L’agenda de novembre et décembre 2021

Une date à bien retenir sur cette  période pour les élèves de terminale : le 21/12. C’est celle de l’ouverture de Parcoursup 2022. Dès le mois de novembre, de nombreux salons étudiants sont organisés. Retrouvez-les dans le calendrier qui suit.

25/11

Valenciennes     Salon de l’Etudiant

26 et 27 /11

Grenoble            Salon de l’Etudiant

26 et 27/11

Nantes                 Salon du lycéen et de l’étudiant

26 au 28/11

Paris                     Salon Européen de l’Education

26 et 27/11

Rennes                 Forum Avenir Etudiant

27/11

Besançon, Clermont-Ferrand, Poitiers

Salon Stydyrama des Etudes Supérieures

03 et 04/12

Caen, Orléans, Aix-en-Provence

Salon de l’Etudiant

04/12

Compiègne          Salon des grandes écoles

09 au 11/12

Nancy                   Oriaction

11 et 12/12

Paris                     Salon des concours et prépas et Salon santé, social, paramédical

Le financement du permis de conduire

Autre étape importante de la vie lycéenne : le permis de conduire. Même s’il est plus utile dans certaines régions que dans les grandes villes bien équipées de réseaux de transport en commun, c’est un pas vers plus d’autonomie pour votre enfant.

Les évolutions

Le permis de conduire est l’examen le plus passé en France avec environ  1,9 million de candidats par an. Le coût pour passer le permis est actuellement  de 1600 à 1800 € avec deux mois d’attente en moyenne. De nombreuses évolutions ont été mises en place ces dernières années, dont l’apprentissage anticipé de la conduite possible dès l’âge de 15 ans, la surveillance des épreuves théoriques par des sociétés agréées par l’État (notamment la Poste) et non plus par des inspecteurs, et le développement de l’apprentissage de la conduite sur boîte automatique avec une conversion facilitée.

Le choix de la bonne formule

Plusieurs solutions s’offrent à vos enfants, selon leur âge et le budget consacré au permis.

La conduite accompagnée

Une fois le code obtenu, un minimum de 20 heures de conduite en auto-école est indispensable. A l’issue de cela, une attestation de fin de formation initiale (AFFI) à remettre à votre assureur est délivrée, et votre enfant pourra continuer à perfectionner sa conduite avec, par exemple, votre voiture, en parcourant 3 000 km minimum.

La conduite supervisée

À partir de 18 ans. Il est simplement demandé de parcourir 1 000 km dans un délai de trois mois minimum. Le prix de sa première assurance sera généralement plus doux.

La préparation traditionnelle

Un forfait est généralement proposé pour le code. Il existe des auto-écoles en ligne pour le code, et le choix des heures de conduite, par exemple ornikar.com, ou www.stych.fr ou lepermislibre.fr (offres préférentielles réservées aux adhérents PEEP : http://peep.asso.fr/partenaires/le-permis-libre/).

Pour la conduite, l’auto-école a l’obligation d’effectuer une évaluation préalable afin de communiquer un nombre d’heures prévisionnel. Certaines auto-écoles proposent des forfaits pour la conduite, souvent sur une base de 20 heures. Renseignez-vous sur le prix de l’heure de conduite supplémentaire, car c’est au final ce qui fera la différence dans le budget. La réglementation impose un affichage des prix bien visible Les forfaits coûtent entre 700 € et 1 400 €. Quant à l’heure de conduite, les tarifs sont libres. Elle peut varier de 35 € à 75 € de l’heure, selon les villes.

Le financement du permis de votre enfant

Le permis à 1

C’est un prêt à taux zéro réservé aux jeunes de 15 à 25 ans. Pour en bénéficier, il faut que la banque et l’auto-école choisies soient partenaires de l’opération. Le jeune rembourse ensuite 1 € par jour, soit 30 € par mois. La banque peut exiger une caution, parentale par exemple. Ce dispositif est réservé aux écoles de conduite et aux associations disposant du label « qualité des formations au sein des écoles de conduite ». Infos sur : www.securite-routiere.gouv.fr/passer-son-permis-de-conduire/financement-du-permis-de-conduire/permis-1-eu-par-jour

L’aide destinée aux apprentis

Les apprentis majeurs peuvent percevoir une aide de l’Etat pour financer leur permis de conduire. Pour en bénéficier, votre enfant doit être titulaire d’un contrat d’apprentissage en cours d’exécution. Il s’agit d’une aide forfaitaire, attribuée  une seule fois, d’un montant de 500 €.

La bourse au permis 

C’est un dispositif permettant aux jeunes de 18 à 25 ans sans ressources, de bénéficier d’une prise en charge d’une partie du coût du permis par leur commune en échange d’heures de travaux d’intérêt collectif. Renseignez-vous dans votre ville.

Les aides des collectivités locales 

Elles peuvent être proposées par les Régions ou les Conseils Généraux. Par exemple, la Région Bourgogne Franche-Comté propose aux moins de 26 ans, en formation, en mission de service civique,  ou sans emploi, le financement d’une partie du permis de conduire à hauteur de 500 €.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre Mairie afin de savoir si votre enfant peut bénéficier d’une aide de ce type.

 A savoir !

Mise en place d’une plateforme gouvernementale dédiée au choix de son auto-école : avant de s’inscrire, votre enfant pourra prendre connaissance des prix pratiqués, des délais, du nombre d’élèves présentés, du taux de réussite, et des diverses aides accessibles (variables selon les régions) pour financer votre permis : www.vroomvroom.fr

Des outils pour les aider à bien s’orienter dans le supérieur

Une fois que le projet d’orientation de votre enfant commence à se dessiner, il peut s’informer sur les formations en ciblant bien ses recherches. Des organismes et des publications peuvent l’y aider. En amont, il existe d’autres outils et sites pour l’accompagner dans sa réflexion. 

Des tests pour l’aider à se positionner 

Des tests d’orientation sont proposés en ligne. Votre enfant doit les considérer avant tout comme des pistes de réflexion et d’investigation sur lui-même et sur des possibilités de métiers. Méfiez-vous des tests très courts qui semblent donner une réponse assez précise. Rien ne remplace les conseils d’un professionnel qui les accompagnera dans l’analyse des résultats, sauf peut-être s’il a juste besoin de conforter un choix déjà bien avancé.

* Des tarifs préférentiels sont réservés aux adhérents PEEP par notre partenaire Impala

Des structures d’accueil et d’information

Le CIDJ – LES CRIJ : sur son site, le CIDJ propose des secteurs et des métiers à découvrir par centre d’intérêt. Il est également possible sur  place de bénéficier d’entretiens personnalisés gratuits, de participer à des ateliers thématiques, des tchats. Informations et horaires : sur www.cidj.com

L’ONISEP propose de nombreux ouvrages sur les études et les métiers ainsi que des outils multimédia : www.onisep.fr. Le service «mon orientation en ligne»  permet de dialoguer en direct avec un conseiller sur www.monorientationenligne.fr ou par téléphone : 01 77 77 12 25.  Le site Horizons21 informe sur les attendus pour les formations  et permet de faire des simulations de formations supérieures adaptées aux spécialités choisies au lycée. www.horizons21.fr/

 LES CIO  : dans les  Centres d’Information et d’Orientation (CIO), un psychologue de l’Éducation nationale peut recevoir vos enfants  en entretien individuel.

Les MOOC

Ce sont des cours en ligne (Massive Open On-line Course), avec en général des vidéos.

www.mooc-orientation.fr : Moocs proposés par France Université Numérique. Voici quelques exemples : entrer à l’IUT : les codes pour booster ton dossier, la formation par apprentissage dans l’enseignement sup, le droit, est-ce pour moi ?

 D’autres ressources sur Internet

www.cheminsdavenirs.fr

https://diplomeo.com

www.key4job.fr

www.oriane.info 

Dans le cadre du lycée : les deux semaines de l’orientation

La 1ère, en novembre – décembre, donne aux élèves l’occasion de collecter des informations sur les métiers en échangeant avec les enseignants, d’anciens élèves, des acteurs de l’enseignement supérieur, du monde économique et en découvrant la procédure pour intégrer l’enseignement supérieur. La 2ème, entre janvier et mars, leur permet d’affiner ou conforter votre choix en participant à des salons, des JPO, des périodes d’immersion dans les formations. Une fiche leur est  remise pour les  aider à mener leur réflexion.

Les salons et portes ouvertes

Pour optimiser leurs visites, il est utile qu’ils préparent leurs questions à l’avance. Ils peuvent aussi construire une fiche d’information sur chaque établissement qui les intéresse.

les JPO

Elles leur permettront de se faire une idée concrète de ce qui les attend, en rencontrant des professeurs, des gens de l’administration, des élèves, des jeunes diplômés et en visitant les locaux.

les salons étudiants

Il en existe dans toutes les grandes villes, tout au long de l’année mais plus particulièrement de novembre à janvier. Les deux principaux organisateurs sont L’Etudiant et Studyrama.

Des sites spécialisés

Une fois que vos enfants ont une idée du secteur d’activité qui les intéresse, pour aller plus loin, ils peuvent consulter des sites spécialisés. En voici quelques uns :

www.metiersdelauto.com

www.observatoire-metiers-banque.fr/f/metiers/Cartographie-des-metiers-de-la-banque

www.metiers-btp.fr

www.devenirenseignant.gouv.fr

www.lindustrie-recrute.fr

https://solidarites-sante.gouv.fr/metiers-et-concours/les-metiers-de-la-sante/

www.ffst.org/métiers

Et s’ils ont besoin de temps pour choisir : le D.U. PaREO 

C’est un diplôme universitaire en un an. PaRéo est le Passeport pour Réussir son orientation. A l’issue d’un an, les étudiants postulent sur Parcoursup pour obtenir la formation souhaitée. Attention, il ne s’agit pas d’une passerelle ; il n’y a pas de places réservées dans l’université où le DU a été préparé.

La journée Défense et Citoyenneté : quand, comment et pourquoi.

Dès l’âge de 16 ans, les jeunes français, qu’ils vivent ou non sur le territoire, doivent faire le recensement citoyen afin d’être ensuite convoqués à la Journée Défense et Citoyenneté (JDC). Elle doit se dérouler, sauf exception avant leur 18ème anniversaire.

Pourquoi cela est important ?

Cette journée a été mise en place depuis 1997, suite à la suppression du service national. Chaque année, ce sont environ 800 000 jeunes qui sont concernés. Cela est obligatoire pour pouvoir s‘inscrire aux examens et concours, notamment le Bac et le Permis de conduire, mais aussi les concours de la fonction publique. Une attestation est délivrée à vos enfants à l’issue de cette journée. S’ils ont 18 ans ou plus, se sont fait recenser mais n’ont pas encore reçu leur convocation, une attestation provisoire « en attente de convocation » peut leur être délivrée. La durée de la JDC a été ramenée à une demi-journée durant la crise sanitaire, et elle peut également être assurée en distanciel dans ce cadre. Les jeunes qui deviennent français entre 18 et 25 ans reçoivent une convocation dans les trois mois suivant leur recensement.

Comment elle se déroule ?

Les jeunes reçoivent un bon de transport pour se rendre sur le lieu où ils sont convoqués. Selon le cas, il peut s’agir d’une indemnité de déplacement de 10 € ou 20 € selon l’éloignement. Un enseignement sur les enjeux et objectifs de la Défense Nationale, les différentes formes d’engagement, et le civisme est assuré dans le cadre de cette journée. Une information sur l’égalité hommes-femmes est également prévue, ainsi que des tests d’évaluation sur le niveau en langue française.

Pour en savoir plus : https://www.servicepublic.fr/particuliers/vosdroits/F871

 

 

Le PPPE : qu’est-ce que c’est ?

Le Parcours préparatoire au professorat des écoles est une nouvelle formation proposée depuis la rentrée aux jeunes qui se destinent aux métiers de l’enseignement. Qu’apporte-t-il par rapport au cursus qui existait jusqu’à présent ?

 Le contenu de cette nouvelle formation

Le PPPE se prépare à la fois à  l’université dans le cadre d’une licence « classique » en trois ans et dans un lycée. En 1ère année de licence, les étudiants suivent 3 semaines de cours en lycée et une semaine à l’université. La répartition évolue ensuite pour arriver à la proportion inverse en L3. Trois semaines de stage en école viennent s’ajouter aux cours en L1 et L2, puis 4 semaines en L3, ainsi qu’un stage de mobilité internationale. Pour cette 1ère année, la formation était proposée dans 22 établissements.

L’objectif est que les étudiants, tout en obtenant un diplôme national de licence, bénéficient d’un enseignement spécifique de renforcement disciplinaire afin de mieux appréhender le professorat des écoles. Au total, 25 parcours sont proposés. Il existe donc une grande diversité de disciplines de spécialisation pouvant être choisies.

 Et après …

Après la licence, le parcours se complète par la préparation d’un Master  MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’Education et de la Formation), à l’issu duquel les étudiants peuvent présenter le concours pour devenir professeur des écoles. Les étudiants qui seront titulaires de cette licence seront bien préparés à ce métier, mais il leur sera également possible de poursuivre leurs études dans un autre Master pour ceux qui ne voudraient finalement pas se destiner à ces métiers.

Vous pouvez obtenir plus de précisions sur le PPPE sur https://www.education.gouv.fr/le-parcours-preparatoire-au-professorat-des-ecoles-une-licence-avec-parcours-preparatoire-specifique-309372