Ni vues, ni connues – collectif Georgette Sand

 

Connaissez-vous Christine de Pizan, Berty Albrecht ou Rosa Parks ? Saviez-vous que c’est une femme qui, avant Galilée, a affirmé l’existence du système solaire, une autre qui, avant Kandinsky, a inventé l’art abstrait, une troisième qui a théorisé les pulsions de mort avant Freud… ?
En balayant les légendes, en soulevant les tapis, en fouillant les placards, le collectif Georgette Sand donne à voir et à (re)connaître soixante-quinze femmes – aventurières, militantes, artistes, scientifiques… – qui ont marqué l’Histoire sans qu’on le sache ou que l’on s’en souvienne.
Grâce à ces portraits, l’invisibilité n’est plus une fatalité et peut même être désamorcée très simplement : pour être reconnues, il faut être connues, et pour être connues, il faut être vues.

Ni vues, ni connues, par le collectif Georgette Sand, aux éditions Pocket.
Préface de Michelle Perrot / Postface de Pénélope Bagieu – 352 pages – 7,50 €

« Des portraits drôles, vivants. Ils attisent la curiosité et nous… on tourne les pages sans s’arrêter ! Indispensable. » Cosmopolitan

Acheter le livre

Agenda de mai-juin

AGENDA MAI – JUIN 2019

 

 

Mai

25 mai Salon du logement étudiant organisé par la Smerra Lyon 2ème – Université Catholique
28 mai Salon des métiers pour rebâtir Notre-Dame Paris 15ème – CIDJ
30 et 31 mai – 1er juin CONGRES NATIONAL PEEP EPERNAY
 

Juin

15 juin Salon du logement des jeunes Paris 15ème – CIDJ

 

24 au 29 juin Semaine des métiers Paris 10ème – Place aux métiers – rue Dieu
27 juin Salon des meilleurs MBA à Paris

 

Paris  1er – Hôtel St James Albany
29 juin

 

Sup’Alternance spécial rentrée – Studyrama Paris Event Center
 

29 juin

Salon des études supérieures avec ou sans alternance Paris 17ème – Espace Champerret

 

CALENDRIER DES EPREUVES DU BAC

épreuves anticipées    
17 juin Séries S ES L Français / français-littérature
19 juin Séries  ES L Sciences
épreuves de terminale    
17 juin Toutes séries Philosophie
18 juin Toutes séries

Bacs technologiques

Histoire-géographie

Mathématiques

19 juin Toutes séries LV1
20 juin Séries S ST2S STSS et STL

ES

L

ST2S – STL

STMG

STI2D

ST2A

STHR

Physique chimie

Sciences économiques et sociales

Littérature

Physique-chimie, Sc. sanitaires et sociales

Enseignement de spécialité

Enseignements technologiques

Design et arts appliqués

Economie et gestion hôtelière

21  juin Séries S ES L

Toutes séries

STMG

Mathématiques

LV2

Management des organisations

24 juin Série L

Série S

 

STL – STI2D – STD2A

ST2S

STMG

 

Arts – latin – Grec

SVT – écologie, agronomie – sciences de l’ingénieur

Physique chimie

Biologie et physiopathologie

Economie – droit

Santé et prévention pour les lycéens devenant étudiants


Vos enfants seront étudiants l’an prochain. S’ils quittent le domicile familial et changent de ville, ils auront de nouveaux interlocuteurs pour la prise en charge de leur santé. A l’Université, la MPU (médecine préventive universitaire) offre aux étudiants des services de proximité. Concernant la prévention, les étudiants en santé font désormais de l’information dans le cadre du service sanitaire. De leur côté, les mutuelles étudiantes ont mis en place des dispositifs pour favoriser les bons comportements.

 La Médecine Préventive Universitaire (MPU) 

  • Les missions de la MPU

Le service universitaire a pour vocation de s’adresser à tous les étudiants et aux élèves des écoles qui ont passé une convention avec ce dernier. La MPU est chargée du «contrôle médical préventif des étudiants» et de «missions de prévention et d’éducation sanitaire». Pour remplir ces missions, le service universitaire dispose d’équipes pluridisciplinaires (infirmières, diététiciennes, médecins, psychologues, assistantes sociales).

  • Les services : consultations, vaccinations, visites. 

La MPU assure un accueil permanent et personnalisé des étudiants qui ont besoin d’un conseil, d’un certificat médical, ou d’un contrôle de leur état vaccinal.

La MPU propose des visites médicales obligatoires ainsi que des consultations spécialisées (psychologie, soins dentaires, nutrition, tabac, addictions, par ex.).

Des consultations de dépistage (dentaire, MST, …) sont proposées à tous les étudiants. La prévention s’intègre également dans des programmes d’actions adaptées à la vie universitaire des étudiants. Ces actions sont souvent thématiques (alcool, tabac, drogues, IST, MST, …).

Le Service sanitaire des étudiants en santé

Depuis la rentrée dernière, un service sanitaire a été mis en place dans les universités. Il concerne pour l’instant 47 000 étudiants inscrits dans des professions de santé. Ils doivent intervenir auprès de la population en milieu scolaire et universitaire pour promouvoir les comportements favorables à la santé. Pour ces étudiants, il représente six semaines de formation théorique et pratique pour acquérir des compétences spécifiques et réaliser des interventions, notamment dans les établissements. Vos enfants pourront être amenés à les rencontrer dans le cadre d’animations qu’ils organisent.

Les actions des mutuelles étudiantes

Du fait de leur expérience de nombreuses années au service des étudiants, et de la nature même de leur gouvernance (leur Président est étudiant), elles connaissent bien les problématiques des jeunes, leurs attentes et les situations auxquelles ils sont confrontés. C’est ainsi qu’elles ont été amenées à mettre en place des initiatives pour inciter les étudiants à prendre soin d’eux. Des actions sont régulièrement menées sur  des thématiques telles que la gestion du stress, les addictions, la nutrition.

La SMERRA, par exemple, est partenaire d’une jeune blogueuse : Lucie BRISOTTO, qui propose des recettes saines et faciles à réaliser avec un petit budget. Vos enfants retrouveront certaines de ses recettes de plats sains, gourmands et peu couteux sur www.smerra.fr

Ils y retrouveront également des articles sur d’autres thématiques telles que les addictions, l’arrêt du tabac, la contraception, les bons réflexes à adopter pour éviter les IST, ainsi que des coordonnées d’associations qu’ils pourront rencontrer pour échanger sur ces différents sujets.

 

 

PARCOURSUP 2019 : les 1ers résultats sont tombés

Les premières réponses tant attendues des 898 000 candidats sont tombées sur PARCOUPSUP, mercredi 15 mai. Plus d’informations sont communiquées cette année aux élèves qui sont en attente, mais il est parfois compliqué d’interpréter tous ces chiffres. Voici toutes les clés pour bien comprendre le fonctionnement ainsi qu’un rappel des délais de réponse à respecter.

Si votre enfant est en terminale, il a désormais reçu les premières réponses à ses vœux d’affectation dans le supérieur sur la plateforme Parcoursup.

Un bug au moment des 1ères réponses

Pour certains élèves, cela a cependant commencé par un faux espoir suivi d’une grosse déception. Cela a concerné 400 formations : des écoles d’art, des BTS et des prépas scientifiques. Le jeudi 16 mai, ainsi que l’indiquent les Echos, 67 000 candidats qui avaient reçu une acceptation dans l’une de ces formations, ont vu leur voeu passer en attente.

Les délais de réponse à respecter

Pour tous les autres  qui ont été acceptés dans la formation correspondant à  leur premier vœu, la règle reste cependant simple. Il suffit de répondre dans le délai imparti. Face au mécontentement de parents et d’élèves l’an dernier, les délais ont été raccourci de manière à ce que les affectations soient faites avant le 17 juillet, pour avoir l’esprit plus tranquille pendant les vacances et pouvoir s’organiser pour la rentrée. Voici le calendrier à respecter par tous les candidats :

Du 15 au 19 mai :                             5 jours pour répondre (J+4).

Du 20 mai au 17 juillet :              3 jours pour répondre (J+2) avec une suspension des réponses envoyées par la  plateforme du 17 au 24 juin pendant les épreuves du  Bac.

La compréhension de sa position dans la liste d’attente

Chaque matin avant 8h, de nouvelles propositions sont envoyées aux jeunes inscrits sur la plateforme, des places se libérant au fur et à mesure de l’arrivée des désistements des premiers candidats sélectionnés.

Les élèves qui ont enregistré un vœu pour une licence ou une classe prépa, et n’ont pas obtenu une place dans la formation souhaitée dès la communication des premières réponses, conservent donc toutes leurs chances, et disposent cette année de chiffres leur permettant de se positionner.

Pour chacune de ces formations, ils peuvent prendre connaissance :

. du nombre de places

. du nombre de candidats en liste d’attente

. de la position du dernier candidat qui a reçu une proposition en 2018 : attention au cas particulier de l’île de France où cette information est moins pertinente car les vœux peuvent êtres formulés pour toute la région alors qu’ils étaient émis par académie en 2018.

Les concernant, vos enfants disposent de :

. leur position dans la liste d’attente : il s’agit de la liste initiale des candidats pré-sélectionnés en fonction de leur dossier, mais n’ayant pas de place attribuée.

. leur position dans la liste d’appel : elle indique le rang du candidat à un instant T, après désistement des premiers élèves ayant reçu une offre. Attention : le fait de ne pas répondre dans le délai imparti équivaut à un désistement.

Mais rassurez votre enfant. L’an dernier, 94,4 % des candidats ont reçu une proposition alors que c’était  le cas de seulement 50 % d’entre eux le 22 mai.

Il faut simplement qu’il ait bien à l’esprit les réponses possibles et leurs conséquences :

. s’il reçoit une proposition pour son vœu le mieux classé : il doit, l’accepter dans le délai imparti.

. s’il reçoit plusieurs propositions : il ne peut en accepter une, et il se désiste automatiquement pour les autres. Il conserve cependant la possibilité de recevoir une offre pour un vœu en attente.

. s’il ne reçoit aucune proposition : le 25 juin s’ouvre la phase d’admission complémentaire. Les candidats n’ayant reçu aucune proposition pourront formuler de nouveaux vœux pour des formations où il restera des places.

Deux points d’étape sont prévus : entre le 25 et le 27 juin, puis entre le 6 et le 8 juillet pour que les candidats confirment leur choix.

Nouveauté 2019 : un répondeur automatique à compter du 25 juin.

Après la validation de son 1er point d’étape, si votre enfant est certain de ses choix, il aura la possibilité de classer ses vœux et d’activer un répondeur qui répondra à sa place et selon l’ordre qu’il aura établi,  lorsqu’il recevra une place pour être admis dans la formation souhaitée.

Se préparer au rythme de la prépa

Votre enfant a indiqué parmi ses premiers choix sur Parcoursup une classe prépa ? Quelle que soit la spécialité : prépa scientifique, commerciale, littéraire ou artistique, pour réussir, il est important qu’il se prépare bien, sans pour autant se mettre une pression démesurée. Voici sept règles d’or qui pourront lui être utiles.

 1 – Arriver dans de bonnes conditions

Le rythme de travail va être soutenu, aussi est-il est important que votre enfant ait de bonnes raisons d’y consacrer toute son énergie. Une orientation en clase prépa ne doit pas être un choix fait uniquement pour faire plaisir à ses parents ou par défaut, simplement parce qu’il est très bon élève. Il faut qu’il soit réellement motivé par les métiers et  la formation à laquelle mène cette classe prépa.

Dès le début de la première année, tout va se mettre en place très vite, y compris les DS (devoirs surveillés). Avoir un job d’été durant toutes les grandes vacances est plutôt déconseillé avant d’aborder une prépa. Pour bien démarrer, il est important qu’il arrive bien reposé,  mais en ayant tout de même amorcé l’année, particulièrement les deux semaines précédant la rentrée. Il ne faut pas qu’il passe ses journées à anticiper le programme de prépa, mais pour les scientifiques, le programme de terminale doit être parfaitement maîtrisé sans aucune zone d’ombre. Dans les autres filières, il est vivement conseillé lire les ouvrages indiqués par les professeurs. Et pour tous, se divertir en regardant des films en v.o peut être une bonne solution pour pratiquer l’anglais de façon ludique.

2 – S’organiser un cadre de vie favorable

Si votre enfant s’éloigne un peu du domicile familial, vous allez  être amené à lui choisir un logement étudiant. C’est un coût supplémentaire pour une famille, mais pour sa réussite, il est important qu’il ne perde pas trop de temps dans les transports. Il pourra percevoir les aides au logement de la CAF (APL ou ALS). Les colocations avec des étudiants suivant un cursus moins exigeant sont déconseillées. Privilégiez les solutions offrant un cadre de vie propice au travail. C’est le cas par exemple des foyers proches des lycées. Il y retrouvera certainement d’autres élèves de classe prépa. Souvent, des groupes de travail se mettent en place, et il peut bénéficier d’un certain soutien. Parfois, les repas sont proposés le soir. Cela lui permettra de se décharger de ces préoccupations d’intendance.

3 – Apprendre à se connaître et optimiser l’efficacité de son travail

Le rythme va être de sept à huit heures de cours par jour, auxquelles s’ajouteront un DS (devoir surveillé) par semaine et le travail personnel. Ténacité et méthodologie vont être les clés de la réussite. En préparant le Bac, votre enfant s’est sans doute rendu compte des moments de la journée  où il était le plus concentré et le plus efficace. Il a du  découvrir aussi, s’il ne le savait pas avant, quel était son type de mémoire. Tous ces éléments seront à prendre en compte pour l’organisation de son travail. Très vite, il devra choisir également les lieux où il  travaille le mieux. Peut-être qu’il passera du temps à la bibliothèque après la fin des cours pour éviter toute sollicitation extérieure et ne pas avoir l’impression de rester enfermé dans sa chambre, ou peut-être qu’il préférera rentrer directement pour avoir un  cadre de travail plus cocooning, et tous ses livres sous la main. Lui seul peut savoir ce qui lui convient le mieux.

4 – Travailler régulièrement

Un élève de prépa travaille en moyenne 60 heures par semaine. La plupart d’entre eux indiquent que c’est un faisant un planning  détaillé, par exemple sur excel, qu’ils sont le plus efficaces. Cela permet de bien doser le temps le travail consacré à chaque matière  en n’en laissant aucune de côté. Il ne faut pas imaginer par exemple que les lettres ou les langues ne sont pas importantes en prépa scientifique. Ce sont parfois elles qui font la différence pour départager des élèves qui sont tous excellents en maths et en physique. Il n’existe pas de planning-type. Votre enfant réservera plus de temps aux points du programme qui lui posent le plus de difficultés, en en gagnant là où il est plus à l’aise et assimile particulièrement vite. En prépa littéraire, une bibliographie particulièrement dense est donnée par les professeurs ; il faudra qu’il repère, peut-être avec l’aide d’un élève de 2ème année,  les ouvrages incontournables. Dans la plupart des matières, faire des fiches synthétiques permet de retenir l’essentiel.

5 – Veiller à son hygiène de vie et garder des temps de loisirs

Si votre enfant intègre que le parcours d’un élève de prépa est comparable à celui d’un sportif qui se prépare au marathon, il comprendra peut-être d’autant mieux qu’il est essentiel de préserver son sommeil et manger de façon équilibrée, en ne sautant jamais le petit déjeuner.

Pour l’équilibre psychologique et pour tenir la distance, il est également important qu’il se ménage des temps de repos et de de loisirs. Le sport est idéal pour évacuer le stress, mais sans contraintes. Pas de compétitions pour se mettre une pression supplémentaire, uniquement une activité choisie pour le plaisir, une à deux heures par semaine. Et s’il n’est pas sportif, ce peut être une séance de cinéma.

6 – Ne pas rester isolé

Cela aussi  est essentiel pour le bien-être psychologique. En 1ère année de prépa, c’est souvent la 1ère fois que l’on quitte le domicile familial. Le téléphone et les réseaux sociaux ne sont pas toujours suffisants pour éviter l’isolement. Si cela n’est pas trop compliqué, peut-être faut-il qu’il rentre régulièrement le week-end. Cela ne doit pas cependant l’empêcher de se créer un petite cercle d’amis dans sa prépa. Même si les élèves sont en concurrence dans le cadre du  concours, il  y a souvent une vraie solidarité qui se met en place entre les élèves qui  se remontent le moral réciproquement quand l’un deux a un coup de blues. Comme on l’a vu, les foyers peuvent être propices à cela. Si votre enfant a continué à vivre au domicile familial, il est important qu’il profite des groupes de travail organisés en dehors des cours dans son établissement, ou qu’il en constitue avec d’autres élèves. Cela ne l’empêchera pas de garder contact avec ses anciens amis, qu’il retrouvera davantage pendant les grandes vacances.

7 – Etre confiant, positif et gérer son stress

En début d’année, ses notes vont forcément chuter par rapport à la classe de terminale. Cela n’est pas fait pour déstabiliser les élèves, mais pour les amener à évoluer. Il est essentiel qu’il apprenne à prendre de la distance par rapport aux remarques négatives des enseignants, en comprenant qu’il n’est pas jugé en tant que personne. Ce sont des conseils donnés pour progresser. En listant ses points forts et ses points faibles concernant l’intégration du programme et son approche du travail à restituer, il prendra conscience des aspects sur lesquels il doit plus particulièrement se concentrer. En comparant ses notes à celles des autres élèves, il observera rapidement qu’aucun bon élève de terminale ne maintient les notes auxquelles il était habitué au lycée.

Et il faut relativiser. Comme l’indique Mickeël PROST, Président de l’UPS (Union des professeurs de classes prépas scientifiques),  « il faut savoir que la sélection se fait en amont. Il y a 17 000 places dans les écoles d’ingénieurs : autant que d’élèves scolarisés en 2ème année de prépa ».