Une nouvelle plateforme pour les candidats au Master

La Ministre de l’enseignement supérieur, Sylvie RETAILLEAU,  a annoncé l’ouverture prochaine, en février 2023, d’une nouvelle plateforme destinée à fluidifier les candidatures en Master. Voici les améliorations qui devraient être apportées par rapport au fonctionnement actuel.

L’ancien portail « trouver mon Master »

Son rôle était simplement de recenser les différents Masters existant, mais le nombre de places disponibles n’était pas indiqué et il ne permettait pas de candidater. Le nombre d’étudiants en licence a régulièrement progressé ces dernières années, et à la rentrée dernière, de nombreux titulaires d’une L3 ont eu de grosses difficultés à trouver une place en Master pour poursuivre leurs études.

La nouvelle plateforme

L’objectif est de mettre à la disposition des étudiants un outil qui leur permettra d’avoir une bonne connaissance des offres de formation en Master avec le nombre de places proposés pour chacun et de déposer un dossier de candidature unique pour se porter candidat à plusieurs Masters. Avec un calendrier national commun à toutes les universités, cela permettra d’optimiser l’attribution des places en Master avant les congés d’été.

Les établissements paramètreront leur offre dans la plateforme en février prochain, et dès le mois de mars 2023, les étudiants pourront déposer leur candidature pour la prochaine rentrée. La phase d’admission se déroulera de mi-juin à mi-juillet, puis jusqu’à mi-septembre la gestion des désistements permettra de redistribuer les dernières places vacantes. Lorsqu’une phase complémentaire sera mise en place, le nombre de vœux des candidats sera limité à 10 en formation classique et 10 en alternance sur la 1ère période, puis 10 en phase complémentaire. Cette année, s’il n’y a qu’une phase, les candidats pourront formuler 15 vœux non hiérarchisés pour chacune des deux voies (classique et alternance).

 

L’évolution des effectifs dans l’enseignement supérieur

Près de 3 millions d’étudiants dans l’Enseignement Supérieur : c’est ce chiffre emblématique qui a été pratiquement atteint à la rentrée, avec une progression constante des effectifs ces dernières années. Mais quelles réalités se cachent derrière ce chiffre ?

 Des disparités régionales

Dans le cadre de l’étude « Repères et statistiques » du Ministère de l’Enseignement Supérieur, les chiffres officiels de la rentrée 2021/2022 ont été publiés. Malgré une baisse du nombre de bacheliers par rapport à l’année précédente, il y a eu 73 000 inscrits de plus, soit une croissance de 2,5 %. D’un point de vue géographique, l’Ile-de-France concentre toujours une part importante des effectifs avec 26,5 % des inscrits.  Les académies pour lesquelles nous avons observé la plus forte progression du nombre d’étudiants sont Paris, Lille, Lyon et Mayotte.

Une progression très nette de l’alternance

Les néo-bacheliers ont représenté 85,8 % des effectifs des néo-entrants. Parmi eux, 82 % étaient titulaires d’un Bac général, 15 % issus de la filière technologique et 3 % de la filière professionnelle. La progression des inscriptions à l’université (+ 0,4 % en 2021/2022) a été moindre par rapport à d’autres filières. Avec les mesures mises en place en faveur de l’alternance pendant la crise sanitaire, celle-ci est la grande gagnante avec par exemple une hausse de 43,2 % des inscrits en BTS en alternance. Les écoles d’ingénieur progressent aussi (+2,7 %) malgré une baisse des effectifs en classes prépas. Dans les écoles de commerce et gestion, l’évolution est de 9 %.

Un retour des étudiants internationaux

La barre des 400 000 étudiants internationaux a été passée, indique Campus France, soit une progression de 8 %. Effet de rattrapage post-Covid, ou réorientation de certains étudiants européens suite au Brexit ? Ces deux facteurs ont influé, ainsi que la crise au Liban qui a entrainé une augmentation de 30 % des inscrits venant de ce pays. Par ailleurs, on a observé une hausse de 50 % des étudiants en provenance des USA, 25 % de ceux venant d’Espagne ainsi qu’une progression d’inscriptions d’étudiants italiens et allemands. Il reste encore du travail pour regagner du terrain après avoir été devancé par le Canada, l’Allemagne et la Russie, mais le contexte international devrait venir rebattre les cartes.

32ème prix de l’OVE : les conditions de vie des étudiants

L’Observatoire National de la Vie Etudiante organise un nouveau concours destiné à favoriser des recherches sur un sujet en relations avec les conditions de vie des étudiants.

L’OVE a été créé en 1989 par le ministre de l’Education nationale. Il a pour mission de donner une information complète et détaillée sur les conditions de vie des étudiants et sur leur rapport avec le déroulement des études, de manière à éclairer la réflexion politique et sociale et à aider à la prise de décisions.

Les concours de l’OVE

Depuis 2018, l’OVE décerne deux prix : un prix de doctorat, d’un montant de 3000 euros, et un prix de master, d’un montant de 3000 euros.

Il concerne des étudiants de niveau Master 1 minimum préparant un mémoire de recherche, ou des doctorants présentant une thèse dont le contenu porte principalement sur un sujet en relation avec les conditions de vie des étudiants.

Cette année, les candidatures peuvent être déposées du 01/10/2022 au 31/01/2023. Le formulaire d’inscription est téléchargeable sur www.ove-national.education.fr/prix-de-love/

En 2021, le Prix des Masters a été attribué à Alexis LECLERC-DALMET (Master 1 en information- communication à l’université Panthéon-Assas) pour le sujet « de la crise sanitaire à la crise sociale : les établissements d’enseignement supérieur français face au premier confinement de 2020. Approche comparative de l’Université Paris 2 Panthéon-Assas et de l’ESSEC Business School. ».

 Les enquêtes triennales

L’OVE réalise lui-même des enquêtes tous les trois ans. Elles permettent de recueillir des données fiables sur les conditions de vie des étudiants. Elle aborde des aspects variés de la vie étudiante : ressources et dépenses, concurrence entre le travail rétribué et les études, logement, autonomie, alimentation, santé, conditions d’études, ou loisirs et pratiques culturelles. La dernière date de 2020. Ses résultats sont consultables sur le site de l’OVE.

Agenda d’octobre – novembre 2022

15 et 16 /10         Salon Post-Bac Paris – Espace Champerret

17 au 24 /10       Destination universités Québec : tournée de 17 universités québécoises – https://www.destinationuniversites.ca/

27/10              Meet’Ingé – Forum  national de recrutement des secteurs de l’industrie et de la construction – Paris – Carreau du Temple.  https://www.meet-inge.fr/

10/11              Salon de l’Etudiant – Valenciennes – Cité des Congrès

12/11              Salon des Grandes Ecoles – L’Etudiant – Bordeaux et Marseille

18 et 19/11   Salon du lycéen et de l’Etudiant – Nice

19/11              Salon des Grandes Ecoles  – Lyon et Rennes

24 au 26/11  Oriaction ONISEP – Nancy