Des tests pour amener votre enfant à s’interroger sur son orientation

Voici des tests d’orientation proposés en ligne. Il est conseillé de les prendre avant tout comme des pistes de réflexion et d’investigation sur soi-même et sur des possibilités de métiers. C’est souvent en se posant les bonnes questions que l’on trouve des réponses, ou du moins des pistes à approfondir.

Si votre enfant  décide de passer un test, il est nécessaire qu’il choisisse un moment où il a un peu de temps devant lui, de manière à pouvoir prendre du recul et réfléchir à ce que les résultats signifient pour lui après leur lecture.

Des indices sur les métiers à choisir en fonction de ses activités de prédilection

24 questions sur les goûts,  centres d’intérêt,  …… À l’issue du test, un diagramme avec les activités les plus pertinentes  (ex : produire – construire – maintenir – réparer – contrôler), puis les secteurs d’activité et les métiers pouvant correspondre (ex : chimie – plasturgie :  ingénieur chimiste, …)

www.onisep.fr/Media/Regions/Hauts-de-France/Nord-Pas-de-Calais/Multimedia/Quiz-de-positionnement/Quiz-Quels-metiers-pour-moi

 Des clés pour choisir son orientation

Vingt questions présentant des situations avec trois items de réponse associés. Restitution d’un profil de personnalité avec un schéma et un pourcentage attribué à ses caractéristiques (investigateur, pratique, social, créatif…). Des propositions d’orientation dans trois secteurs d’activité et dans des métiers associés.

https://www.concepteursdavenirs.fr/test-d-orientation

Une batterie de tests ciblés (études, secteurs,..)

Tests thématiques multi-secteurs, par type de cursus (université, école de commerce, …), type d’études (alternance, international) ainsi qu’un mystérieux test « myself & co. »

www.letudiant.fr/test/etudes.html

Un test en trois parties évaluant les intérêts professionnels, la motivation et la personnalité.

Les trois peuvent être faits indépendamment ou à la suite. Pour le test d’orientation par intérêt professionnel par exemple, 18 étapes constituées de 3 propositions . Votre enfant  doit indiquer celle qui l’attire le plus  et le moins. À l’issue du test, des tendances de personnalité sont données.

Test-orientation.studyrama.com

Une restitution des aptitudes pour différents métiers

Quatorze questions suivies chacune de trois réponses possibles . Votre enfant indique celle à laquelle il s’identifie le plus et le moins. Un schéma d’aptitudes  est restitué (relationnel, force de caractère, empathie, méthodique, …) ainsi qu’une liste de métiers en relation avec le profil ressorti et un accès à une fiche sur chaque métier.

www.top-metiers.fr/test-orientation-metiers

Dès le 1er trimestre, réfléchir à son orientation dans le supérieur

L’année démarre tout juste, mais vous avez bien à l’esprit qu’en Terminale, la plateforme Parcoursup va ouvrir dès le mois de décembre, et il ne faut que  votre enfant  perde de temps. Voici des informations sur les choix ouverts en fonction notamment des spécialités. Nous vous offrons également la possibilité de recevoir gratuitement le guide post-Bac.

D’autres critères que les spécialités examinés dans le cadre de Parcoursup

Afin de ne pas trop stresser votre enfant au moment du choix de ses spécialités, il faut bien avoir à l’esprit que c’est avant tout son bulletin scolaire et les annotations de ses enseignants qui conditionneront son admission dans les formations qu’il aura choisies. Certaines spécialités resteront certes indispensables pour entrer dans des formations sélectives, les maths par exemple pour intégrer une école d’ingénieurs, une prépa scientifique ou certains IUT. De la même manière, la spécialité HLP (humanités, littérature et philosophie) sera requise pour suivre une prépa littéraire, et les SVT nécessaires pour intégrer des écoles vétérinaires. Dans beaucoup de domaines cependant le champ des possibles reste largement ouvert.

Un site pour simuler les choix adaptés en fonction des spécialités

L’essentiel est que votre enfant s’informe bien sur les attendus pour les formations qu’il envisage, et qu’il adapte son parcours en fonction de cela. Il peut pour cela se rendre sur le site de l’ONISEP www.horizons21.fr/

Ce site permet aux élèves de faire des simulations de formations supérieures adaptées aux spécialités choisies au lycée. Un pourcentage d’adéquation domaine d’enseignement sup./ spécialité au lycée est indiqué pour chaque binôme simulé, et notamment ceux convenant à 100 %. Ensuite, en sélectionnant un domaine, les univers de formation et univers métiers correspondant leur seront précisés sur le site. Cela ne signifie pas pour autant que les autres formations de l’enseignement supérieur leur seront fermées. D’autres univers de formation restent largement ouverts, mais en toute logique, un accès et surtout la réussite dans un cursus par exemple en santé ou en sciences sera beaucoup plus difficile avec des spécialités littéraires et artistiques.

Des options et enseignements spécifiques en complément

Attention, cette simulation ne tient compte ni des options, ni des enseignements spécifiques qui peuvent enrichir le parcours de votre enfant. Des enseignements optionnels sont proposés en math complémentaires, maths expertes et  DGMC (Droits et grands enjeux du monde contemporain). S’il a opté pour l’un deux, par exemple, math complémentaire, cela lui permettra d’optimiser ses chances de réussite en sciences éco, par exemple.

Un plan B pour ceux qui n’ont pas les spécialités adaptées

Pour les élèves  qui n’ont ni spécialité,  ni enseignement optionnel correspondant au choix d’études supérieures souhaitées, rien n’est perdu.

Depuis la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (loi ORE) de 2018, les néo-bacheliers dont le dossier sur Parcoursup a laissé apparaître de probables lacunes dans un domaine peuvent avoir sur Parcoursup la réponse « Oui, si »  conditionnant leur admission au suivi de modules d’accompagnement ou leur proposant  un allongement de leurs études pour se remettre à niveau en début de licence. Ce n’est pas un gage absolu de réussite mais il ne faut pas non plus écarter d’emblée cette possibilité si la réflexion de votre enfant sur son projet d’orientation a évolué depuis qu’il a choisi ses spécialités.

PARCOURSUP : phase complémentaire et accompagnement personnalisé

La procédure se poursuit pour les lycéens de terminale, avec les étapes suivantes qui sont adaptées cette année pour apporter aux élèves des réponses et un accompagnement plus tôt.

Ouverture de la phase complémentaire 

Depuis 16 juin, au lieu du 25 juin l’an dernier, la phase complémentaire est ouverte pour permettre aux élèves de formuler jusqu’à 10 nouveaux vœux pour des formations qui ont des places disponibles. Elle concerne en priorité les élèves qui n’avaient pas encore reçu de proposition d’admission à cette date, c’est-à-dire ceux qui étaient en attente ou ont été refusés sur tous leurs vœux.

En 2019, plus de 80 000 candidats ont ainsi pu recevoir une proposition d’admission dans une formation de leur choix. Sur Eduscol un livret « Phase complémentaire : mode d’emploi » précise toutes les modalités de participation à la phase complémentaire. Une nouvelle page dédiée à cette phase avec un tutoriel vidéo est mise à disposition des candidats sur le site Parcoursup.fr. De nouvelles formations peuvent être inscrites régulièrement ; il est donc recommandé de consulter régulièrement le moteur de recherche des formations.

Toutes les formations supérieures disposant encore de places disponibles seront inscrites automatiquement en phase complémentaire pour permettre aux candidats de formuler de nouveaux vœux. Les établissements doivent répondre à une candidature formulée pendant cette période au plus tard à la fin du huitième jour qui suit l’enregistrement du vœu, excepté pendant la suspension estivale du délai de réponse aux vœux (18 juillet au 18 août 2020 inclus). Il s’agit d’un délai maximum.

Un point d’étape obligatoire pour les lycéens qui ont des vœux en attente

Un point d’étape est prévu du 29 juin au 1er juillet : il est obligatoire et concerne tous les candidats qui sont en attente sur tous leurs vœux mais également ceux qui ont déjà accepté une proposition d’admission tout en maintenant des vœux en attente. C’est l’occasion pour chaque lycéen concerné de faire un point sur sa situation, un mois et demie après le début de la phase d’admission :

  • pour ceux qui sont en attente sur tous leurs vœux :  c’est l’occasion de confirmer ou non les vœux qu’ils ont maintenu en attente jusque-là (ils peuvent consulter dans leur dossier les indicateurs sur la liste d’attente et la position du dernier candidat appelé) et de s’intéresser à la phase complémentaire s’ils ne l’ont pas encore fait et formuler des nouveaux vœux. Par ailleurs, ils pourront à compter du 2 juillet, au lendemain de ce point d’étape, solliciter l’accompagnement de la commission d’accès à l’enseignement supérieur (CAES) de leur académie depuis leur dossier. Cette commission étudie les dossiers des lycéens pour les aider à trouver une formation au plus près de leur projet et en fonction des places disponibles.
  • pour ceux qui ont déjà accepté une proposition d’admission tout en maintenant des vœux en attente: c’est l’occasion de s’interroger sur l’intérêt de conserver encore des vœux en attente (ils peuvent également consulter dans leur dossier les indicateurs sur la liste d’attente et la position du dernier candidat appelé)

Les vœux en attente qui n’auront pas été confirmés au cours du point d’étape seront considérés comme abandonnés.

Lors de ce point d’étape, les lycéens peuvent, si besoin, solliciter un conseil pour faire leur choix ou pour échanger sur leur dossier. Ils peuvent s’adresser à l’équipe pédagogique de leur lycée, en particulier à leur professeur principal, et aussi au CIO. Ils pourront également poser leurs questions depuis leur dossier via la messagerie « contact » ou via le numéro vert Parcoursup.

Les candidats concernés recevront  un rappel des équipes Parcoursup le premier et le dernier jour du point d’étape par mail, sms et application mobile. Les parents ayant renseigné sur Parcoursup leur adresse mail et/ou leur numéro de téléphone portable recevront ces mêmes messages.

La mise en place des commissions d’accès à l’enseignement supérieur (CAES)

Les lycéens restés sans proposition d’admission pourront dès le 2 juillet demander l’accompagnement de la commissions d’accès à l’enseignement supérieur (CAES) depuis leur dossier Parcoursup. Cette année, les CAES débutent plus tôt (avant les résultats du baccalauréat) pour accompagner les lycéens et leur apporter des solutions plus rapidement.

La CAES, organisée par le recteur avec l’ensemble des partenaires de l’enseignement supérieur, met en place un accompagnement individualisé pour aider les candidats à trouver la formation la plus adaptée à leur projet et en fonction des places disponibles.

Les lycéens concernés seront sollicités par téléphone et par mail par les équipes Parcoursup pour les inciter à demander cet accompagnement.

 

Le projet de formation motivé sur Parcoursup

Si votre enfant est en Terminale, il doit motiver les choix de formation qu’il a faits sur la plateforme Parcoursup. Inutile de faire appel à des conseillers. L‘objectif est simplement de l’amener à réfléchir sur ses motivations, et à les exprimer de manière claire et synthétique.

Où, quand, et à quoi cela sert-il ?

  • Avant le 2 avril 2020 si ce n’est pas déjà fait.
  • Dans l’encart réservé à cet effet sur la plateforme Parcoursup.
  • Pour tous les vœux exprimés.
  • 1500 caractères (soit environ 200 à 250 mots). Police : calibri 11
  • Utilisé dans le cadre de l’examen de la fiche avenir par l’établissement d’origine, et transmis aux formations demandées.

Comment le rédiger ? Quel contenu ?

  • Bien lire les attendus avant de commencer à rédiger la lettre : l’élève doit démontrer qu’il s’est renseigné sur la formation.
  • Adapter la lettre à chaque formation : il ne faut pas faire de copier/coller.
  • Construire un plan bien articulé, comme en classe, avec une introduction, un développement et une conclusion.
  • Montrer que l’on a une bonne connaissance de la formation (informations prises sur le site internet de l’école ou de l’université, participation à une JPO, échanges avec des étudiants ambassadeurs,…).
  • Mettre en avant les points forts de sa candidature :
  • Les bons résultats scolaires dans les matières importantes pour la formation choisie
  • Les premières expériences associatives ou dans le cadre du stage de 3ème, dans l’environnement professionnel auquel la formation prépare.
  • Les activités parascolaires permettant de conforter les qualités requises.
  • Conclure avec une mise en lumière de l’adéquation entre les attendus de la formation, la motivation et ses points forts.
  • Ajouter éventuellement une projection en 2ndcycle si l’élève l’a déjà envisagé, mais il est  inutile d’ « en faire de trop ».

 

Les vœux de vos enfants sur Parcoursup 2020

La formulation des vœux sur la plateforme : du 22 janvier au 12 mars

Ce sont cette année 15000 formations au total qui sont proposées sur Parcoursup. En effet, il était prévu que l’ensemble des formations délivrant un diplôme reconnu par l’état intègre la plateforme en 2020, et c’est chose faite.

Pour votre enfant, la 1ère étape consistera à créer son espace candidat.

L’étape suivante est celle des vœux. Il est autorisé à en formuler 10 non classés, et des sous-vœux pour certaines formations. Par exemple, pour un BTS en commerce international, il pourra postuler auprès de 10 établissements. Le nombre maximum de sous-vœux toutes formations confondues est de 20. Des exceptions sont prévues pour :

  • Les concours communs d’Ecoles de commerce et d’écoles d’ingénieurs
  • Sciences Po
  • Les IFSI (Instituts de formation aux soins infirmiers) et EFTS (Etablissements de formation en travail social)
  • La licence PASS (accès aux études de santé) en Ile-de-France

Il est également à noter qu’une formation demandée en enseignement initial et en alternance ne correspond qu’à un seul vœu. Il en est de même si votre enfant postule pour une classe prépa (CPGE) en internat et en externat.

La confirmation des vœux : du 13 mars au 02 avril, et les projets de formation motivés 

Pour chaque formation choisie, conseillez à votre enfant de bien vérifier au préalable le taux de succès des bacheliers de sa série, et les attendus. Cela l’aidera à préparer son projet de formation motivé à adapter pour chacune.

Ces projets ressemblant à des lettres de motivation peuvent être rédigés dès la formulation des vœux, mais les élèves ont jusqu’au 02 avril pour les finaliser.

Ils doivent être constitués de 1500 caractères maximum, soit 200 à 250 mots (environ un  quart de page  A4). Ils seront étudiés par les professeurs du lycée de votre enfant qui rempliront sa fiche Avenir et transmis aux formations qu’il souhaite intégrer.

C’est aussi durant cette période allant jusqu’au 02 avril que devra être faite la  confirmation de chacun de ses voeux, mais il ne pourra plus en formuler de nouveaux.

 

Faire un choix éclairé pour son orientation

Qu’est-ce qui  donnera à votre enfant envie de se lever le matin, tout d’abord pour se former à un métier, puis pour l’exercer ? Cela va être le point de départ de la construction de son projet d’orientation. Pour le déterminer, il peut  réfléchir à ce qu’il vit déjà aujourd’hui, et à ce que cela engendre pour lui. Des tests peuvent aussi l’aider à avancer dans cette direction.

Des tests pour l’aider à se positionner 

Des tests d’orientation sont proposés en ligne.  Pour votre enfant, ce sont avant tout des pistes de réflexion et d’investigation sur lui-même et sur des possibilités de métiers. Méfiez-vous des tests très courts qui semblent donner une réponse assez précise. Pour passer ces tests, il faut qu’il choisisse un moment où il a un peu de temps devant lui, de manière à pouvoir prendre du recul et réfléchir à ce que les résultats signifient.

 La prise en compte de ses  aptitudes

Comparées aux filières du lycée général, celles du supérieur sont très spécialisées. Toutes proposent un nombre limité de disciplines (même s’il existe de plus en plus de passerelles entre les cursus). Pour réussir, il  faut  donc un minimum d’intérêt pour les matières choisies car il y consacrera des journées entières et non plus quelques heures par semaine. Il faut qu’il se  projette dans une semaine type : est-il prêt, par exemple, à suivre une vingtaine d’heures de physique par semaine ? Pour ne pas s’arrêter au nom de la filière, il peut se renseigner sur les sites des universités sur le nombre d’heures de cours par matière. En économie, par exemple, les mathématiques sont beaucoup plus importantes que dans la section ES de Terminale.

Les deux semaines de l’orientation au lycée

Des semaines de l’orientation sont organisées dans les lycées de manière à aider tous les élèves à construire leur projet d’avenir.

La 1ère semaine : en novembre – décembre

Elle donne l’occasion de collecter des informations sur les métiers en échangeant avec les enseignants, d’anciens élèves, des acteurs de l’enseignement supérieur, et en découvrant la procédure pour intégrer l’enseignement supérieur.

La 2ème semaine : entre janvier et mars

Elle permet d’affiner ou conforter son choix en participant à des salons, des JPO, des périodes d’immersion dans les formations.

Une fiche est remise à chaque élève pour l’aider à mener  sa réflexion. Elle comporte plusieurs parties :

  • Sa situation actuelle: ce qui lui plait, lui déplait dans sa filière, les disciplines où il réussit,…
  • Le type d’élève qu’il est: travailleur, organisé, autonome, avec une bonne mémoire.
  • Sa personnalité : quelles sont ses passions, ses principales qualités ?
  • Son projet pour l’année prochaine: a-t-il un objectif professionnel ? Est-il plus attiré par des études courtes ou longues ?

Les CIO et SCUIO

Dans les CIO, un Psychologue de l’Education Nationale peut recevoir vos enfants en entretien individuel pour les  aider à analyser leur parcours et à  y voir plus clair dans leurs motivations.


Le CIDJ – LES CRIJ

Sur son site, le CIDJ propose des secteurs et des métiers à découvrir par centre d’intérêt. Il est également possible sur place de bénéficier d’entretiens personnalisés gratuits, de participer à des ateliers thématiques. Informations et horaires : sur www.cidj.com

L’ONISEP

De nombreux ouvrages sur les études et les métiers ainsi que des outils multimédia sur  www.onisep.fr. Le service « mon orientation en ligne » permet de dialoguer en direct avec un conseiller, par tchat ou de recevoir des réponses par mail.

Les autres ressources sur Internet

  • www.imaginetonfutur.com : des recherches multi-critères, des tests, des fiches métiers et les formations qui  y mènent.
  • www.oriane.info : site du Conseil régional d’Île-de-France dédié à l’orientation. 585 métiers présentés et décryptage de Parcoursup.

Les MOOC

Les MOOC, vous connaissez ? Ce sont des cours en ligne avec en général des vidéos.

. www.mooc-orientation.fr : voici quelques exemples de thématiques

– le droit, est-ce  pour moi ?

– projet Fac : les recettes pour réussir en sciences humaines.

. le mooc #trouve ta voie : www.my-mooc.com/fr/mooc/trouvetavoie/

Avec trois parties concernant l’enseignement supérieur : choisir sa voie, décrocher sa place et se préparer aux études.

Salons et portes ouvertes

Ce sont d’excellentes occasions d’entrer en contact avec des professionnels et de recueillir de la documentation.  Votre enfant peut également profiter des portes ouvertes organisées  par les établissements pour rencontrer des professeurs, des élèves, et visiter les locaux. Conseillez-lui de préparer ses questions à l’avance pour optimiser ses visites.

S’orienter vers un grand domaine professionnel

Avant de choisir un métier spécifique, votre enfant pourra dans un premier temps, opter pour  un domaine professionnel. Si un métier l’attire mais avec le sentiment que les études pour y parvenir sont trop  longues et difficiles, il peut penser aux autres fonctions qui gravitent autour de celui-ci dans la profession. Il ne faut pas qu’il se ferme de portes en faisant de l’auto-censure. Beaucoup d’élèves se révèlent dans l’enseignement supérieur car les méthodes de travail sont très différentes de celles du lycée.

Différentes voies d’études pour des métiers connexes

Dans beaucoup de domaines, plusieurs types de cursus vous prépareront à des métiers d’un même secteur. Il est conseillé d’élaborer son projet d’orientation en se demandant si on préfère :

  • privilégier des études courtes ou longues.
  • travailler de façon bien encadrée ou avec une large autonomie.
  • se spécialiser tout de suite ou attendre deux ou trois ans.

Se focaliser sur les filières qui recrutent

Les perspectives d’emploi dans le secteur sont également à prendre en compte. Les prévisions comportent  cependant toujours une part de risque, dans un monde de plus en plus changeant. Une solide base théorique peut s’avérer plus pertinente que le choix d’une forte spécialisation dans un domaine apparemment porteur.

Plusieurs sites ont publié des études sur les métiers qui doivent recruter d’ici 2022, et notamment :

www.reussirmavie.net/Metiers-qui-recrutent_r84.html

Le CIDJ a également édité le Guide « Ces secteurs qui recrutent » : une ressource documentaire et pédagogique composée de 22 fiches secteurs présentant au total 400 métiers porteurs.

 

 

Retours sur Parcoursup 2019 : nouveautés et résultats

En 2018, face aux mécontentements des élèves orientés via Admission Post-Bac, une nouvelle plateforme a été mise en place : Parcoursup. Plus de tirages au sort dans les filières en tension, c’était déjà un premier progrès. Il restait des aménagements à faire. Qu’en a t-il été en 2019 ?

Plusieurs nouveautés sont apparues dans le second millésime  de Parcoursup .

Voici les aménagements qui ont été mis en place :

  • Les élèves ont été informés du rang du dernier admis l’année précédente afin de pouvoir évaluer leurs chances d’intégrer une formation visée.
  • Le calendrier a été plus resserré : les premières réponses sont tombées une semaine plus tôt au mois de mai, et la phase principale s’est achevée le 19 juillet. Les délais de réponse ont été raccourcis dès le mois de mai : 5 jours à partir du 15, au lieu de 7 en 2018, puis 3 jours à partir du 20.
  • Un référent handicap a été mis en place pour les élèves concernés.
  • Durant l’été, les candidats ont eu la possibilité d’activer un répondeur pour fluidifier les réponses.

Un plus grand nombre de formations proposées.

Autre nouveauté importante : plusieurs formations ont rejoint la plateforme. C’est le cas des IFSI (instituts de formation en soins infirmiers)   et des IRTS (Instituts régionaux de travail social). Cela représente environ 1000 formations supplémentaires sur les 14000 proposées.

Le Ministère a publié les premiers résultats dès la mi-juillet, pour les 788 841 candidats concernés :

639 889 candidats lycéens148 952 candidats en réorientation ou scolarisés à l'étranger
1 ou plusieurs propositions :
567 272
1 ou plusieurs propositions :
112 248
Abandon de la
plateforme :
39 894
Abandon de la plateforme :
10 703
Saisie d'une CAES :
6 439
Saisie d'une CAES :
799

En moyenne, les candidats ont formulé 9 vœux, contre 7,4 en 2018. La liste des vœux se compose de la façon suivante : 34 % en licence, 31 % en BTS, 13 % en DUT, et 7 % en CPGE, concentrée en général sur une seule filière.

Les IFSI qui faisaient leur entrée sur la plateforme ont été la formation la plus demandée sur Parcoursup cette année, avec 9,6 % des vœux confirmés. On trouve en 2nde position la licence de droit puis la PACES.

Tout n’ a encore été dévoilé par le Ministère concernant Parcoursup 2020, mais on sait d’ores et déjà que de nouvelles formations vont faire leur entrée sur plateforme, et notamment les écoles de commerce Post-Bac dont l’accès est conditionné par la réussite d’un concours (ex : Concours Sésame).

 

Actualités et phase complémentaire de Parcoursup

Pendant les épreuves du  Bac, l’envoi des réponses aux candidats inscrits sur la plateforme a été suspendu, mais depuis le 25 juin, la dernière ligne droite s’est amorcée. Voici les démarches et les étapes à ne pas manquer.

 Les points d’étape à valider

Les candidats qui n’ont pas confirmé de vœu doivent obligatoirement valider des points d’étape :

. Le 1er : entre le 25 et le 27 juin.

. Le 2nd : entre le 6 et le 8 juillet.

. Le 3ème : entre le 17 et le 19 juillet.

Le répondeur automatique

Il peut être activé après la validation du premier point d’étape.  Les candidats classent par ordre de préférence leurs vœux en attente (hors apprentissage). Le répondeur acceptera automatiquement les offres de formation, selon ce classement, en supprimant les vœux en attente moins bien classés par l’élève. Ils en sont informés sur leur messagerie personnelle (mail) et par SMS.

Le répondeur  sera automatiquement désactivé si l’élève :

. Formule des vœux en procédure complémentaire.

. Accepte une proposition de formation en apprentissage ou faite par la CAES.

La phase complémentaire

Elle est ouverte du 25 juin au 14 septembre  à tous les candidats ayant passé un Bac français, européen, ou un diplôme donnant accès  à l’enseignement supérieur français :

. Non inscrits sur la plateforme.

. Inscrits sur Parcoursup  mais n’ayant pas confirmé de vœux, soit faute d’avoir reçu une proposition, soit dans l’attente que des places se libèrent en phase complémentaire, avant de confirmer des vœux en attente.

La carte interactive des formations qui offrent des places en phase complémentaire  permet de visualiser les formations selon des critères thématiques ou de localisation géographique, et les formations similaires aux formations envisagées. Elle est actualisée quotidiennement.

Formuler de nouveaux vœux

Si votre enfant a déjà reçu des propositions d’admission en phase principale, il peut  tout de même formuler des nouveaux vœux en phase complémentaire ( jusqu’à 10 nouveaux vœux).

Délais de réponse :

Les formations ont 8 jours pour répondre ;

Votre enfant, lui/elle, a 3 jours pour répondre à une proposition d’admission.

Entre le 2 et le 13 septembre, le délai sera ramené à 1 jour.

Restez vigilant : chaque candidat reçoit une alerte par mail, texto ou sur son application (s’il/elle l’a téléchargée) le premier jour où il obtient une proposition d’admission. De même, le dernier jour, une notification l’ alertera qu’il ne lui reste plus que 24 heures pour choisir.

Les CAES (Commissions d’accès à l’Enseignement Supérieur)

Pilotées par les Recteurs d’Académies, elles sont mises en place à partir de début juillet,  afin d’accompagner les candidats n’ayant pas reçu d’offre de formation correspondant à l’un de leurs vœux, et ayant émis au moins un vœu en phase complémentaire.

Ils pourront bénéficier d’une place se libérant en phase complémentaire, ou opter pour une offre de formation en dehors de l’Académie. Les lycéens boursiers pourront percevoir une aide à la mobilité (500 €) s’ils font ce choix.

La finalisation de l’inscription de vos enfants

Votre enfant doit effectuer son inscription administrative dans sont futur établissement, selon les modalités indiquées sur la plateforme :

. Avant le  19/07 à 12h s’il a accepté définitivement une proposition de formation avant le 15/07.

. Avant le 27/08 à 17h, en cas d’acceptation postérieure, mais avec  impérativement une validation du point d’étape n°3 pour tous ceux qui ont encore des vœux en attente au 17 juillet.

Les inscriptions hors Parcoursup 

Si votre enfant a opté pour une formation hors Parcoursup, il devra télécharger sur la  plateforme une attestation de non-inscription ou de désinscription pour finaliser son inscription dans la formation choisie. Sa date de naissance et son numéro d’INE seront demandés.

Se préparer au rythme de la prépa

Votre enfant a indiqué parmi ses premiers choix sur Parcoursup une classe prépa ? Quelle que soit la spécialité : prépa scientifique, commerciale, littéraire ou artistique, pour réussir, il est important qu’il se prépare bien, sans pour autant se mettre une pression démesurée. Voici sept règles d’or qui pourront lui être utiles.

 1 – Arriver dans de bonnes conditions

Le rythme de travail va être soutenu, aussi est-il est important que votre enfant ait de bonnes raisons d’y consacrer toute son énergie. Une orientation en clase prépa ne doit pas être un choix fait uniquement pour faire plaisir à ses parents ou par défaut, simplement parce qu’il est très bon élève. Il faut qu’il soit réellement motivé par les métiers et  la formation à laquelle mène cette classe prépa.

Dès le début de la première année, tout va se mettre en place très vite, y compris les DS (devoirs surveillés). Avoir un job d’été durant toutes les grandes vacances est plutôt déconseillé avant d’aborder une prépa. Pour bien démarrer, il est important qu’il arrive bien reposé,  mais en ayant tout de même amorcé l’année, particulièrement les deux semaines précédant la rentrée. Il ne faut pas qu’il passe ses journées à anticiper le programme de prépa, mais pour les scientifiques, le programme de terminale doit être parfaitement maîtrisé sans aucune zone d’ombre. Dans les autres filières, il est vivement conseillé lire les ouvrages indiqués par les professeurs. Et pour tous, se divertir en regardant des films en v.o peut être une bonne solution pour pratiquer l’anglais de façon ludique.

2 – S’organiser un cadre de vie favorable

Si votre enfant s’éloigne un peu du domicile familial, vous allez  être amené à lui choisir un logement étudiant. C’est un coût supplémentaire pour une famille, mais pour sa réussite, il est important qu’il ne perde pas trop de temps dans les transports. Il pourra percevoir les aides au logement de la CAF (APL ou ALS). Les colocations avec des étudiants suivant un cursus moins exigeant sont déconseillées. Privilégiez les solutions offrant un cadre de vie propice au travail. C’est le cas par exemple des foyers proches des lycées. Il y retrouvera certainement d’autres élèves de classe prépa. Souvent, des groupes de travail se mettent en place, et il peut bénéficier d’un certain soutien. Parfois, les repas sont proposés le soir. Cela lui permettra de se décharger de ces préoccupations d’intendance.

3 – Apprendre à se connaître et optimiser l’efficacité de son travail

Le rythme va être de sept à huit heures de cours par jour, auxquelles s’ajouteront un DS (devoir surveillé) par semaine et le travail personnel. Ténacité et méthodologie vont être les clés de la réussite. En préparant le Bac, votre enfant s’est sans doute rendu compte des moments de la journée  où il était le plus concentré et le plus efficace. Il a du  découvrir aussi, s’il ne le savait pas avant, quel était son type de mémoire. Tous ces éléments seront à prendre en compte pour l’organisation de son travail. Très vite, il devra choisir également les lieux où il  travaille le mieux. Peut-être qu’il passera du temps à la bibliothèque après la fin des cours pour éviter toute sollicitation extérieure et ne pas avoir l’impression de rester enfermé dans sa chambre, ou peut-être qu’il préférera rentrer directement pour avoir un  cadre de travail plus cocooning, et tous ses livres sous la main. Lui seul peut savoir ce qui lui convient le mieux.

4 – Travailler régulièrement

Un élève de prépa travaille en moyenne 60 heures par semaine. La plupart d’entre eux indiquent que c’est un faisant un planning  détaillé, par exemple sur excel, qu’ils sont le plus efficaces. Cela permet de bien doser le temps le travail consacré à chaque matière  en n’en laissant aucune de côté. Il ne faut pas imaginer par exemple que les lettres ou les langues ne sont pas importantes en prépa scientifique. Ce sont parfois elles qui font la différence pour départager des élèves qui sont tous excellents en maths et en physique. Il n’existe pas de planning-type. Votre enfant réservera plus de temps aux points du programme qui lui posent le plus de difficultés, en en gagnant là où il est plus à l’aise et assimile particulièrement vite. En prépa littéraire, une bibliographie particulièrement dense est donnée par les professeurs ; il faudra qu’il repère, peut-être avec l’aide d’un élève de 2ème année,  les ouvrages incontournables. Dans la plupart des matières, faire des fiches synthétiques permet de retenir l’essentiel.

5 – Veiller à son hygiène de vie et garder des temps de loisirs

Si votre enfant intègre que le parcours d’un élève de prépa est comparable à celui d’un sportif qui se prépare au marathon, il comprendra peut-être d’autant mieux qu’il est essentiel de préserver son sommeil et manger de façon équilibrée, en ne sautant jamais le petit déjeuner.

Pour l’équilibre psychologique et pour tenir la distance, il est également important qu’il se ménage des temps de repos et de de loisirs. Le sport est idéal pour évacuer le stress, mais sans contraintes. Pas de compétitions pour se mettre une pression supplémentaire, uniquement une activité choisie pour le plaisir, une à deux heures par semaine. Et s’il n’est pas sportif, ce peut être une séance de cinéma.

6 – Ne pas rester isolé

Cela aussi  est essentiel pour le bien-être psychologique. En 1ère année de prépa, c’est souvent la 1ère fois que l’on quitte le domicile familial. Le téléphone et les réseaux sociaux ne sont pas toujours suffisants pour éviter l’isolement. Si cela n’est pas trop compliqué, peut-être faut-il qu’il rentre régulièrement le week-end. Cela ne doit pas cependant l’empêcher de se créer un petite cercle d’amis dans sa prépa. Même si les élèves sont en concurrence dans le cadre du  concours, il  y a souvent une vraie solidarité qui se met en place entre les élèves qui  se remontent le moral réciproquement quand l’un deux a un coup de blues. Comme on l’a vu, les foyers peuvent être propices à cela. Si votre enfant a continué à vivre au domicile familial, il est important qu’il profite des groupes de travail organisés en dehors des cours dans son établissement, ou qu’il en constitue avec d’autres élèves. Cela ne l’empêchera pas de garder contact avec ses anciens amis, qu’il retrouvera davantage pendant les grandes vacances.

7 – Etre confiant, positif et gérer son stress

En début d’année, ses notes vont forcément chuter par rapport à la classe de terminale. Cela n’est pas fait pour déstabiliser les élèves, mais pour les amener à évoluer. Il est essentiel qu’il apprenne à prendre de la distance par rapport aux remarques négatives des enseignants, en comprenant qu’il n’est pas jugé en tant que personne. Ce sont des conseils donnés pour progresser. En listant ses points forts et ses points faibles concernant l’intégration du programme et son approche du travail à restituer, il prendra conscience des aspects sur lesquels il doit plus particulièrement se concentrer. En comparant ses notes à celles des autres élèves, il observera rapidement qu’aucun bon élève de terminale ne maintient les notes auxquelles il était habitué au lycée.

Et il faut relativiser. Comme l’indique Mickeël PROST, Président de l’UPS (Union des professeurs de classes prépas scientifiques),  « il faut savoir que la sélection se fait en amont. Il y a 17 000 places dans les écoles d’ingénieurs : autant que d’élèves scolarisés en 2ème année de prépa ».

Rédiger son projet de formation motivé pour Parcoursup

Chaque élève de Terminale doit motiver les choix de formation qu’il a faits sur le plateforme Parcoursup. Inutile de faire appel à des conseillers : on n’attend pas de vos enfants un document digne d’un agrégé en lettres. L‘objectif est simplement de l’amener à réfléchir sur ses motivations, et les exprimer de manière claire et synthétique.

Où, quand, et à quoi cela sert-il ?

  • Avant le 3 avril si ce n’est pas déjà fait.
  • Dans l’encart réservé à cet effet sur la plateforme Parcoursup.
  • Pour tous les vœux exprimés.
  • 1500 caractères (soit environ 200 à 250 mots). Police : calibri 11
  • Utilisé dans le cadre de l’examen de la fiche avenir par l’établissement d’origine, et transmis aux formations demandées.

Comment le rédiger ? Quel contenu ?

  • Bien lire les attendus avant de commencer à rédiger la lettre : l’élève doit démontrer qu’il s’est renseigné sur la formation.
  • Adapter la lettre à chaque formation : il ne faut pas faire de copier/coller.
  • Construire un plan bien articulé, comme en classe, avec une introduction, un développement et une conclusion.
  • Montrer que l’on a une bonne connaissance de la formation (informations prises sur le site internet de l’école ou de l’université, participation à une JPO, échanges avec des étudiants ambassadeurs,…).
  • Mettre en avant les points forts de sa candidature :
  • Les bons résultats scolaires dans les matières importantes pour la formation choisie
  • Les premières expériences associatives ou dans le cadre du stage de 3ème, dans l’environnement professionnel auquel la formation prépare.
  • Les activités para-scolaires permettant de conforter les qualités requises.
  • Conclure avec une mise en lumière de l’adéquation entre les attendus de la formation, la motivation et ses points forts.
  • Ajouter éventuellement une projection en 2nd cycle si l’élève l’a déjà envisagé, mais il est       inutile d’ « en faire de trop ».