PARCOURSUP : phase complémentaire et accompagnement personnalisé

La procédure se poursuit pour les lycéens de terminale, avec les étapes suivantes qui sont adaptées cette année pour apporter aux élèves des réponses et un accompagnement plus tôt.

Ouverture de la phase complémentaire 

Depuis 16 juin, au lieu du 25 juin l’an dernier, la phase complémentaire est ouverte pour permettre aux élèves de formuler jusqu’à 10 nouveaux vœux pour des formations qui ont des places disponibles. Elle concerne en priorité les élèves qui n’avaient pas encore reçu de proposition d’admission à cette date, c’est-à-dire ceux qui étaient en attente ou ont été refusés sur tous leurs vœux.

En 2019, plus de 80 000 candidats ont ainsi pu recevoir une proposition d’admission dans une formation de leur choix. Sur Eduscol un livret « Phase complémentaire : mode d’emploi » précise toutes les modalités de participation à la phase complémentaire. Une nouvelle page dédiée à cette phase avec un tutoriel vidéo est mise à disposition des candidats sur le site Parcoursup.fr. De nouvelles formations peuvent être inscrites régulièrement ; il est donc recommandé de consulter régulièrement le moteur de recherche des formations.

Toutes les formations supérieures disposant encore de places disponibles seront inscrites automatiquement en phase complémentaire pour permettre aux candidats de formuler de nouveaux vœux. Les établissements doivent répondre à une candidature formulée pendant cette période au plus tard à la fin du huitième jour qui suit l’enregistrement du vœu, excepté pendant la suspension estivale du délai de réponse aux vœux (18 juillet au 18 août 2020 inclus). Il s’agit d’un délai maximum.

Un point d’étape obligatoire pour les lycéens qui ont des vœux en attente

Un point d’étape est prévu du 29 juin au 1er juillet : il est obligatoire et concerne tous les candidats qui sont en attente sur tous leurs vœux mais également ceux qui ont déjà accepté une proposition d’admission tout en maintenant des vœux en attente. C’est l’occasion pour chaque lycéen concerné de faire un point sur sa situation, un mois et demie après le début de la phase d’admission :

  • pour ceux qui sont en attente sur tous leurs vœux :  c’est l’occasion de confirmer ou non les vœux qu’ils ont maintenu en attente jusque-là (ils peuvent consulter dans leur dossier les indicateurs sur la liste d’attente et la position du dernier candidat appelé) et de s’intéresser à la phase complémentaire s’ils ne l’ont pas encore fait et formuler des nouveaux vœux. Par ailleurs, ils pourront à compter du 2 juillet, au lendemain de ce point d’étape, solliciter l’accompagnement de la commission d’accès à l’enseignement supérieur (CAES) de leur académie depuis leur dossier. Cette commission étudie les dossiers des lycéens pour les aider à trouver une formation au plus près de leur projet et en fonction des places disponibles.
  • pour ceux qui ont déjà accepté une proposition d’admission tout en maintenant des vœux en attente: c’est l’occasion de s’interroger sur l’intérêt de conserver encore des vœux en attente (ils peuvent également consulter dans leur dossier les indicateurs sur la liste d’attente et la position du dernier candidat appelé)

Les vœux en attente qui n’auront pas été confirmés au cours du point d’étape seront considérés comme abandonnés.

Lors de ce point d’étape, les lycéens peuvent, si besoin, solliciter un conseil pour faire leur choix ou pour échanger sur leur dossier. Ils peuvent s’adresser à l’équipe pédagogique de leur lycée, en particulier à leur professeur principal, et aussi au CIO. Ils pourront également poser leurs questions depuis leur dossier via la messagerie « contact » ou via le numéro vert Parcoursup.

Les candidats concernés recevront  un rappel des équipes Parcoursup le premier et le dernier jour du point d’étape par mail, sms et application mobile. Les parents ayant renseigné sur Parcoursup leur adresse mail et/ou leur numéro de téléphone portable recevront ces mêmes messages.

La mise en place des commissions d’accès à l’enseignement supérieur (CAES)

Les lycéens restés sans proposition d’admission pourront dès le 2 juillet demander l’accompagnement de la commissions d’accès à l’enseignement supérieur (CAES) depuis leur dossier Parcoursup. Cette année, les CAES débutent plus tôt (avant les résultats du baccalauréat) pour accompagner les lycéens et leur apporter des solutions plus rapidement.

La CAES, organisée par le recteur avec l’ensemble des partenaires de l’enseignement supérieur, met en place un accompagnement individualisé pour aider les candidats à trouver la formation la plus adaptée à leur projet et en fonction des places disponibles.

Les lycéens concernés seront sollicités par téléphone et par mail par les équipes Parcoursup pour les inciter à demander cet accompagnement.

 

Calendrier des vacances scolaires 2020-2021

 

Zone A

Zone B Zone C
Rentrée scolaire Mardi 1er septembre
Vacances de Toussaint 

Du samedi 17 octobre au lundi 2 novembre

Vacances de Noël

Du samedi 19 décembre au lundi 4 janvier 2021

 Vacances d’hiver

 

Du 6 au 22 février Du 20 février au 8 mars Du 13 février  au 1er mars
 Vacances de printemps Du 10 au 26 avril Du 24 avril au 10 mai Du 17 avril au 3 mai

 

 Pont de l’Ascension

Du mercredi 12 mai au lundi 17 mai

 Vacances d’été

Mardi 6 juillet

Un nouveau contrat d’assurance scolaire et extra-scolaire pour les adhérents

Profitez du nouveau Bon Plan PEEP : un nouveau contrat d’assurance scolaire et extra-scolaire pour ses adhérents en partenariat avec Carrefour Assurance : 9,90€ la première année et bien d’autres avantages…

N’attendez pas la rentrée pour protéger votre enfant !

Dans les conditions particulières actuelles, nous devons dores et déjà nous préparer pour la prochaine rentrée et bien protéger nos enfants, pas seulement sur le plan sanitaire. Aussi, pour couvrir les dommages matériels et corporels que notre enfant pourrait causer à un tiers ou bien s’il se blesse lui-même, il nous faut une assurance scolaire.

C’est pourquoi, la PEEP a choisi un nouveau partenaire avec l’assurance scolaire et extra-scolaire Carrefour.

Profitez d’un tarif de 9.90 € par an par enfant (15 € les années suivantes), d’une couverture complète incluant les activités scolaires et extra-scolaires, dès la maternelle jusqu’aux études supérieures.

Le partenariat PEEP- Carrefour assurance scolaire vous permet en plus de bénéficier de nombreux avantages.

Rendez-vous sur votre nouveau site pour découvrir nos offres et profiter des avantages adhérents

https://peepasso.assurance.carrefour.fr/

Souscrivez à l’assurance scolaire de votre enfant en quelques minutes, votre attestation d’assurance est disponible directement et vous accédez, en tant qu’adhérent de la PEEP, au pack exclusif d’avantages lié au partenariat PEEP-CARREFOUR ASSURANCE.
De plus, très prochainement, pour les adhérents de la PEEP, une offre de 5% de remise dans toutes les enseignes Carrefour, dans tous les rayons (sauf carburant), toute l’année (sous forme de carte prépayée) sera disponible, et pendant toute la durée de votre adhésion.

Pour en savoir plus, consulter les garanties et les conditions générales du contrat d’assurance scolaire et extra-scolaire Carrefour Assurance. Egalement à votre disposition une Foire aux questions : https://peepasso.assurance.carrefour.fr/assurance-scolaire-et-extrascolaire (en bas de page du site).

 

« Mon ado, ma bataille » Emmanuelle PIQUET

Comment apaiser la relation avec nos adolescents

Tel est le sous-titre du livre d’Emmanuelle PIQUET paru aux éditions Payot.

Votre ado est scotché sur ses écrans, décroche à l’école, a de « drôles » de fréquentations ou vous agresse quand vous tentez de l’approcher ? En bon parent, vous vous inquiétez pour lui. Vous voulez l’aider, le protéger, l’apaiser, le responsabiliser… Vous tentez de le convaincre de changer (pour son bien évidemment!). Et toutes vos tentatives restent vaines, voire contreproductives ? Ce livre est fait pour vous ! Avec un humour décapant et une approche extrêmement subtile, originale et efficace, Emmanuelle Piquet nous fait partager dans ce livre ses nombreuses expériences et ses connaissances en thérapie brève pour aider des parents d’ados et des ados à sortir des dynamiques relationnelles douloureuses et inefficaces dans lesquelles ils se retrouvent coincés. C’est drôle, clair, surprenant et très accessible.

Les bons plans étudiants pour se cultiver et faire du sport

Vous aviez peut-être gardé l’habitude d’inscrire chaque année votre enfant dans une association de la ville où il pratiquait une activité culturelle ou sportive depuis de nombreuses années. En devenant étudiant, cela s’interrompt en général, mais de nouvelles possibilités s’offrent à lui pour qu’il continue à avoir des loisirs bons pour le corps et l’esprit !

Où faire du sport ? 

Que votre enfant soit  un grand sportif ou qu’il aime simplement retrouver ses amis de temps en temps pour courir ou faire un foot, il est important qu’il continue à prendre le temps de faire du sport en parallèle de ses études. Un bon moyen de décompresser et faire des rencontres ! À la fac, la pratique sportive est gérée par le SUAPS (Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives) ou pour beaucoup d’établissements par le Bureau Des Sports. Il pourra se renseigner auprès de son  établissement (selon sa filière, il pourra même intégrer le sport à son cursus ou avoir des horaires aménagés s’il est sportif de haut niveau). Pour la pratique hors de son établissement, s’il a quitté le domicile familial  pour étudier, il lui suffira de consulter les sites des différents clubs de sa nouvelle région, ou des Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC) de sa ville. S’il préfère pratiquer en salle de sport, sa carte étudiante peut lui permettre de profiter de réductions.

Les bons plans culture

Être étudiant lui permettra aussi d’accéder à des bons plans pour profiter de la vie culturelle qui l’entoure. Les services culturels des CROUS ont deux missions principales. Ils soutiennent la créativité étudiante en organisant des concours artistiques, des expositions, des animations en résidences universitaires. Un dispositif de subventions des initiatives étudiantes  « Culture-ActionS » est géré par les différents CROUS. Ils permettent à un grand nombre d’étudiants de bénéficier d’une billetterie proposant des tarifs préférentiels sur des places de concerts, de théâtre, … A noter · Les musées (partout en France) sont gratuits pour les moins de 25 ans. Des villes proposent par ailleurs le PassCulture.

Une année de césure à l’étranger

Votre enfant n’a pas obtenu la formation souhaitée sur Parcoursup pour l’instant, et vous avez compris qu’il avait à l’esprit de partir un an à l’étranger pour murir son projet d’orientation et progresser en anglais. Malgré le contexte actuel, cela reste possible à partir de la rentrée. Voici quelles sont les différentes possibilités

Il est encore tôt pour savoir exactement quelle sera la situation sanitaire dans le monde à la rentrée, mais d’ores et déjà de nombreux pays ouvrent leurs frontières, et notamment nos voisins européens. Partir à l’étranger peut être pour votre enfant une expérience très enrichissante à condition d’être bien préparée, et il gagnera en maturité. Pour trouver le dispositif qui lui correspond,  ESN France (association d’accueil, d’intégration des étudiants internationaux et de promotion de la mobilité, propose un site qui contient des informations officielles et complètes : http://decouvrirlemonde.jeunes.gouv.fr/. Voici par ailleurs un inventaire des possibilités :

Les chantiers de bénévoles internationaux

Idéal pour donner de son temps pour un projet d’intérêt général dans une ambiance internationale en rénovant de vieux monuments en France ou à l’étranger, mais toujours dans un contexte multiculturel.

Erasmus +

L’occasion de partir étudier dans un autre établissement, en Europe ou plus loin. Cela fonctionne si  l’école/université dans laquelle il est inscrit pour la rentrée a des accords avec des établissements à l’étranger pour envoyer ses étudiants et en accueillir dans le cadre d’échange réciproque. Les demandes s’effectuent auprès des services de relations internationales de l’établissement français, souvent une année à l’avance. Cela s’adresse donc plutôt aux jeunes qui sont déjà étudiants. Des réunions d’informations sont organisées, et il existe des bourses.

Assistant de langues ou séjours au pair

Cela peut être une bonne formule pour perfectionner son niveau de langue et tester sa patience auprès des enfants  avant de se lancer dans l’enseignement.

Les stages à l’international

La notion de stage est interprétée différemment d’un pays à l’autre. Dans certains pays, comme en France, la convention (« agreement ») est obligatoire, dans d’autres ce n’est pas le cas mais le stagiaire a le même statut qu’un salarié. En matière de rémunération, les règles sont distinctes également. En Angleterre, les stages de courte durée ne sont en général pas indemnisés.

Un job dans un autre pays

Nombreux sont les étudiants qui décident de travailler pour financer leur séjour. En Europe, la libre circulation permet à tout citoyen de l’UE de travailler comme salarié ou indépendant, sans permis de travail, dans n’importe quel pays de l’UE.
Dans les autres pays, il faut souvent un visa de travail, ou l’intégration à un programme réservé aux étudiants, tels que le PVT (Programme Vacances Travail). La demande se fait sur internet. Le PVT permet de séjourner dans le pays pendant un an (24 mois au Canada pour les français). Il n’est possible, en général, d’obtenir qu’un seul PVT dans sa vie, pour chaque pays. Pour les français, 14 pays proposent des PVT : Argentine, Australie, Canada (avec des quotas), Chili, Colombie, Corée du Sud, Mexique, Brésil, Japon, Nouvelle-Zélande, Hong-Kong, Uruguay, Russie, Taiwan.

Le volontariat international

Dans une entreprise, une ONG ou une association pour mener une mission solidaire ou non et développer de nouvelles compétences. Destiné aux étudiants et jeunes diplômés de 18 à 28 ans, le Volontariat International est une expérience professionnelle enrichissante qui constitue un véritable tremplin pour une carrière internationale.
Le volontariat peut se faire dans une entreprise française à l’étranger (VIE), au sein d’une structure française, publique ou parapublique, dans une structure publique locale étrangère (centres de recherche et universités publiques), ou enfin auprès d’organisations internationales ou d’associations agréées. Le candidat peut trouver lui-même sa mission, en démarchant les entreprises ou en consultant les offres sur le site www.civiweb.com. Dans le cadre d’un VIE, le volontaire peut occuper un emploi commercial, technique, scientifique, etc… Les missions durent 6 à 24 mois. Le Volontaire est placé sous la tutelle de l’ambassade de France et perçoit une indemnité mensuelle variant selon les pays.

Le Woofing

WOOFing est l’abrégé de World-Wide Opportunities on Organic Farms. Le principe est d’échanger quelques heures de travail, au contact de la nature, contre le logis et la nourriture. Les structures d’accueil sont regroupées dans des associations nationales qui publient des guides, avec leurs coordonnées et opportunités. Par extension, le Woofing se pratique aussi par exemple dans les auberges de jeunesse.
Le HelpX fonctionne sur le même principe, mais pas obligatoirement dans des fermes bios, et peut se trouver par internet.

Une expatriation de 6 mois ou un an bien préparée, lui permettra dans tous les cas de revenir riche de nouvelles expériences.

La formation en alternance à la rentrée 2020

L’alternance est une solution de formation très valorisée sur le marché du travail. Elle permet de combiner cours théoriques à l’école et une mise en application pratique au sein de l’entreprise. Cette année, suite à la crise liée au Covid-19, le gouvernement a mis en place de nouvelles mesures pour favoriser la signature de ce type de contrat.

Si vos enfants sont tentés par l’alternance, c’est une excellente nouvelle ! Ils vont en effet optimiser leur chance de trouver un emploi très rapidement en arrivant sur le marché du travail. Par ailleurs, s’ils ont opté pour une formation privée, l’entreprise prendra en charge le coût de la scolarité.

Le confinement consécutif à la pandémie que nous avons traversée au 1er semestre 2020 a cependant eu des répercussions sur l’expérience en entreprise des alternants. Certains contrats ont été suspendus et prolongés, et il était à craindre que les entreprises soient frileuses pour signer de nouveaux pour la rentrée 2020.

Des mesures mises en place pour la rentrée 2020

Afin d’éviter cet écueil, ou tout du moins d’en limiter les conséquences, le gouvernement a mis en place des mesures pour favoriser l’embauche d’apprentis à la rentrée, et ce jusqu’au 28 février 2021.  La prime de 4125 € actuellement versée aux entreprises va sur cette période s’élever à 5000 € pour les mineurs et 8000 € pour la signature d’un contrat avec  un apprenti majeur. Elle ne sera plus réservée aux entreprises de moins de 250 salariés pour l’embauche d’un apprenti préparant un diplôme de niveau Bac maximum, mais accessible à toutes les entreprises pour des alternants préparant un diplôme pouvant aller jusqu’à la licence .

Par ailleurs, pour laisser davantage de temps aux jeunes pour trouver une entreprise malgré le contexte, ils auront la possibilité de rester jusque six mois en CFA sans contrat, au lieu des trois mois actuels (soit jusqu’à fin février).

 Voici un rappel des différents types de contrats pouvant être proposés à vos enfants.

Le contrat d’apprentissage

C’est la forme la plus ancienne de contrat en alternance, et également la plus répandue.

Conditions d’accès

Il faut être âgé de 16 à 30 ans au début du contrat d’apprentissage (la limite d’âge a été relevée).

La formation

Ce contrat relève de la formation initiale. L’enseignement théorique est dispensé par un CFA (Centre de formation des apprentis) ou par un établissement d’enseignement supérieur (école, université,…) ayant une convention de partenariat avec un CFA. Il est diplômant : il permet de préparer un diplôme d’état du type CAP, Bac professionnel, BTS, Licence, Master,…. La durée de formation doit représenter un minimum de 400 heures.

Le statut en entreprise

L’apprenti a un statut de salarié : il signe un contrat de travail, généralement un CDD, d’une durée égale au cycle de formation. Cela peut varier de un à trois ans, selon le diplôme préparé (ou quatre ans pour les apprentis handicapés). Il bénéficie des dispositions applicables aux autres salariés, par exemple, des titres restaurants s’il en existe dans l’entreprise (au prorata de son temps de présence).

Le salaire versé à l’apprenti est exonéré d’impôts sur le revenu jusqu’à un certain seuil fixé chaque année par la loi de finances. Les parents perçoivent les allocations familiales jusqu’aux 20 ans de l’apprenti, si sa rémunération n’excède pas ce plafond. Comme tout jeune salarié, l’apprenti peut bénéficier d’allocation d’aide au logement et d’un accès privilégié aux foyers de jeunes travailleurs.

La rémunération

Voici la grille de salaire apprenti calculée à partir du SMIC mensuel (au 31/05/2020 : 1539,42 €

Ancienneté/âge 16-17 ans 18-20 ans 21-25 ans* 26 ans et plus*
1ère année 27 % du SMIC

415,64 €

43 % du SMIC

661,95 €

53 % du SMIC

815,89 €

100 % du SMIC

1539,42 €

2ème année 39 % du SMIC

600,37 €

51 % du SMIC

785,10 €

61 % du SMIC

939,04 €

100 % du SMIC

1539,42 €

3ème année 55 % du SMIC

8416,68 €

67 % du SMIC

1031,41 €

78 % du SMIC

1200,74 €

100 % du SMIC

1539,42 €

 

Pour les apprentis de plus de 21 ans, un pourcentage du salaire minimum conventionnel du poste occupé peut se substituer au montant indiqué ci-dessus s’il est plus avantageux.

 

Le contrat de professionnalisation 

Le contrat de professionnalisation poursuit les mêmes objectifs que le contrat d’apprentissage, mais il relève de la formation continue. Ses modalités d’application sont spécifiques.

Conditions d’accès

Le contrat de professionnalisation s’adresse aux jeunes :

  • âgés de 16 à 25 ans révolus, pour compléter votre formation ;
  • demandeurs d’emploi et âgé de 26 ans et plus ;
  • bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation spécifique de solidarité (ASS), l’allocation adulte handicapé (AAH) ou ayant bénéficié d’un contrat unique d’insertion (CUI).
La formation

Le contrat de professionnalisation est qualifiant. Il permet d’obtenir un diplôme ou un titre professionnel enregistré dans le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) ; un certificat de qualification professionnelle (CQP) ; une qualification reconnue dans les classifications d’une convention collective nationale.

La durée de la formation représente 15 à 25 % de la durée du contrat (au minimum 150 heures).

Le statut en entreprise

Les contrats de professionnalisation sont conclus en contrat à durée limitée ou dans le cadre d’un CDI. La durée varie en fonction de la formation choisie : de 6 mois à 1 an, voire 2 ans dans certains cas, pour la période de professionnalisation.

La rémunération

Le salaire versé à l’apprenti est exonéré d’impôts sur le revenu jusqu’à un certain seuil fixé chaque année. Les parents perçoivent les allocations familiales jusqu’aux 20 ans de l’apprenti, si sa rémunération n’excède pas ce plafond. Comme tout jeune salarié, l’apprenti peut bénéficier d’allocation d’aide au logement et d’un accès privilégié aux foyers de jeunes travailleurs.

 Grille de salaire  au 31/05/2020 

Formation initiale 16 à 20 ans révolus 21 à 25 ans révolus
Salaire minimum de base (brut) 846,68 €  

1077,50 €

Salaire minimum majoré (brut) 1000,63 € 1231,54 €

Recherche de l’entreprise d’accueil

Voici quelques sites internet utiles pour mener sa recherche :

www.en-alternance.com :

L’actualité  de l’alternance, un annuaire des formations, et également des offres. Elles sont nombreuses, de l’ordre de 5 000, mais proposées principalement par des organismes de formation. Il faut s’inscrire pour postuler.

www.jobteaser.com/fr   Des présentations d’entreprises, des vidéos sur les métiers et des offres de contrats en alternance proposés notamment par de grandes entreprises (Deloitte, Saint-Gobain, Orange,… ). Il faut s’inscrire pour postuler.

www.iquesta.com Une rubrique alternance sur ce site d’offres de jobs, de stages et d’emplois. 250 à 300 offres environ. Elles sont proposées par des établissements de formation et des recruteurs. Il faut postuler directement sur le site. Vous pouvez aussi vous créer des alertes.

jobs-stages.letudiant.fr Un annuaire des formations en alternance, des informations sur les secteurs qui recrutent, et des offres avec un lien vers les sites internet des recruteurs pour postuler en ligne.

www.pole-emploi.fr Choisir la rubrique alternance dans le menu « type de contrat ». À titre d’exemple, près de 7 000 offres proposées sur toute la France en mars 2018.

www.alternancemploi.com Des offres de formation par niveau, région et domaine.

 

Des ressources en accès libre pour se cultiver et rester en forme

Le 11 mai a marqué le début du déconfinement, mais pas la reprise des cours pour les lycéens. Pour que vos enfants puissent se cultiver de façon ludique nous avons sélectionné une série de ressources numériques accessibles  gratuitement en ce moment. Et pour pratiquer une activité physique, quelques entraînements sportifs.

Pour apprendre et se tester

. Des ressources audio et vidéo d’Arte, Radio France, Canopé, TV5 Monde… dans des domaines très variés : économie, sciences, histoire-géo, mais aussi  arts. Une belle manière de mettre à profit le confinement pour se cultiver autrement sur https://enseignants.lumni.fr/ et aussi des parties du programme selon la classe de vos enfants https://www.lumni.fr/lycee/premiere/bac-2020

. Des ressources du Ministère de la culture : voici le lien

. L’académie de Poitiers met à disposition sur son site, des fiches de révision pour les terminales L et ES.  Chaque fiche se compose de problématiques, plans du cours, rappels des sujets possibles sur le chapitre concerné,  les ressources et événements à connaitre, ainsi qu’un lexique : http://ww2.ac-poitiers.fr/hist_geo/spip.php?article1945

. Un site avec des quiz et exercices ludiques pour s’auto-corriger en français et en culture générale : http://w3.restena.lu/amifra/exos/

. Des applis pour tous les niveaux dans beaucoup de domaines, par exemple en philo pour les terminales, ou pour les élèves de 1ère impatients de découvrir la philo, ou encore en langues : https://learningapps.org/

. Pour la physique, la chimie et le numérique, un site avec  des contenus animés, d’autres interactifs Beauc

. Le centre Georges Pompidou  met à disposition des podcasts d’oeuvre

Et pour rester en forme

Même si vos enfants peuvent maintenant commencer à sortir, les activités sportives n’ont pas reprises. Ils ne sont pas tous forcément adeptes du running, et même ceux qui le sont, ont envie de varier les activités. Voici quelques tutos. Cela peut être aussi l’occasion de partager des activités avec eux.

Beaucoup de vidéos sur Youtube, chacun choisira en fonction de son niveau d’entrainement, avec  souvent la possibilité de moduler le rythme :

Pour tous : https://www.youtube.com/watch?v=3bxihqPKF08

Plus pour vos garçons : https://www.youtube.com/watch?v=B-r-MfIzl7E

 

Les premiers résultats sont tombés sur Parcoursup

Le 19 mai à 17h, les premiers résultats d’admission dans l’enseignement supérieur formulés sur la plateforme PARCOURSUP sont tombés. Les 887 681 candidats (dont 658 000 lycéens) ayant émis des vœux étaient dans l’expectative et espéraient être fixés au plus vite. Alors que va-t-il se passer maintenant ?

Une évolution rapide du nombre de places

Les candidats ont pu obtenir la réponse « oui » ou « oui, en attente d’une place » tant pour les formations non sélectives que pour les formations sélectives (BTS, DUT, classes prépas,..). A l’université, y compris pour les nouvelles filières en santé, un 3ème type de réponse a pu être donné « oui, si », impliquant de suivre un parcours de remise à niveau.

Jusqu’au 23 mai, les candidats disposent de 5 jours pour accepter, refuser ou placer en attente une offre de formation. Le délai va ensuite se réduire à 4 jours puis 3 jours.

Chaque matin, ils pourront recevoir via l’application Pacoursup de nouvelles réponses. Il n’y aura pas cette année de période d’interruption étant donné que les épreuves écrites du Bac ont été supprimées.

Quelques chiffres

A l’étape précédente, les candidats ont en moyenne confirmé 10,1 voeux, soit un de plus que l’an dernier. Cette évolution est logique car de nouvelles formations ont intégré la plateforme. Près de 7 candidats sur 10 ont formulé au moins un voeu en dehors de leur académie de résidence, soit 3 % de plus qu’en 2019.

Dès le 1er jour des résultats, ainsi que l’indique la Ministre de l’Enseignement supérieur, plus de 1,5 million de propositions ont été faites à 453 000 candidats. 71 000 d’entre eux ont accepté une proposition dans la foulée.

Pour ceux là, il ne reste plus qu’à attendre les résultats du Bac, qui seront attribués sur la base du contrôle continu. Pour les autres qui ont encore des questions en suspens, un numéro vert a été mis en place :

0 800 400 070

Du nouveau dans le calendrier Parcoursup

Pour vos enfants qui sont en terminale, voici quelques nouveautés concernant le calendrier Parcoursup, consécutives aux bouleversements liés à la crise du Covid-19.

Un fonctionnement en continu

Une suspension de la procédure Parcoursup était initialement prévue du 17 au 24 juin pendant les épreuves écrites du Bac. Celle-ci est annulée du fait de la suppression de ces écrits. Les élèves pourront recevoir des propositions en continu.

La phase complémentaire

Elle s’ouvrira dès le 16/06 au lieu du 25/06 comme cela était prévu, afin de  permettre à un plus grand nombre d’élèves qui n’auraient pas reçu de proposition, de formuler des vœux. Elle se poursuivra jusqu’au 10/09. Cela n’impactera pas le calendrier de la phase principale qui se déroulera jusqu’au 17/07 comme prévu initialement.