Les enseignements optionnels au lycée

Les enseignements de spécialité, vous connaissez. Ils remplacent les séries du Bac dès la classe de 1ère, en offrant un plus grand choix de combinaisons. Mais qu’en est-il des enseignements optionnels ? Votre enfant a-t-il intérêt à en conserver en terminale, et qu’est-ce que cela lui apportera pour le Bac et pour sa poursuite d’études ?

Les enseignements optionnels en 1ère

Une récente note du Ministère de l’Education indique que 39 % des élèves de Terminale générale suivent un enseignement optionnel en plus de leurs spécialités. Au niveau national, il existe 8 possibilités dont 3 réservées aux lycéens agricoles, mais attention, le choix peut être plus restreint dans certains établissements. Les options sont les suivantes :

Pour le Bac général

  • langue vivante C étrangère ou régionale ;
  • langue des signes française ;
  • langues et cultures de l’Antiquité : latin ou grec (peuvent être choisis en plus d’un autre enseignement optionnel) ;
  • éducation physique et sportive ;
  • arts : au choix parmi arts plastiques, cinéma-audiovisuel, danse, histoire des arts, musique ou théâtre,

Dans les lycées agricoles :

  • hippologie et équitation ;
  • agronomie-économie-territoires ;
  • pratiques sociales et culturelles.

A l’enseignement optionnel de 3 heures par semaine suivi en 1ère, auquel peut s’ajouter l’enseignement langues et cultures de l’Antiquité (latin ou grec), rien n’empêchant de cumuler deux enseignements relevant d’un même domaine (artistique ou non) en enseignement de spécialité et en enseignement optionnel.

Les enseignements optionnels en terminale

En terminale, en plus de LCA (langues et cultures de l’antiquité) les enseignements optionnels  proposés sont les suivants :

  • mathématiques complémentaires ;
  • mathématiques expertes (pour ceux qui choisissent la spécialité « mathématiques » en terminale);
  • droits et grands enjeux du monde contemporain.

Ils sont également enseignés 3 heures par semaine. L’option choisie ne donne pas lieu à une épreuve finale. Ce sont les notes de 1ère et terminale qui sont prises en compte. Seule l’option  LCA (latin/grec) fait exception : les points au dessus de 10 s’ajoutent au total du Bac, avec un coefficient 3 (soit au maximum 0,3 points sur la note du Bac en ayant 20/20).

Des nouveautés pour le Bac 2022

Désormais, les candidats au Bac pourront présenter jusqu’à 4  options. Elles auront les coefficients suivants :

  • 4 pour une option suivie en 1ère et en terminale. 3 options maximum avec ce coefficient pourront être présentées.
  • 2 pour une option suivie uniquement en terminale,

Il ne faudra pas dépasser un total de coefficients de 14 (6 en première, soit 3 enseignements optionnels ; 8 en terminale, soit 4 enseignements optionnels). Ce coefficient sera ajouté au total de coefficient du bac (de 100) en même temps que les notes. Un élève pourra donc être noté sur un total avec un coefficient de 108 ou 110 au lieu de 100.

C’est toujours la moyenne de l’année ou des deux années qui sera prise en compte, mais désormais pour la globalité de la note, et pas seulement les points au-dessus de 10.

Alors pourquoi suivre un enseignement optionnel ?

Pour l’intérêt personnel, certes, mais aussi pour intégrer des filières sélectives dans le supérieur. Cela n’est pas demandé explicitement, mais l’option DGEMC sera un plus pour les élèves qui souhaitent faire du droit, des sciences politiques ou du commerce, même si l’accès en licence est non sélectif. De même, si votre enfant a abandonné  la spécialité maths pour poursuivre physique/chimie et SVT, l’enseignement maths complémentaires viendra utilement compléter, comme son nom l’indique, sa culture scientifique. Enfin, l’option maths expertes, plus poussée, est destinée aux élèves qui souhaitent aborder de façon approfondie d’autres champs d’étude que ceux proposés par l’enseignement de spécialité, et se destinent par exemple à la médecine ou à une formation d’ingénieur.

 

L’agenda de la rentrée

Les vacances sont terminées, mais pour vous permettre de garder le moral en planifiant d’ores et déjà les prochaines, nous vous communiquons le calendrier de cette nouvelle année qui démarre.

Et pour bien vous informer dès maintenant, ainsi que vos enfants, voici les premiers événements de l’année :

4 septembre : salon Studyrama de la rentrée étudiante en présentiel et en virtuel.

Paris – Cité internationale universitaire (Pass sanitaire exigé)

22 septembre : atelier du CIDJ « construire son projet d’orientation »

Paris 1er – place du Louvre (infos sur www.cidj.com)

9 octobre : salon Studyrama des 1ères et terminales et salon des parents

Paris Event Center (Hall B) – av de la Porte de la Villette.

Vacances scolaires 2021-2022

Zone A Zone B Zone C
 
Toussaint 24 octobre au 7 novembre 2021
Noël  19 décembre au 2 janvier 2022
 
Hiver 13 février au 27 février 2022 06 février au 20 février 2022 20 février au 6 mars 2022
Printemps 15 avril au 1er mai 2022 10 avril au 24 avril 2022 22 avril au 8 mai 2022
 
Début des jeudi 7 juillet 2022
vacances d’été

 Parcoursup 2021

Cette année, vos enfants vont peut-être s’inscrire sur Parcoursup. Quelle que soit la classe de lycée dans laquelle ils sont, il est toujours intéressant d’avoir un œil dans le rétroviseur afin de savoir comment cela s’est passé pour les candidats de l’année précédente. D’autant plus qu’il y avait pas de nouveautés en 2021.

Les candidats à l’enseignement supérieur

Parmi les 931 000 candidats ayant confirmé au moins un vœu lors de la deuxième phase de Parcoursup, les lycéens scolarisés en France étaient moins nombreux cette année : 619 000  soit une diminution de 4,3 % par rapport à 2020. Cela s’explique aisément par des données démographiques ayant entrainé une baisse des inscriptions d’élèves en terminale générale et technologique à la rentrée dernière (- 21 700). En revanche, les étudiants en réorientation ont validé davantage de vœux : 182 000, soit une hausse de 4,9% par rapport à 2020.

 Les vœux formulés

Au total, 12,3 millions de vœux ont été formulés en 2021 par les 931 000 candidats, dont 11,5 millions  sous statut étudiant et  825 000 pour des formations en apprentissage. Cela correspond  à une progression de 13 % par rapport à 2020. On observe une hausse du nombre moyen de vœux et sous-vœux,  passé de 10,9 en 2020 à 13 cette année. Cela s’explique en partie par l’évolution du nombre de formations proposées sur la plateforme : 500 de plus que l’an dernier, pour aboutir à un total de 13 300 formations (hors apprentissage) pouvant être choisies. Les formations en apprentissage ont particulièrement suscité d’intérêt avec une croissance des demandes de 25 %.

La mobilité

La part des lycéens ayant confirmé au moins un vœu hors de leur académie atteint 74 % en 2021 (+ 5% par rapport à 2020). Des mesures d’accompagnement avaient été mises en place avec principalement une aide à la mobilité de 500 € pour les élèves boursiers. Ces dispositions commencent à être connues des candidats. La part des lycéens ayant confirmé au moins un vœu hors de leur académie progresse de 5 points pour atteindre 74 % en 2021.

 Les filières les plus demandées

Les filières les plus demandées ont été les licences (33% des vœux), les B.T.S. (30%) et les B.U.T. (11 %).

La formation en soins infirmiers reste la plus plébiscitée avec  9 % des vœux pour intégrer une 1ère année d’IFSI, soit une augmentation de 13 % par rapport à 2020. Toujours dans le domaine de la santé, on a observé un véritable intérêt pour le Parcours d’Accès Spécifique Santé (PASS) chez les étudiants en filière générale avec 7,3 % de demande.

Des dispositifs ont été mis en place pour inciter les bacheliers technologiques à postuler  auprès des IUT, et les bacheliers professionnels à cibler prioritairement des STS. Cela a fonctionné. Ce sont ces choix qu’ils ont fait prioritairement, ce qui a moins été le cas des élèves de terminale générale. L’objectif était d’éviter l’important taux d’échec précédemment observé en L1 pour les élèves issus de ces séries.

Concernant les filières universitaires, La licence de droit reste  en tête, avec plus de 280.000 vœux sur la plateforme, suivie de la licence de psychologie, (125.000 vœux), la licence d’économie-gestion (110.000 demandes) et la licence de STAPS  (plus de 100.000 vœux). Juste derrière, les licences de langue (LLECR et LEA) sont très bien positionnées.

Les propositions d’admission

Le 16 juillet, la phase d’admission principale de Parcoursup s’est terminée. 89% des lycéens avaient reçu au moins une proposition d’admission. Les autres élèves ont poursuivi leur recherche de formation pendant la phase complémentaire.

 

 

Le coût de la rentrée et les aides

Comme chaque année, les associations d’étudiants et celles de familles dénoncent  une augmentation du prix de la rentrée. Pour que cela n’alourdisse pas trop votre budget, soyez bien informé concernant les aides nationales ou régionales dont vous pouvez bénéficier.

Il vient d’être indiqué par l’Association Familles de France que le coût de la rentrée aurait augmenté de 5 % en 5 ans. 1 % par an en moyenne, cela est proche de l’inflation générale pour ces derniers mois, mais pour la papeterie, on atteint + 4%. Cette année encore, le coût des masques viendra s’ajouter au prix des autres fournitures, mais l’indemnité de 100 € pour les financer ne sera pas reconduite.

Les aides nationales

L’ARS : l’allocation de rentrée scolaire versée par la CAF (ou la MSA)  est bien connue. Elle a été versée à partir du  17 août aux familles pouvant en bénéficier du fait de leur composition et du niveau de leurs revenus. Pour un enfant de 15 à 18 ans, le montant de l’aide est de 404,28 €. Les justificatifs de revenus devaient être fournis avant la mi-août pour percevoir à temps l’allocation de rentrée, mais il est possible de formuler une demande à  tout moment de l’année.

Les aides régionales

. En Auvergne-Rhône-Alpes : gratuité des manuels scolaires avec le Pass’Région + un chèque de 50 € pour l’achat de consommables en filière professionnelle ainsi que pour les 1ères et Terminales technologiques. Aides au financement du BAFA et du permis de conduire en contrepartie d’engagement dans des  missions de volontariat. Pour le sport, 30 € de réduction sur une licence annuelle, et également des avantages sur la culture (ciné, livres, spectacles). https://jeunes.auvergnerhonealpes.fr/

. En Bourgogne-Franche-Comté : pour les lycéens boursiers, une déduction sur les frais d’hébergement et/ou de restauration facturés par les établissements. Des dotations pour l’équipement individuel des élèves de 1ère professionnelle. La bourse Dynastage pour les lycéens de section techno, pro ou agricole. https://www.bourgognefranchecomte.fr/

. En Bretagne : le PASS Ressources pédagogiques pour l’acquisition de ressources numériques, des dotations pour le 1er équipement individuel mutualisé  des élèves en série professionnelle, une aide pour le financement du permis de conduire, une bourse « Jeunes  à  l’international ». https://www.bretagne.bzh/aides/

. En Centre-Val-de-Loire : avec le Pass YEP’S, des tarifs préférentiels et une, gestion centralisée de toutes les aides de la région : 1er équipement professionnel, équipement numérique, accès à la culture,.. https://www.yeps.fr/

. Dans le Grand-Est : avec Jeun’Est, plateforme gratuite pour apprendre une langue, 10 € pour l’acquisition d’une licence sportive, tarifs réduits sur la culture et le cinéma (5 places à 1 €). https://www.jeunest.fr/

. Dans les Hauts-de-France : avec la carte génération HDF, une aide pour les manuels scolaires (55 € à 100 €), le matériel professionnel (200 € primo-inscrits pros) et des réductions sur les loisirs. https://generation.hautsdefrance.fr/carte-generation-hdf/

. En Ile-de-France : le Forfait Imagine R Scolaire pour se déplacer, une bourse de 100€ pour s’équiper en informatique,  QIOZ : un site et une appli pour apprendre les langues gratuitement,.. https://www.iledefrance.fr/aides-services

. En Normandie : une aide au financement des manuels scolaires de 70 à 100 € selon la filière, une aide 100 € pour le 1er équipement en filière professionnelle, la bourse Pass Monde,.. une aide de 40 € pour financer le BAFA, 50 € pour une pratique sportive ou artistique, et des avantages dur les loisirs (cinéma, concerts,..) https://atouts.normandie.fr/

. En Nouvelle-Aquitaine : gratuité des manuels scolaires (jusqu’à 230 €), un chèque livre de 20 €, et une aide au 1er équipement professionnel. Pour la vie quotidienne, des tarifs sur les transports, une aide au permis de conduire et au BAFA.  https://jeunes.nouvelle-aquitaine.fr/campagne/scolarite-et-quotidien-les-aides?

. En Occitanie : la carte Jeune Région permet de bénéficier du prêt des manuels scolaire, d’un 1er équipement professionnel,  de 20 € pour l’achat de livres de loisirs, 15 € pour une licence sportive et de l’aide à l’acquisition d’un ordinateur portable https://www.laregion.fr/-cartejeune-

. En Pays-de-Loire : de nombreux avantages et réductions sur les loisirs, la culture, le sport avec le e-Pass Jeunes. https://www.epassjeunes-paysdelaloire.fr/

. En Provence-Alpes-Côte d’Azur : manuels numériques scolaires gratuits, bus et train à volonté pour 90 € par an, une carte culture avec 80 € d’avantages pour acheter des livres, pratiquer le sport, participer à une sortie. https://www.maregionsud.fr/jeunes

 

 

 

 

 

Une rentrée sereine

Nous avons tous envie de penser que cette rentrée  marque  le début d’une année scolaire proche de la « normale », notamment avec le retour des activités de loisirs. C’est un moment particulièrement propice pour démarrer l’année d’un bon pied, alors mettons en place des habitudes qui favoriseront le bien-être de tous les membres de la famille.

Des activités individuelles pour s’épanouir

Vous craignez que l’année de terminale soit un peu chargée ? Ne conseillez pas pour autant à votre enfant d’abandonner le sport pour se consacrer à la préparation du Bac. Il est essentiel pour son équilibre, et les sportifs sont souvent plus enclins à s’alimenter sainement pour être au mieux de leur forme.

Mais peut-être votre enfant est-il plus attiré par des activités artistiques ? Chacune peut l’aider à se construire. La musique, la peinture, le dessin vont lui permettre de développer sa créativité et sa concentration, le théâtre lui donnera de l’aisance pour s’exprimer en public et constituera une bonne préparation au grand oral du Bac.

Les activités contribuent également à la structuration de  son emploi du temps, l’incitant ainsi à organiser  son temps de travail. Pendant cette année de transition précédant l’entrée à l’université, ou peut-être dans une formation sélective, il est utile de l’amener à se projeter et s’interroger sur les activités essentielles pour lui.

Des moments privilégiés en famille

Profitez aussi de cette dernière année lycéenne pour organiser des moments où vous vous retrouverez tous en famille. Si des enfants plus âgés vivent encore au domicile familial, fixez ensemble quelques soirs en semaine ou le week-end (un ou deux)  où vous retrouverez  tous pour dîner et partager vos expériences et bons plans. Si votre lycéen doit avoir un logement autonome l‘an prochain, cela pourra être  l’occasion  de lui faire découvrir des menus « plaisir »  tendances et faciles à cuisiner.

Des sorties et activités faisant plaisir à tous peuvent aussi être organisées, à un rythme peut-être moins soutenu, selon la composition de la famille. Cela peut être une rando. ou une sortie vélo une à deux fois par mois, un ciné, un restau. On vous fait confiance pour trouver des idées, selon les centres d’intérêt de chacun. Paint-ball, escape games peuvent aussi être au programme. Vous trouverez des pistes sur https://www.familiscope.fr/dossiers/le-top-des-sorties-avec-des-ados/ Il est important de prévoir ces activités à l’avance pour ne surtout pas faire de reproches ou culpabiliser vos jeunes qui ne seraient pas disponibles pour une sortie improvisée.

Une bonne hygiène de vie pour les ados

Pour se démarquer des plus jeunes et avoir un avant-goût de vie étudiante, votre ado vous a demandé de ne plus manger à la cantine ? Essayez de trouver un compromis avec lui en accordant peut-être un jour « off ». La cantine n’est sans doute pas gastronomique, mais elle présente au moins l’avantage  de proposer des menus équilibrés.

Concernant le sommeil, les spécialistes recommandent dix heures de sommeil pour les enfants du secondaire, et neuf heures pour les adolescents qui vont au lycée. Contraints de se lever plus tôt pour se rendre en classe et adeptes des grasses matinées le week-end, les adolescents manquent tout particulièrement de sommeil. Il est nécessaire d’adopter un rythme avec des horaires de lever et de coucher réguliers, même s’ils rechignent parfois à aller se coucher. Certains signes, comme l’irritabilité ou les troubles de la concentration, peuvent être synonymes d’une anomalie ou d’un manque de sommeil.

Quels que soient vos choix, nous vous souhaitons ainsi qu’à vos enfants, une excellente année 2021/2022. Retrouvez également notre calendrier des vacances scolaires pour pouvoir encore mieux planifier vos loisirs.

Parcoursup : dernière ligne droite, phase complémentaire et CAES

Les deux épreuves du Bac sont passées, et les vacances ont donc commencé pour vos enfants. S’ils sont en terminale, il reste cependant à finaliser leur inscription dans l’enseignement supérieur et même pour certains, trouver une formation qui les accueillera à la rentrée. Ils peuvent être accompagnés s’ils n’ont pas encore accepté de proposition sur Parcoursup.

Finaliser son choix lors de la phase principale

Les élèves peuvent recevoir des propositions dans la cadre de la phase principale jusqu’au 14 juillet, et celle-ci se clôturera le 16 juillet. Donc attention, vos enfants auront très peu de temps pour répondre aux dernières propositions.

Les inscriptions administratives des futurs étudiants ayant accepté une proposition d’admission pourront se faire à partir du 6 juillet, dès les résultats du Bac.

 La phase complémentaire

La phase complémentaire a démarré le 16 juin. Les élèves ont la possibilité de formuler jusqu’à 10 nouveaux vœux jusqu’au 14 septembre. Les dernières propositions d’admission arriveront cette année le 16 septembre. Cela concerne les candidats qui n’ont reçu que des réponses négatives ou qui ont tous leurs vœux en attente, mais aussi ceux qui n’ont pas confirmé de voeux avant le 28 avril ou ceux qui n’étaient pas inscrits sur Parcoursup. Si votre enfant a déjà accepté une proposition pendant la phase principale, il peut quand même formuler un vœu en phase complémentaire, mais pour accepter la proposition s’il est admis, il devra renoncer à l’offre précédente.

L’an dernier, plus de 85 000 candidats ont obtenu une proposition pendant la phase complémentaire.

Bénéficier de l’aide des CAES

A partir du 2 juillet, tous les candidats n’ayant pas accepté une offre de formation  sur Parcoursup pourront solliciter l’aide des Commissions d’accès à l’enseignement supérieur. Dans chaque académie, la commission constituée de 5 à 6 représentants de l’enseignement supérieur, examine le dossier Parcoursup de votre enfant : ses voeux, ses notes, ses lettres de motivation. C’est à partir de là, et en fonction des places disponibles, que des propositions vont lui être faites. Pour qu’il bénéficie de cet accompagnement, il suffit qu’il réponde favorablement à la proposition d’aide qui lui sera faite sur Parcoursup. Dans certains cas, il pourra lui être conseillé d’ élargir son choix initial ou d’intégrer une classe passerelle permettant de se remettre à niveau.

Un numéro vert  a été mis en place pour répondre aux questions des candidats 0 800 400 070

Calendrier des vacances scolaires 2021-2022

Année 2021-2022

Toutes zones confondues :

Toussaint :  du 24 octobre au 7 novembre 2021

Noël : du 19 décembre au 2 janvier 2022

Pont de l’Ascension : 26 au 29 mai

Début des vacances d’été : 07 juillet

En fonction de la zone :

Hiver

Zone A : 13 février au27 février

Zone B : 6 février au 20 février

Zone C : 19 février au6 mars

Printemps

Zone A : 17 avril au 1er mai

Zone B : 10 avril au 24 avril

Zone C : 24 avril au 8 mai

Vie associative, bénévolat : des expériences riches en découvertes pour les étudiants.

Si votre enfant intègre l’enseignement supérieur à la rentrée, ce sera un changement de rythme, mais il ne lui sera pas nécessaire pour autant d’abandonner sa vie associative. Bien au contraire, de nouvelles  opportunités se présenteront, et cela sera enrichissant tant pour lui à titre personnel que pour son  CV.

Vie associative étudiante

Tant à l’université que dans les écoles, la vie associative est généralement riche et diversifiée. Aussi, il est toujours possible de trouver une activité en adéquation avec ses centres d’intérêt. Cela reste vrai mais un peu plus difficile pour les étudiants en alternance, pour lesquels le critère « disponibilité nécessaire » sera prédominant.

A l’université, il existe des associations de filière et des organisations étudiantes représentatives, permettant aux étudiants de participer à la gestion de leur établissement. Il est également possible de s’investir dans le développement et la concrétisation de projets, pour l’organisation d’évènements ou de voyages par exemple.

D’autres associations permettent de mettre en oeuvre les connaissances acquises. C’est le cas des juniors entreprises. Elles fonctionnent  sur le modèle des cabinets-conseils et accompagnent des entreprises, par exemple pour des études de marché.

Activités culturelles et sportives

Les activités que vos enfants choisiront en fonction de leurs centres d’intérêt pourront  se pratiquer localement, dans leur ville étudiante, ou au sein de leur établissement. Ils feront leur choix en fonction des opportunités qui s’offriront à eux, des personnes qu’ils souhaiteront retrouver dans ce cadre, et également par exemple dans le domaine sportif ou musical, en fonction de leur niveau et des possibilités de progression offertes.

Les horaires et la proximité géographique des activités par rapport à leur lieu de vie feront également partie des critères ainsi que les possibilités de déplacement de vos enfants, en particulier pour les activités en soirée.

Bénévolat

Le champ des possibles est également très large en la matière, et de nombreuses initiatives se sont développées durant la crise sanitaire, par exemple pour éviter l’isolement des étudiants internationaux. Des associations nationales, plus anciennes, telles que les Restaus du Cœur ou l’UNICEF sont  toujours à la recherche de bénévoles et les étudiants sont particulièrement bienvenus. Ce sont des expériences enrichissantes sur le plan humain, qui leur permettront de rencontrer de nouvelles personnes et découvrir un type d’organisation bien différent de celui du lycée ou de l’université. S’ils veulent acquérir une première expérience en la matière sans s’engager sur du long terme au début, il leur sera possible de participer à  des actions ponctuelles telles que le Téléthon. Vous pouvez leur conseiller de consulter le site https://www.jeuneetbenevole.org/ afin de trouver des idées pour pouvoir s’investir, s’ils  manquent de pistes.

Quel bénéfice pour votre enfant ?

La vie associative est de plus en plus valorisée dans l’enseignement supérieur. Un décret paru en 2017 relatif à la reconnaissance de l’engagement dans la vie associative, implique que les établissements mettent en oeuvre des dispositifs garantissant la validation des connaissances et aptitudes acquises dans ce cadre, pour l’obtention d’un diplôme. Il faut regarder au cas par cas comment cela a été mis en place dans l’établissement de votre enfant. Au delà de cela, ce sont des expériences dont il sortira grandi car elles lui donneront l’occasion d’être acteur et non consommateur. Il y a fort à parier qu’elles  lui permettront de se différencier des autres candidats en entretien de recrutement ou lors d’un oral de sélection pour intégrer une formation.

 

 

Une nouvelle spécialité au Bac pour 2022

Les élèves qui intégreront une classe de 1ère de la voie générale à la rentrée, se verront offert un nouveau choix d’enseignement de spécialité. Cela est paru au B.O. du 15 avril et c’est donc en 2022 que les candidats au Bac pourront pour la 1ère fois passer cette épreuve.

La spécialité EPS au Bac 2022

Cet enseignement sera intitulé « éducation physique, pratique et culture sportive ». Les élèves bénéficieront de 4h d’enseignement en 1ère, puis 6 h en terminale, comme pour les autres enseignements de spécialité.

Le Ministère indique que l’objectif est de permettre aux élèves qui choisiront cet enseignement de développer :

. une pratique approfondie et équilibrée d’activités physiques, sportives et artistiques ;
. des compétences transversales essentielles à la réussite de leur parcours ;
. un regard critique et éclairé sur leur pratique et la diversité de ses enjeux ;
. une connaissance de la diversité des secteurs professionnels liés au sport et à la pratique physique.

Ce nouvel enseignement sera mis en place progressivement, dans seulement un à trois établissements par académie, à titre de test,  la 1ère année.

L’évaluation se fera à travers une épreuve écrite qui durera 3h30 et une épreuve orale de 30 minutes.

Ce nouvel enseignement doit offrir des perspectives professionnelles dans le secteur de  la santé et du bien-être, dans ceux de l’enseignement, l’entraînement, la gestion, la communication, l’événementiel, la recherche et la sécurité. Ce n’est sans doute pas tout à fait un hasard si cette nouvelle spécialité est proposée juste avant l’arrivée des Jeux Olympiques 2024 en France !

Le Pass’Sport : une aide de 50 € pour s’inscrire dans un Club sportif

 Là, il ne s’agit pas d’épreuves du Bac mais de loisirs. Ce dispositif est cependant mis en place avec le même objectif : favoriser la pratique sportive propice à l’intégration sociale puis professionnelle. Cette aide pourra être attribuée aux parents d’enfants de 6 à 17 ans révolus percevant l’allocation de rentrée scolaire. Les familles concernées recevront cet été un courrier du Ministère de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports, leur indiquant qu’elles peuvent bénéficier de ce dispositif, sans qu’elles aient à faire de démarche en amont. Sur présentation de ce courrier au moment de l’inscription, la réduction de 50 € se fera immédiatement sur le montant de l’adhésion ou de la licence.

« 21 printemps comme un million d’années » de Camille BRISSOT

A l’approche des vacances, nous vous présentons ce roman écrit par Camille BRISSOT. Il peut être lu par vos enfants à partir de l’âge de 13 ans, mais il saura également vous emporter. Il a remporté le Grand prix des jeunes lecteurs de la PEEP en 2020.

Camille BRISSOT est une jeune écrivaine française de 29 ans pleine de talent. Ce roman est l’histoire d’une belle amitié entre Victor et Juliette qui se connaissent par coeur. Il sait décrypter le moindre de ses éclats d’humeur.

Juliette est difficile à saisir, toujours en mouvement. Elle est capable de partir seule au bord de l’océan sur un coup de tête, et de revenir comme si de rien n’était,
avec ses secrets. Elle vit intensément, sans penser à l’après, et Victor la suit, l’attend, prêt à la rattraper si elle trébuche. La vie leur sourit, jusqu’au jour où l’un apprend que sa vie va être raccourcie.

Cette histoire, Victor la raconte à une bande de filles très jeunes qui l’écoutent les yeux écarquillés.
Elles ont connu Juliette à l’hôpital et veulent tout savoir de celle qui sera à jamais leur héroïne… On ne peut rester indifférent au récit de la vie de cette jeune fille débordante d’énergie qui a décidé de profiter de chaque instant de la vie, quoiqu’il arrive. Il nous relate aussi ses doutes, ses interrogations. Un ton qui reste léger malgré la gravité du sujet de la maladie. Un petit trésor qui saura inévitablement vous toucher.