Paris – La Villette
Café des Parents : osez l’Allemagne 25-janv Paris 15ème : CIDJ
Salon de l’Etudiant 31/01 au 02/02 Paris – Parc des Expos
Mondial des métiers 6 au 9/02 Lyon – Eurexpo
Salon Sup’alternance Studyrama 08-févr Lille – Marcq-en-Baroeul
Forum Sup’alternance Studyrama 15-févr Bordeaux – Palais de la Bourse
Salon de l’apprentissaqge et de l’alternance – L’Etudiant 14 et 15/02 Lyon – Cité internationale
Salon Sup’alternance Studyrama 07-mars Montpellier – Le Corum
Salon des Etudes supérieures et de l’alternance 07-mars Rennes – Centre des congrès
Journée des Jobs d’été 17-mars Paris – Le Centquatre

Se perfectionner en langues de façon ludique.

Un test de certification en langue anglaise est mis en place dès 2020 pour les formations à vocation internationale (certains BTS et DUT, licences en langues,…). Il se généralisera  à l’ensemble des étudiants en 2022/2023.  Si aujourd’hui votre enfant ne semble pas passionné par les langues, peut-être cela vient-il simplement du fait que les méthodes d’enseignement utilisées au lycée ne lui conviennent pas. Avec des  techniques moins traditionnelles et plus ludiques, il peut y avoir rapidement un déclic.

Lire pour enrichir son vocabulaire.

Tous les adolescents ne sont pas enclins à lire, et si votre enfant rechigne à le faire en français, il y a peu de chances qu’il soit prêt à commencer un livre en anglais. Mais peut-être qu’il le fera plus volontiers sur internet. Beaucoup de jeunes suivent aujourd’hui des blogueurs internationaux qui communiquent en anglais avec leur communauté. Il suffit qu’ils proposent de l’actualité sur un sujet qui passionne votre enfant : cela va de son sport préféré à la sauvegarde de la planète. Mais faites-lui confiance, il trouvera tout seul

Regarder des séries ou des films en V.O.

constitue une bonne solution pour habituer son oreille aux sonorités d’une langue dans laquelle on veut acquérir une meilleure aisance orale. Si votre enfant a encore une maitrise très approximative de l’anglais, l’idéal serait de trouver des films en V.O. sous titrés en anglais. Autre bonne solution : regarder le journal télévisé des chaînes étrangères. Cela devient maintenant accessible facilement sur le câble, la TNT. Le temps de concentration requis est moins important, souvent environ 10 minutes, et il y a des images pour aider à la compréhension. Enfin, regarder des séries est maintenant très facile d’accès avec Netflix. Il choisira en fonction de ses affinités : House of cards, Walking dead,…et pourra regarder avec les sous-titres en français au début pour habituer son oreille (une ou deux semaines maximum), puis avec les sous-titres en anglais et ensuite sans sous-titre dès que possible. L’avantage est qu’il s’habituera à un accent authentique, anglais ou américain selon la série, et aux expressions idiomatiques.

Communiquer avec des natifs de la langue apprise.

Certains professeurs, notamment en allemand, proposent à leurs élèves des correspondants. Cela reste une bonne solution pour que votre enfant ait un contact de son âge dans le pays. Toujours pour cette langue, le Goethe Institut organise des « Speed dating » pour trouver un binôme. Certains lycées et la plupart des universités reçoivent des étudiants étrangers : en s’investissant dans les associations qui les accueillent, vos enfants auront l’occasion de rencontrer des natifs. S’ils n’ont pas cette opportunité, ils peuvent aussi en rencontrer en France dans des pubs anglais tels que  Frogs à Paris ou encore la légendaire Librairie-café Shakespeare & Co. Et s’ils préfèrent communiquer en ligne, de nombreux forums lui en donneront l’occasion.

Partir à l’étranger

constitue toujours et plus que jamais  une bonne solution, et les étudiants le font de plus en plus. Au lycée, cela n’est pas toujours facile en cours d’année car les vacances scolaires sont nombreuses mais relativement courtes. Un séjour linguistique de 2 semaines, voire même d’une semaine permet malgré tout à certains jeunes qui avaient un blocage, d’avoir un déclic. Il suffit qu’ils aient eu de bons contacts avec d’autres jeunes anglophones  pour que cela suscite chez eux l’envie de pouvoir communiquer plus facilement avec eux. D’ailleurs, ils restent souvent en relation. Voici les coordonnées des 2 principales associations de séjours linguistiques regroupant les organismes : l’UNOSEL (www.unosel.org) et l’Office (www.loffice.org). Pour savoir quels sont les organismes sérieux, vous pouvez aussi obtenir des renseignements par mail auprès de la PEEP : sejours@peep.asso.fr. Des partenariats ont été passés avec 2 organismes auprès desquels vous bénéficierez de réductions : Cap Monde et OISE. Et n’oubliez pas que votre enfant appréciera d’autant plus son séjour qu’il l’aura choisi lui-même. Impliquez-le !

 

Utiliser les sites internet et applications.

Habitué peut-être à ce que vous lui reprochiez de passer trop de temps sur écran, votre enfant sera surpris que vous lui proposiez des applications pour progressez en langues de façon ludique. En voici quelques-unes :

  • BABEL (pour android et IOS) : existe dans 13 langues. Choix préalable du niveau. Travail sur la prononciation également.
  • DUOLINGO (pour android et IOS). Pour débutants et expérimentés.  Un test à chaque niveau. Gain de points et de vies comme dans un jeu vidéo. Possibilité de rivaliser avec des amis.
  • FluentU (pour IOS et web) : vidéos tournées dans un contexte réel, sous-titres pour voir les mots, vocabulaire conservé dans une liste à réviser.
  • FLUENT FOREVER : un site, une appli et un livre. Une méthode pour mémoriser du vocabulaire en associant un mot à une image. Principe des flashcards (cartes mémoire).
  • MEMRISE (pour android, IOS et web) : aide à mémoriser di vocabulaire à l’aide de cartes avec des mots, leur sens et leur prononciation. Entrainement au TOEFL, pour les verbes irréguliers, etc..
  • MOSALINGUA (pour android et IOS) : 10 minutes par jour, pour mémoriser des mots, des phrases et des expressions anglaises.
  • EU (web): tarifs préférentiels pour les adhérents PEEP. Journal quotidien d’actualités internationales en anglais, sonorisé sous différents accents, cahier d’exercices avec de l’entrainement à la compréhension orale et de l’entrainement au Bac.

Une coach en langues étrangères a étudié des groupes de polyglottes et en a tiré des conclusions reposant sur quatre principes fondamentaux pour optimiser l’apprentissage d’une langue:

  • S’amuser : si votre enfant ne prend pas de plaisir, il délaissera son apprentissage ou fera le minimum
  • Trouver une organisation : concernant les méthodes utilisées en parallèle de l’apprentissage scolaire, il faut définir au préalable quand et comment on va consacrer du temps à se perfectionner.
  • Exposition : en s’exposant à la langue en permanence, de diverses manières, on progresse beaucoup plus vite
  • Régularité : 30 minutes par jour sont plus efficaces que 7h consécutives

 

 

Le choix des spécialités pour le  Bac 2020

Tous les élèves de 2nde et 1ère sont désormais concernés par le Bac nouvelle formule qui sera délivré à partir de 2021. Si vos enfants sont en 2nde, la  vraie question est maintenant pour eux de choisir judicieusement leurs spécialités. En étant bien informé, vous pourrez échanger plus facilement en famille sur ce sujet.

Les spécialités proposées en classe de première et terminale

Les élèves choisissent  désormais  3 spécialités représentant un volume global de 12 heures de cours hebdomadaires. Les disciplines proposées sont :

  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
  • Humanités, littérature et philosophie
  • Langues, littératures et cultures étrangères
  • Littérature, langues et cultures l’Antiquité
  • Numérique et sciences informatiques
  • Mathématiques
  • Physique-chimie
  • Sciences de la vie, et de la terre
  • Sciences de l’ingénieur
  • Sciences économiques et sociales
  • Arts
  • Biologie / écologie

L’ONISEP a mis en place un simulateur qui permet aux lycéens de prendre connaissance des univers formations et métiers qui s’ouvrent à eux en fonction des spécialités choisies : www.horizons21.fr/

Il sera toujours possible de sélectionner des options complémentaires, au choix parmi :

  • Arts
  • Langue vivante 3
  • Langues et culture de l’antiquité (latin – grec)
  • EPS
  • Mathématiques complémentaires
  • Mathématiques expertes
  • Droit et grands enjeux dans le monde contemporain

 

La voie technologique et la voie professionnelle  conservent leur organisation actuelle en séries. Des ajustements seront apportés au programme afin d’apporter un socle commun de connaissances, articulé avec les enseignements de spécialité.

En classe de Terminale, les élèves devront choisir en début d’année de poursuivre deux des trois enseignements de spécialité qu’ils auront commencé à étudier en 1ère. C’est sur celles-ci que porteront deux épreuves du Bac qui auront lieu en avril, au retour des vacances de printemps.

Pas de spécialité obligatoire  même pour les études les plus sélectives

Une charte a été signée en janvier 2019 par les Ministres de L’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, le Président de la Conférence des Grandes Ecoles, celui de la CPU (Conférence des Présidents d’Université), ainsi que la Conférence des Directeurs d’Ecoles françaises d’ingénieurs et l’Association des proviseurs de lycées ayant une classe prépa,  afin de valoriser une approche en cohérence avec l’ouverture et la diversité des parcours garantis par la réforme du Bac

L’’objectif est de rassurer les lycéens et leurs familles sur le fait que le choix de spécialités ne ferme aucune porte. Cela va dans le même sens que la réforme des études de santé prévoyant la mise en place à la rentrée 2020 d’une LAS : licence dans un secteur autre que la médecine, mais donnant la possibilité d’accéder à ce parcours.

Même si de très bons résultats dans les spécialités choisies, quelles qu’elles soient, pourront  permettre d’obtenir la formation visée  sur la plateforme Parcoursup,  il n’en reste pas moins que des spécialités en cohérence avec les études supérieures envisagées continueront à optimiser ses chances de cohérence avec les attendus. Il est cependant demandé aux établissements  de mettre en place des dispositifs de réussite pour les élèves ayant fait d’autres choix initiaux.

Les spécialités offertes dans votre zone géographique

 En pratique, les 12 spécialités ne seront pas proposées dans l’ensemble des établissements. De la même manière, il faudra parfois que votre enfant change de lycée pour suivre un enseignement en langues, littérature et culture étrangère dans la langue choisie. Le Ministère indique cependant que sept des douze spécialités devront être proposées « dans un périmètre raisonnable ».  Il s’agit de : histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques ; humanités, littérature et philosophie ; langues, littératures et cultures étrangères ; mathématiques ; physique-chimie ; SES et SVT. Les cinq autres spécialités feront l’objet d’une « carte académique, voire nationale ». L’option biologie-écologie, quant à elle, ne sera enseignée que dans les lycées agricoles.

Pour les enfants qui sont encore en classe de 3ème, une réflexion en amont peut permettre de choisir dès l’entrée au lycée, un établissement proposant les spécialités souhaitées.

En seconde, si votre enfant est intéressé par une spécialité non proposée dans son lycée, que faut-il faire ? Lui conseiller de changer d’établissement, de choisir une autre option, ou de suivre des cours par correspondance pour maintenir son choix sans changer d’établissement ? Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres en matière d’éducation, il n’existe pas une réponse standard, mais des solutions adaptées à chaque situation. La personnalité de votre enfant, la raison qui motive son attirance pour cette spécialité, la praticité des transports permettant de rejoindre le lycée le plus proche  proposant la spécialité,  et sa capacité à travailler en autonomie dans une discipline peut-être déjà connue (arts,…)  s’il choisissait des cours du CNED : tous ces éléments seront à prendre en compte avec lui pour faire ensemble le meilleur choix ?

Les spécialités choisies par les élèves à la rentrée 2019/2020

Jusqu’à présent,  le Bac S était traditionnellement présenté  par une grosse proportion de candidats au Bac général : 51 % de ceux du Bac général en 2019, contre 33,4 % pour le Bac ES et 14,2 % pour le Bac L.

Parmi les spécialités sélectionnées à la rentrée 2019/2020 :

  • Les matières scientifiques continuent à être fortement représentées avec 64 % des élèves qui ont choisi les mathématiques et 43,5 % la physique-chimie, mais la combinaison de spécialités correspondant à l’ancien Bac S : Maths/physique-chimie /SVT n’a été choisie que par 26 % des élèves de 1ère.
  • En seconde position, les élèves ont opté pour Maths-SES-histoire-géo, à 6,8 %,  cela correspondait  à la section ES.
  • 9,3 % des élèves de 1èreont sélectionné Humanités et histoire-géo, associées à arts, LCA, LLCER ou maths.

Les choix traditionnels ne vont pas être totalement bouleversés en un an, mais malgré tout 47,7 % des élèves ont fait des choix de combinaisons ne correspondant pas aux séries traditionnelles. Les profils de bacheliers vont donc bel et bien évoluer.

Nouveau ! L’Espace destiné aux parents de lycéens, de la Smerra

Un espace dédié aux parents, accessible à tous

La SMERRA accompagne les lycéens et leurs parents dans leur poursuite d’études supérieures avec

l’Espace Parents, portail d’informations qui permet de ne rater aucune étape d’inscription (Parcoursup, Dossier social étudiant du Crous) et de connaître les principales démarches et bonnes astuces pour se préparer au monde étudiant.

Pratique !                                                                                                                                                     

Mois par mois, un calendrier pense-bête des démarches et étapes incontournables à ne pas oublier tout au long de l’année !

Trouvez au même endroit toutes les informations dont vous avez besoin pour bien accompagner votre enfant dans son passage vers les études supérieures et ne jamais se laisser dépasser par le temps. Une multitude de conseils (orientation, filières, recherche de logement, Parcoursup, …) et desaides sur les démarches administratives à effectuer au bon moment (bourses, assurance, bail, …) !

https://parents.smerra.fr/

 

La SMERRA est présente sur l’ensemble du territoire. Depuis 50 ans, elle  œuvre pour couvrir les besoins étudiants en matière d’assurances et garanties complémentaires entièrement adaptées à leurs environnements d’études et de vie. Elle conduit également des actions deprévention et d’éducation à la santé grâce à des partenariats auprès de l’enseignement secondaire et supérieur, et au sein du milieu associatif étudiant.

 

 

Les vœux de vos enfants sur Parcoursup 2020

La formulation des vœux sur la plateforme : du 22 janvier au 12 mars

Ce sont cette année 15000 formations au total qui sont proposées sur Parcoursup. En effet, il était prévu que l’ensemble des formations délivrant un diplôme reconnu par l’état intègre la plateforme en 2020, et c’est chose faite.

Pour votre enfant, la 1ère étape consistera à créer son espace candidat.

L’étape suivante est celle des vœux. Il est autorisé à en formuler 10 non classés, et des sous-vœux pour certaines formations. Par exemple, pour un BTS en commerce international, il pourra postuler auprès de 10 établissements. Le nombre maximum de sous-vœux toutes formations confondues est de 20. Des exceptions sont prévues pour :

  • Les concours communs d’Ecoles de commerce et d’écoles d’ingénieurs
  • Sciences Po
  • Les IFSI (Instituts de formation aux soins infirmiers) et EFTS (Etablissements de formation en travail social)
  • La licence PASS (accès aux études de santé) en Ile-de-France

Il est également à noter qu’une formation demandée en enseignement initial et en alternance ne correspond qu’à un seul vœu. Il en est de même si votre enfant postule pour une classe prépa (CPGE) en internat et en externat.

La confirmation des vœux : du 13 mars au 02 avril, et les projets de formation motivés 

Pour chaque formation choisie, conseillez à votre enfant de bien vérifier au préalable le taux de succès des bacheliers de sa série, et les attendus. Cela l’aidera à préparer son projet de formation motivé à adapter pour chacune.

Ces projets ressemblant à des lettres de motivation peuvent être rédigés dès la formulation des vœux, mais les élèves ont jusqu’au 02 avril pour les finaliser.

Ils doivent être constitués de 1500 caractères maximum, soit 200 à 250 mots (environ un  quart de page  A4). Ils seront étudiés par les professeurs du lycée de votre enfant qui rempliront sa fiche Avenir et transmis aux formations qu’il souhaite intégrer.

C’est aussi durant cette période allant jusqu’au 02 avril que devra être faite la  confirmation de chacun de ses voeux, mais il ne pourra plus en formuler de nouveaux.

 

Bon plan pour le permis de conduire !

En partenariat avec Lepermislibre, la PEEP vous propose de nouvelles offres exclusives sur les prix de formation au code de la route ou bien sur le pack permis complet.

Attention, offres valables uniquement entre le 2 et le 22 décembre !

Comment profiter des offres Lepermislibre réservées aux adhérents de la PEEP ?

1 – Rendez-vous sur le site www.lepermislibre.fr

2 – Choisissez l’offre Code de la route ou Permis de conduire

3 – Renseignez le code promotionnel correspondant à l’offre qui vous intéresse avant de payer l’inscription pour bénéficier des tarifs PEEP

J’en profite !    

Des activités et loisirs qui préparent au grand oral du Bac

Si votre enfant est en classe de 1ère, il sera parmi les premiers élèves qui passeront le grand oral du Bac l’an prochain. Quelle que soit sa personnalité, il peut dès à présent avoir des activités, dans le cadre de ses loisirs, qui l’aideront à maîtriser l’art oratoire. Cela lui sera utile tout au long de ses études puis dans sa vie professionnelle.

Vers une nouvelle valorisation des compétences orales

Suite au rapport Mathiot, le Ministère de l’Education Nationale a décidé de mettre en place ce type d’épreuve, afin de valoriser l’oral car c’est une compétence qui a été jusqu’à présent insuffisamment développée en France dans le cadre de la scolarité. Et pourtant, les enseignants sont en première ligne puisqu’ils pratiquent l’art oratoire toute la journée, et devant un public qui n’est pas toujours conquis d’avance ! Un rapport remis à Jean-Michel BLANQUER précise qu’il s’agit de faire du grand oral « un levier d’égalité des chances ». Les élèves opteront pour un sujet qui s’appuiera sur une des spécialités choisies. L’épreuve se décomposera en trois parties : le candidat devra tout d’abord parler 5 minutes debout, sans notes. Ensuite, il échangera pendant 10 minutes avec le jury composé de deux personnes. Enfin, il disposera de 5 minutes pour répondre de façon argumentée à une question. On n’attendra pas des lycéens qu’ils assurent une prestation du même niveau que le grand oral de Sciences Po. En se prenant au jeu et en apprenant à maitriser une présentation orale, ils développeront cependant une compétence qui pourra leur permettre de se différencier dans les années à venir.

Multiplier les activités favorables au développement de son aisance

Deux types d’éléments interviennent dans la réussite d’un oral. La maitrise de son sujet, bien sûr. Pour cela, en dehors du cadre scolaire, votre enfant peut choisir des lectures ou regarder des vidéos sur des sujets en rapport avec les spécialités qu’il a choisies pour élargir sa culture et donc son aisance dans ces domaines. La seconde chose, est de développer son aisance à l’oral. Cela suppose de savoir gérer son stress, maitriser son souffle, et adopter la bonne posture lorsqu’on parle devant un public, qu’il s’agisse d’un jury ou d’une assemblée. Ces capacités peuvent se développer dans le cadre du yoga, de la méditation, mais aussi dans des activités sportives, tout particulièrement  si votre enfant est amené à faire des représentations devant un public. Cela peut être le cas pour la danse ou les arts martiaux, par exemple. Beaucoup de clubs demandent à leurs membres de faire des présentations par exemple à l’occasion de la fête des associations. Pourquoi ne pas saisir cette opportunité ?

Se donner l’occasion d’observer de bons orateurs

Saisir toutes les occasions qui se présentent pour observer des conférenciers ou prendre soi-même la parole en public permet de progresser. La plupart des salons, y compris les salons étudiants, offrent la possibilité d’assister à des conférences. Quelles que soient les thématiques qui intéressent votre enfant, en dehors des spécialités choisies, il pourra trouver des vidéos sur Youtube : du sport aux mangas, en passant par les sujets sur l’avenir de la planète et les bons comportements à adopter, il aura de quoi faire « son marché ». Et s’il manque d’inspiration, vous pouvez l’orienter sur des sujets de développement personnel qui peuvent convenir à tout le monde, en gardant un regard critique. Ce n’est de toutes façon pas le contenu qui sera à retenir dans le cadre de cet « exercice » mais plutôt la posture adoptée par le conférencier, sa gestuelle, sa manière de rythmer son discours et maintenir l’attention de son public. S’il est à l’aise en anglais ou a envie de progresser, il peut aussi choisir d’écouter des conférences de locuteurs anglo-saxons. Et pour pratiquer l’oral, il suffit de se porter volontaire pour des exposés au lycée. S’il prépare le BAFA, il aura également l’occasion de faire de petites présentations devant des groupes. S’il cherche un job pour l’été prochain, les entretiens de recrutement peuvent constituer aussi des galops d’essai.

Le théâtre, l’école de l’art oratoire

L’un des loisirs qui permet le plus d’acquérir de la confiance à l’oral est bien entendu le théâtre. Il donne l’occasion d’apprendre à contrôler son corps, sa gestuelle, et son souffle. La clarté de la voix en découlera. Beaucoup d’ateliers proposent de commencer par des exercices d’échauffement. Et oui, comme pour les sportifs ! Les exercices pratiqués par exemple dans le cadre d’un cercle, permettent de relâcher les tensions et lever certaines inhibitions. Dans un second temps, le théâtre permet de travailler la concentration et la confiance en soi, le texte servant de support. Enfin, pour ceux qui veulent aller plus loin, autre étape qui ne se pratique pas dans toutes les associations, le théâtre d’improvisation favorise l’expression spontanée. Il faut cependant qu’il y prenne plaisir, que ce soit un choix de sa part et non une discipline supplémentaire imposée. Si cet art le rebute définitivement, et qu’il est plus attiré par le rap, pourquoi pas ? Sa pratique fait finalement appel au développement de capacités pas si éloignées.

 

Les bons réflexes santé de la rentrée

C’est la dernière année où votre enfant habite au domicile familial avant d’être étudiant ? C’est le moment ou jamais de prendre de bonnes habitudes si ce n’est déjà  fait car cela est plus facile dans le cadre familial. Et la  rentrée est un moment particulièrement propice pour démarrer l’année d’un bon pied.

 Pour être en bonne santé, manger et bouger

Vous craignez que l’année de terminale soit un peu chargée ? Ne conseillez cependant pas à votre enfant d’abandonner le sport pour se consacrer à la préparation du Bac. Le sport est essentiel pour son équilibre, et les sportifs sont souvent plus enclins à s’alimenter plus sainement pour être au mieux de leur forme.

Pour se démarquer des plus jeunes et avoir un avant-goût de vie étudiante, il vous a demandé de ne plus manger à la cantine ? Essayez de trouver un compromis avec lui en accordant peut-être un jour « off ». La cantine n’est sans doute pas gastronomique, mais elle présente au moins l’avantage  de proposer des menus équilibrés.

Et s’il doit avoir un logement autonome l‘an prochain, essayez de lui faire découvrir des menus « plaisir »  tendances et faciles à cuisiner. Ce peut être un moment de partage en famille le week-end. Nous vous proposons dans la rubrique « le livre du mois » ceux concoctés par Lucie. Vous les retrouverez aussi sur son blog.

Autonomie et prévention pour les jeunes

Jusqu’à présent, votre enfant s’en remettait à vous pour tout souci de santé. Vous avez sans doute un médecin de famille et vous connaissez bien les spécialistes de votre région, si nécessaire. En matière de santé, les adolescents et les jeunes présentent des besoins spécifiques et lorsqu’ils s’éloignent du domicile familial, il existe tout un réseau pour les accompagner et les conseiller en matière de prévention et de soins. Plus il en est informé tôt, plus il acquerra les bons réflexes.

Dans l’enseignement supérieur, il pourra faire appel au SIUMPPS (Service interuniversitaire de médecine préventive et de  promotion de la santé).Ce service a  pour vocation de s’adresser à tous les étudiants et aux élèves des écoles qui ont passé une convention. Le SIUMPPS est chargé « du contrôle médical préventif, et de missions de prévention et d’éducation sanitaire », avec des équipes pluridisciplinaires : infirmières, diététiciennes, médecins, psychologues… Il est également possible de s’adresser au SIUMPPS pour des vaccins, notamment en cas de départ à l’étranger, ou pour des consultations de dépistage (dentaire, MST,..).

Il existe par ailleurs tout un réseau associatif sur des sujets généraux ou spécifiques. Voici quelques sites à connaitre :

www.avenir-sante.com

www.apsytude.com

www.filsantejeunes.com

www.planning-familial.org

www.tabac-info-service.fr

Une nouvelle sécurité sociale pour les étudiants depuis la rentrée

A partir de la rentrée 2018, les étudiants de 1ère année ont été rattachés au régime général de la CPAM. Cette année, ce sont maintenant l’ensemble des étudiants qui sont concernés pour la part remboursée par la Sécurité Sociale. En revanche, il reste fortement conseillé d’avoir une complémentaire santé pour être mieux remboursé. Peut-être choisirez-vous qu’il reste couvert par votre mutuelle parentale.

Les mutuelles étudiantes continuent à proposer des formules adaptées aux besoins des jeunes. Vous pouvez par exemple consulter le site de la Smerra qui propose des formules à partir de 60 € par an.

Dans tous les cas, si votre enfant part à l’étranger dans le cadre d’un stage ou d’un semestre d’études, il aura besoin d’une couverture spécifique. Dans les 31 pays de l’espace économique européen, la CEAM (Carte européenne d’assurance maladie) assure la prise en charge des frais médicaux, mais uniquement pour la partie couverte par la Sécurité Sociale. Il peut y avoir un différentiel important avec les frais réellement engagés. Cela est encore plus vrai s’il quitte l’Europe. Par exemple, une consultation aux Etats-Unis coûte 150 €. Mieux vaut partir bien couvert !

 

La SMERRA, acteur du monde étudiant

Depuis 50 ans, la SMERRA est présente sur l’ensemble du territoire métropolitain et œuvre pour couvrir les besoins étudiants en matière d’assurances et garanties complémentaires entièrement adaptées à leurs environnements d’études et de vie. Elle conduit également des actions de prévention et d’éducation à la santé grâce à des partenariats auprès de l’enseignement secondaire et supérieur, et au sein du milieu associatif étudiant.

Fidèle à ses convictions dans le domaine de l’Economie Sociale et Solidaire, la SMERRA s’engage pour améliorer la santé et les conditions de vie des étudiants.

Grâce à son expertise du monde étudiant, la SMERRA propose aujourd’hui une offre de logements par le biais de sa marque LOGIFAC qui représente plus de 7000 logements, partout en France. Implantées à proximité des campus, équipées ou meublées et éligibles aux aides au logement, les résidences LOGIFAC sont adaptées aux besoins des étudiants.