Retours sur Parcoursup 2019 : nouveautés et résultats

En 2018, face aux mécontentements des élèves orientés via Admission Post-Bac, une nouvelle plateforme a été mise en place : Parcoursup. Plus de tirages au sort dans les filières en tension, c’était déjà un premier progrès. Il restait des aménagements à faire. Qu’en a t-il été en 2019 ?

Plusieurs nouveautés sont apparues dans le second millésime  de Parcoursup .

Voici les aménagements qui ont été mis en place :

  • Les élèves ont été informés du rang du dernier admis l’année précédente afin de pouvoir évaluer leurs chances d’intégrer une formation visée.
  • Le calendrier a été plus resserré : les premières réponses sont tombées une semaine plus tôt au mois de mai, et la phase principale s’est achevée le 19 juillet. Les délais de réponse ont été raccourcis dès le mois de mai : 5 jours à partir du 15, au lieu de 7 en 2018, puis 3 jours à partir du 20.
  • Un référent handicap a été mis en place pour les élèves concernés.
  • Durant l’été, les candidats ont eu la possibilité d’activer un répondeur pour fluidifier les réponses.

Un plus grand nombre de formations proposées.

Autre nouveauté importante : plusieurs formations ont rejoint la plateforme. C’est le cas des IFSI (instituts de formation en soins infirmiers)   et des IRTS (Instituts régionaux de travail social). Cela représente environ 1000 formations supplémentaires sur les 14000 proposées.

Le Ministère a publié les premiers résultats dès la mi-juillet, pour les 788 841 candidats concernés :

639 889 candidats lycéens148 952 candidats en réorientation ou scolarisés à l'étranger
1 ou plusieurs propositions :
567 272
1 ou plusieurs propositions :
112 248
Abandon de la
plateforme :
39 894
Abandon de la plateforme :
10 703
Saisie d'une CAES :
6 439
Saisie d'une CAES :
799

En moyenne, les candidats ont formulé 9 vœux, contre 7,4 en 2018. La liste des vœux se compose de la façon suivante : 34 % en licence, 31 % en BTS, 13 % en DUT, et 7 % en CPGE, concentrée en général sur une seule filière.

Les IFSI qui faisaient leur entrée sur la plateforme ont été la formation la plus demandée sur Parcoursup cette année, avec 9,6 % des vœux confirmés. On trouve en 2nde position la licence de droit puis la PACES.

Tout n’ a encore été dévoilé par le Ministère concernant Parcoursup 2020, mais on sait d’ores et déjà que de nouvelles formations vont faire leur entrée sur plateforme, et notamment les écoles de commerce Post-Bac dont l’accès est conditionné par la réussite d’un concours (ex : Concours Sésame).

 

Les bons réflexes santé de la rentrée

C’est la dernière année où votre enfant habite au domicile familial avant d’être étudiant ? C’est le moment ou jamais de prendre de bonnes habitudes si ce n’est déjà  fait car cela est plus facile dans le cadre familial. Et la  rentrée est un moment particulièrement propice pour démarrer l’année d’un bon pied.

 Pour être en bonne santé, manger et bouger

Vous craignez que l’année de terminale soit un peu chargée ? Ne conseillez cependant pas à votre enfant d’abandonner le sport pour se consacrer à la préparation du Bac. Le sport est essentiel pour son équilibre, et les sportifs sont souvent plus enclins à s’alimenter plus sainement pour être au mieux de leur forme.

Pour se démarquer des plus jeunes et avoir un avant-goût de vie étudiante, il vous a demandé de ne plus manger à la cantine ? Essayez de trouver un compromis avec lui en accordant peut-être un jour « off ». La cantine n’est sans doute pas gastronomique, mais elle présente au moins l’avantage  de proposer des menus équilibrés.

Et s’il doit avoir un logement autonome l‘an prochain, essayez de lui faire découvrir des menus « plaisir »  tendances et faciles à cuisiner. Ce peut être un moment de partage en famille le week-end. Nous vous proposons dans la rubrique « le livre du mois » ceux concoctés par Lucie. Vous les retrouverez aussi sur son blog.

Autonomie et prévention pour les jeunes

Jusqu’à présent, votre enfant s’en remettait à vous pour tout souci de santé. Vous avez sans doute un médecin de famille et vous connaissez bien les spécialistes de votre région, si nécessaire. En matière de santé, les adolescents et les jeunes présentent des besoins spécifiques et lorsqu’ils s’éloignent du domicile familial, il existe tout un réseau pour les accompagner et les conseiller en matière de prévention et de soins. Plus il en est informé tôt, plus il acquerra les bons réflexes.

Dans l’enseignement supérieur, il pourra faire appel au SIUMPPS (Service interuniversitaire de médecine préventive et de  promotion de la santé).Ce service a  pour vocation de s’adresser à tous les étudiants et aux élèves des écoles qui ont passé une convention. Le SIUMPPS est chargé « du contrôle médical préventif, et de missions de prévention et d’éducation sanitaire », avec des équipes pluridisciplinaires : infirmières, diététiciennes, médecins, psychologues… Il est également possible de s’adresser au SIUMPPS pour des vaccins, notamment en cas de départ à l’étranger, ou pour des consultations de dépistage (dentaire, MST,..).

Il existe par ailleurs tout un réseau associatif sur des sujets généraux ou spécifiques. Voici quelques sites à connaitre :

www.avenir-sante.com

www.apsytude.com

www.filsantejeunes.com

www.planning-familial.org

www.tabac-info-service.fr

Une nouvelle sécurité sociale pour les étudiants depuis la rentrée

A partir de la rentrée 2018, les étudiants de 1ère année ont été rattachés au régime général de la CPAM. Cette année, ce sont maintenant l’ensemble des étudiants qui sont concernés pour la part remboursée par la Sécurité Sociale. En revanche, il reste fortement conseillé d’avoir une complémentaire santé pour être mieux remboursé. Peut-être choisirez-vous qu’il reste couvert par votre mutuelle parentale.

Les mutuelles étudiantes continuent à proposer des formules adaptées aux besoins des jeunes. Vous pouvez par exemple consulter le site de la Smerra qui propose des formules à partir de 60 € par an.

Dans tous les cas, si votre enfant part à l’étranger dans le cadre d’un stage ou d’un semestre d’études, il aura besoin d’une couverture spécifique. Dans les 31 pays de l’espace économique européen, la CEAM (Carte européenne d’assurance maladie) assure la prise en charge des frais médicaux, mais uniquement pour la partie couverte par la Sécurité Sociale. Il peut y avoir un différentiel important avec les frais réellement engagés. Cela est encore plus vrai s’il quitte l’Europe. Par exemple, une consultation aux Etats-Unis coûte 150 €. Mieux vaut partir bien couvert !

 

La SMERRA, acteur du monde étudiant

Depuis 50 ans, la SMERRA est présente sur l’ensemble du territoire métropolitain et œuvre pour couvrir les besoins étudiants en matière d’assurances et garanties complémentaires entièrement adaptées à leurs environnements d’études et de vie. Elle conduit également des actions de prévention et d’éducation à la santé grâce à des partenariats auprès de l’enseignement secondaire et supérieur, et au sein du milieu associatif étudiant.

Fidèle à ses convictions dans le domaine de l’Economie Sociale et Solidaire, la SMERRA s’engage pour améliorer la santé et les conditions de vie des étudiants.

Grâce à son expertise du monde étudiant, la SMERRA propose aujourd’hui une offre de logements par le biais de sa marque LOGIFAC qui représente plus de 7000 logements, partout en France. Implantées à proximité des campus, équipées ou meublées et éligibles aux aides au logement, les résidences LOGIFAC sont adaptées aux besoins des étudiants.

La réforme du lycée, quoi de neuf en 2nde, 1ère et Terminale ?

A partir de cette rentrée, la réforme entre en application pour les classes de  Seconde  et 1ère  afin de préparer le Bac 2021. Plus de séries en voie générale à partir de la 1ère, des spécialités à choisir et moins d’épreuves finales. Voilà pour les grands axes. Concrètement, qu’est-ce que cela va changer pour vos enfants ?

Pour les élèves de Seconde

Les élèves de 2nde vont passer un test de positionnement  en français et en math en début d’année afin d’évaluer leur niveau dans ces deux matières. Cela sera suivi d’un accompagnement personnalisé pour les  lycéens qui en auront besoin, afin de consolider notamment  leur expression écrite et orale.

A partir de cette rentrée, les SES (sciences économiques et sociales) et les SNT (sciences numériques et technologie) deviennent obligatoires. Des options facultatives ainsi que les LCA (langues et cultures de l’antiquité) sont proposées.

Un fascicule de présentation de la nouvell/ organisation du Bac sera remis à vos enfants et ils bénéficieront dans l’année d’un temps dédié à l’orientation (de l’ordre de 54 heures).

L’enseignement pour les élèves de 1ère et Terminale

La nouvelle organisation concerne principalement les  Bac généraux. Les voies technologiques conservent leur organisation en séries.

Terminées donc les séries S, ES et L. Les élèves vont pouvoir suivre trois types d’enseignement :

  • Un tronc commun composé de six disciplines

Elles totaliseront 15h30 par semaine, auxquelles s’ajouteront 18 heures par an d’EMC (enseignement moral et civique). Elles se répartiront ainsi :

                                                          1ère                      Terminale

Français                                       4 h                                –

Philosphie                                  –                                  4 h

EMC                                              18 h / an               18 h / an

LVA et LVB                                 4 h 30                         4 h

EPS                                                   2 h                             2 h

Ens. scientifique                        2 h                              2 h

  •  Des enseignements de spécialité

Les élèves devront en choisir 3 en classe de 1ère puis seulement 2 parmi ceux-ci en Terminale, mais avec un horaire renforcé : 6 h de cours pour chaque spécialité au lieu de 4 h l’année précédente.

12 choix leur sont offerts :

. Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques

. Humanités, littérature et philosophie

. Langues, littératures et cultures étrangères

. Littérature, langues et cultures l’Antiquité

. Numérique et sciences informatiques

. Mathématiques

. Physique-chimie

. Sciences de la vie, et de la terre

. Sciences de l’ingénieur

. Sciences économiques et sociales

. Arts

. Biologie / écologie

  • Des enseignements optionnels 

. En 1ère : une option pour une durée hebdomadaire de cours de 3 h, parmi les matières suivantes : LV3, Arts ou EPS + LCA (latin et/ ou grec).

. En terminale : poursuite des options de 1ère et possibilité d’ajouter les options :

  • Droits et grands enjeux du monde contemporain
  • Mathématiques expertes (pour ceux qui ont pris la spé Maths)
  • Mathématiques complémentaires (pour les autres élèves).

Les spécialités choisies par les élèves à la rentrée 2019/2020

Traditionnellement, le Bac S était présenté  par une grosse proportion de candidats au Bac général :  51 % de ceux du Bac général cette année, contre 33,4 % pour le Bac ES et 14,2 % pour le Bac L.

Parmi les spécialités sélectionnées à la rentrée 2019/2020, les matières scientifiques continuent à être fortement représentées avec 64 % des élèves qui ont choisi les mathématiques et 43,5 % la physique-chimie, mais la combinaison de spécialités correspondant à l’ancien Bac S : Maths/physique-chimie /SVT n’a été choisie que par 26 % des élèves de 1ère. En seconde position, les élèves ont opté pour Maths-SES-histoire-géo, à 6,8 %,  cela correspondait  à la section ES, et 9,3 % des élèves de 1ère ont sélectionné Humanités et histoire-géo, associées à arts, LCA, LLCER ou maths.  Les choix traditionnels ne vont pas être totalement bouleversés en un an, mais malgré tout 47,7 % des élèves ont fait des choix de combinaisons en fonction de leurs affinités, ne correspondant pas aux séries traditionnelles. Les profils de bacheliers vont donc bel et bien évoluer.

La notation du Bac 2021

Si vos enfants entrent en 1ère, voici ce qui a été acté pour l’obtention du Bac à partir de 2021.

40 % de contrôle continu

Cela se répartira de la manière suivante :

. 30 % d’épreuves communes :  

. En 1ère, avec 2 séries d’épreuves au 2ème et au 3ème trimestre, dans 6 disciplines : histoire-géo, LV1 et LV2, EPS, enseignement scientifique, et la spécialité non poursuivie en Terminale.

. En Terminale : des épreuves au 2nd trimestre dans 5 disciplines : les mêmes qu’en 1ère, sans la spécialité.

. 10 % de notes des bulletins scolaires de 1ère et Terminale.

60 % : épreuves finales

. En 1ère : une épreuve anticipée de français comme précédemment : écrit et oral (coef. 5 chacune)

. En Terminale :

. 2 épreuves écrites sur les disciplines de spécialité (coef. 16 pour chacune)

. 1 épreuve de philosophie (coef. 8)

. un grand oral (coef .10)

Les épreuves de rattrapage sont maintenues.

On constate donc que les épreuves se déroulant en juin de l’année de Terminale ne représenteront que 18 % de la note du Bac, les épreuves de spécialité étant passées au retour des vacances de printemps. Fini donc le bachotage de dernière minute qui pour certains élèves pouvaient compenser un manque de travail pendant l’année. Le grand oral constitue aussi l’une des nouveautés importantes. A une moindre échelle, il fait spontanément penser au grand oral de Sciences Po. Il durera  20 minutes,  et portera sur l’une des deux spécialités choisies par votre enfant. Il est censé constituer un levier d’égalité des chances.

Pour connaître la perception de la rentrée par les parents d’élèves adhérents à la PEEP, consultez l’observatoire de rentrée scolaire 2019/2020.