Mise en avant

La recherche d’un 1er logement étudiant sans stress pour la prochaine rentrée

La recherche d’un premier logement constitue toujours une étape importante, qu’il s’agisse d’un studio loué seul, en colocation ou dans une résidence étudiante.

Plusieurs solutions pour se loger s’offrent aux étudiants. Vous penserez peut-être en 1er lieu aux Résidences Sociales du CROUS, mais il y a plus de demandes que d’offres, et les admissions se font sur critères sociaux (informations sur www.locaviz.fr). Pour y accéder, les étudiants doivent constituer leur D.S.E. (Dossier Social Etudiant) avant le  31 mai. Ces logements ouvrent droit à l’APL (Aide Personnalisée au Logement).

Si votre enfant arrive dans une ville où il ne connaît personne, loger en Résidence étudiante lui permettra de se sentir moins seul.

Les résidences avec services  se sont multipliées ces dernières années, du fait de l’importance de la demande de logements étudiants dans les grandes villes universitaires. Toutes ces résidences sont généralement situées soit aux abords des établissements d’enseignement supérieur, soit en centre-ville, à proximité des transports en commun et des commerces.

Il existe des  résidences sociales gérées par des organismes de l’Economie Sociale et Solidaire dont les loyers sont plafonnés ; elles ouvrent droit à l’APL (ONLE/OSE CLUB ETUDIANT, ARPEJ,…).

Les logements sont presque toujours meublés, ce qui vous évite d’investir dans du mobilier et vous épargne le coût d’un déménagement. Elles sont généralement équipées de services collectifs variés (laverie, foyer, salle de gym, …). Lorsque ce sont des résidences para-hôtelières, elles  comportent au moins 3 des 4 prestations suivantes : petit-déjeuner, nettoyage régulier des locaux, fourniture de linge de maison, réception.  Elles ouvrent droit à l’ALS (Allocation de Logement Sociale).

Pour bénéficier d’un logement en Résidence étudiante, en particulier dans les villes où le marché locatif est tendu, il est préférable de faire une réservation très rapidement, sans attendre les résultats du Bac.

Le Club Etudiant propose 7 300 logements répartis dans 52 résidences en Ile de France et dans 14 autres villes universitaires. Elles disposent d’un bureau d’accueil avec un intendant à l’écoute des étudiants et de leurs parents. C’est le  seul organisme qui offre la possibilité de signer un contrat de location sous conditions suspensives dès le mois de mai (annulation du contrat si échec aux examens et remboursement intégral de l’acompte de réservation). Il vous permet aussi de bénéficier d’une avance sur l’aide au logement (APL ou ALS), le temps que la CAF procède au premier versement.  Vous pouvez  découvrir ces résidences et faire  une demande de dossier sur le site http://residences.clubetudiant.com

Les adhérents de la PEEP bénéficient de réductions sur les frais de dossiers qui sont payables en 3 fois sans frais, tout comme le dépôt de garantie.

 

Salon de l’étudiant Spécial Parents

Cette année encore la PEEP était présente au salon de l’étudiant spécial parents qui s’est déroulé le samedi 22 septembre à Paris.

dav

L’Etudiant, en partenariat avec la PEEP, a proposé un salon sur mesure dédié aux parents de collégiens, lycéens et étudiants. Cet événement  a pour objectif d’aider et conseiller les familles sur toutes les questions liées à la scolarité et à l’orientation mais aussi à la construction de l’avenir de leur(s) enfant(s).

Vous avez été nombreux à venir rencontrer les représentants de  parents d’élèves présents.

Retours sur Parcoursup

Après plusieurs vagues de critiques concernant la plateforme  Admission Post-Bac qui n’avait pas permis à de nombreux bacheliers 2017 d’obtenir  une inscription dans la formation souhaitée, la mise en place de Parcousup a suscité beaucoup d’espoir. Or, début juillet, de nombreux lycéens étaient encore dans l’expectative. La phase de procédure complémentaire  s’est terminée le 21 septembre. Quel bilan peut-on maintenant dresser ?

Les inscrits, les chiffres

Ce sont initialement  812 000 élèves qui se sont inscrits sur la plateforme Parcoursup afin d’obtenir une place dans la formation d’enseignement supérieur  de leur choix. Etant donné qu’il n’y avait que  753 148 candidats au Bac pour la session 2018, ce chiffre incluait des élèves en réorientation.

Cette procédure a été perçue comme stressante par un grand nombre de lycéens, car étant donné qu’il n’y avait pas de hiérarchisation des vœux, les places ont mis plus de temps que les années précédentes à se débloquer.

Les chiffres publiés par le Ministère de l’Education, le 5 septembre dernier, indiquaient que 583 032 candidats avaient reçu une proposition, mais 71 804 d’entre eux avaient encore d’autres vœux en attente.

Les Commissions d’accès à l’enseignement supérieur

Au moment de l’ouverture de la procédure complémentaire, le 26 juin, les candidats qui n’avaient pas reçu de proposition ont été invités par les services des Rectorats à demander un accompagnement par les Commissions d’accès à l’enseignement supérieur. Au 5 septembre, 7745 candidats ont bénéficié de cet accompagnement ;  181 757 ont quitté la procédure, soit parce qu’ils ont échoué au Bac, soit parce qu’ils ont intégré une formation hors Parcoursup, et l’ont signalé.

Des parcours d’accompagnement ont pu être proposés à certains élèves. Cela semble être un point positif du nouveau dispositif. Ainsi, certains étudiants suivront une licence en quatre ans au lieu de trois ans, mais avec de meilleures chances de réussite.

Les résultats

Mais  que dire des 39 513 candidats considérés comme inactifs  au 5 septembre dernier ? Une chose est certaine, ce chiffre inclut 23 726 lycéens, mais combien ont opté pour une formation recrutant en dehors de la plateforme ? Combien ont décidé de faire une année de césure en partant à l’étranger ou en travaillant un an pour retenter leur chance l’an prochain ? Combien ont été complètement découragés et ont abandonné ? A ce jour, plus de  1000 candidats accompagnés resteraient sans affectation.

Avant la fin de l’année, le Ministère fera connaitre ses conclusions et les propositions d’évolution de Parcoursup pour 2019. Il a d’ores et déjà été annoncé que l’on ne devrait pas revenir à une hiérarchisation initiale des vœux, mais il n’est pas exclu que celle-ci  apparaisse en cours de période de communication des propositions.

 

Les résultats du Bac 2018

Une réforme du Bac est prévue à l’horizon 2021, mais en 2019 les élèves de terminale seront encore confrontés aux traditionnelles épreuves écrites, éventuellement suivies d’oraux de rattrapage,  à l’issue desquelles ils pourront obtenir le fameux sésame permettant d’intégrer l’enseignement supérieur.

Quels ont été les chiffres clés du Bac 2018 ? Voici les principales informations à connaître, communiquées par le Ministère de l’Education Nationale.

Le Guide PIAU, les droits des élèves et des parents d’élèves

Maître Valérie Piau, avocate en droit de l’éducation, a choisi d’écrire ce guide afin de donner aux parents un accès à une meilleure information leur permettant de mieux suivre la scolarité de leur enfant. Elle leur donne quelques clés pour intervenir notamment en cas de professeurs absents ou pour l’orientation.

L’objectif de ce guide n’est pas d’inciter les parents à entrer en guerre contre les enseignants, loin de là. Publié chez l’Etudiant, cet ouvrage de 300 pages leur livre toutes les informations nécessaires, ainsi que des modèles de lettres pour agir à bon escient. Ainsi que l’indique Maître Piau « beaucoup de gens ignorent qu’il existe un code de l’Education, car cela ne date que de l’an 2000. C’est une protection contre l’arbitraire qui permet une certaine équité ». En cas d’absence d’enseignants, un courrier au Rectorat rappelant le droit va souvent venir appuyer la démarche du chef d’établissement demandant un remplaçant. Tout cela va dans le bons sens pour le bien des enfants. De même, vous trouverez des informations sur la scolarisation des enfants handicapés, le droit à la continuité éducative en cas de déménagement, les situations de harcèlement, …

C’est donc un Guide à ne pas manquer de glisser dans sa bibliothèque en ce début d’année scolaire. Il vous  sera utile pour tous vos enfants, qu’ils soient en primaire, au collège ou au lycée.

L’aider à bien équilibrer sa vie lycéenne et se projeter dans l’avenir

Vos enfants ont entamé une nouvelle année depuis quelques semaines, déjà ! Pour certains, il s’agit de la classe de Terminale,  charnière entre deux mondes : celui du lycée, et celui de l’enseignement supérieur. Pour ceux-ci, l’année sera bien chargée, et il sera d’autant plus important d’adopter une bonne organisation dès les premiers mois.

Un temps pour travailler

Inutile de mettre la pression à votre enfant dès le début de l’année. Il faut certes qu’il soit conscient que le  bulletin du premier trimestre sera important pour l’acceptation de sa candidature dans les filières sélectives, mais cela était déjà vrai pour les derniers bulletins de la classe de 1ère.. On est donc simplement dans la continuité. Et cela est vrai aussi, pour la préparation du Bac. L’idéal est qu’une bonne méthode de travail ait été déjà mise en place les années précédentes.

Au domicile, une bonne organisation de l’espace de travail et du matériel lui facilitera la « mise en route ». Conseillez-lui par exemple d’afficher son emploi du temps pour ne pas avoir à le chercher. S’il n’utilise pas de cahiers mais emporte des feuilles libres en classe, des classeurs avec intercalaires par matière lui permettront de ranger ses cours au fur et à mesure à la maison, et de les retrouver sans difficultés.

Si votre enfant relit régulièrement ses notes de cours, refait les exercices des matières scientifiques, et à cette occasion, prépare des fiches de révision tout au long de l’année, il aura beaucoup moins de travail au 3ème trimestre. De même, en participant en classe et en posant des questions quand il ne comprend pas quelque chose, il se mettra en situation d’écoute active, ce qui est bien différent du fait de simplement entendre un cours. Il aura moins besoin de travailler à la maison car le cours sera déjà en bonne partie assimilé.

Dès que le programme sera suffisamment avancé dans une matière, il pourra commencer à travailler avec les annales du Bac, mais ce ne sera pas pour le début du mois d’octobre !

Un temps pour s’oxygéner l’esprit

Selon les études choisies l’an prochain, votre enfant ne disposera peut-être plus d’autant de temps à consacrer à ses activités sportives ou culturelles. Même si cette année, il y a le Bac en ligne de mire, il serait dommage de l’en priver dès maintenant. Elles constituent en général des moments privilégiés qui lui permettront d’évacuer le  stress.  Elles contribuent également à la structuration de  son emploi du temps, l’incitant ainsi à organiser  son temps de travail. Pendant cette année de transition précédant l’entrée à l’université, ou peut-être dans une formation sélective, il est utile de l’amener à se projeter et s’interroger sur les activités essentielles pour lui, compatibles avec son futur cursus, et envisager déjà les choix qu’il devra faire l’an prochain.

Un temps pour s’informer et se projeter dans l’avenir

Autre élément important cette année :  le choix de son orientation. Sans doute a-t-il déjà commencé à s’informer en classe de 1ère. Si ce n’est pas le cas, il ne faut pas tarder,  prendre RDV dès maintenant avec des conseillers d’orientation et s’informer sur Internet. C’est en janvier que commencent les inscriptions sur Parcoursup. Cela arrive très vite.

La première étape est de choisir un métier, ou  tout du moins un secteur professionnel. Certains adolescents vont pouvoir conforter un choix qui se dessine depuis quelques années déjà, d’autres ont peut-être découvert un nouveau métier lors du stage de 3ème,  et pour ceux qui n’ont aucune idée, il est grand temps de s’interroger et de s’informer.

Des sites internet peuvent les y aider tels que :

Il existe également des sites par secteur d’activité, ainsi que des sites proposant des tests. L’idéal est de pouvoir aussi rencontrer des professionnels qui pourront témoigner de ce qu’est leur expérience au quotidien. Des rencontres destinées aux jeunes comme l’Aventure des métiers (à Paris, du 23 au 25 novembre) peuvent en être l’occasion, mais pourquoi ne pas se rendre également sur les salons destinés aux professionnels ?

Grand Prix PEEP 2018 des Jeunes Lecteurs « L’AUBE SERA GRANDIOSE » d’Anne-Laure BONDOUX

Bondoux84c.helie©_Gallimard

Une fois n’est pas coutume ;  en ce début d’été, nous vous proposons un roman, une histoire de famille qui nous est narrée par Anne-Laure BONDOUX. Elle vous tiendra en haleine jusqu’au bout de la nuit.

L’auteur des Larmes de l’Assassin, et de Tant que nous sommes vivants, nous offre un très beau récit de la transmission sur le thème de l’héritage familial, une véritable invitation au dialogue. Elle nous propose de très jolis portraits de femmes sur trois générations, une galerie de personnages aussi fantasques qu’attachants.

Anne-Laure BONDOUX a demandé à sa fille, Coline, de créer les illustrations, une autre façon de partager et de transmettre qui apporte une touche supplémentaire à ce roman.

Vos enfants adolescents pourront  s’identifier immédiatement au personnage de Nine, tandis que vous, parents, allez trouver une complicité délicieuse avec sa mère, la narratrice.

Nine devait aller à la fête de  son lycée, mais Titania, sa mère, en décide tout autrement. Elle embarque sa fille vers une destination inconnue, loin, jusqu’à une cabane isolée au bord d’un lac. Il est temps pour elle de révéler à sa fille un passé soigneusement caché. Commence alors une nuit de révélations, avec des souvenirs souvent drôles, parfois tragiques, des flash-backs et récits en eau trouble. Et quand l’aube se lèvera sur le  lac, rien ne sera plus comme avant…

La phase complémentaire de Parcoursup

 Pour tous ceux qui n’ont pas reçu et/ou accepté une offre de formation avant, la phase complémentaire se déroule du 26 juin au 24 septembre.

Le 26 juin au matin,  171 413 candidats n’avaient pas encore reçu de proposition ou étaient sur liste d’attente sur la plateforme Parcoursup. Ils vont avoir la possibilité de s’inscrire en procédure complémentaire. Elle concerne également :

  • Les candidats qui n’avaient pas confirmé de vœu avant le 31/03
  • Ceux qui ne se sont jamais inscrits sur Parcoursup : ils ont jusqu’au 21 juillet au plus tard pour le faire.
  • Ceux qui ont accepté une proposition d’admission en phase principale mais souhaite émettre de nouveaux vœux.

Les nouveaux voeux

Tous ces élèves auront la possibilité de formuler jusqu’à 10 vœux, sous réserve qu’il  s’agisse d’une formation ayant des places disponibles,  pour laquelle ils ne sont pas en attente ou n’ont pas déjà reçu un refus. Dans ce dernier cas, il est conseillé aux candidats d’élargir leur zone géographique de recherche s’ils sont particulièrement motivés par la formation concernée.

Les réponses des établissements

Dans la cadre de la phase complémentaire, les candidats ne pourront plus recevoir la réponse « en attente » comme précédemment, mais seulement :

  • pour les formations sélectives (BTS, DUT, CPGE) : les réponses « oui » ou « non ».
  • pour les formations non sélectives : « oui » ou « oui-si ».

Les réponses seront communiquées aux candidats de trois manières : sur leur messagerie personnelle, directement sur l’application Parcoursup, et sur  leur messagerie intégrée à Parcoursup.

Les établissements disposent  de 8 jours pour répondre aux candidats ; seules les formations sélectives disposeront d’un délai supplémentaire pendant la pause estivale, mais dans tous les cas, la date limite de réponse des formations sera affichée en face de chaque vœu.

Les délais dont disposent les élèves

Si un candidat reçoit plusieurs possibilités d’admission, il ne peut en accepter qu’une seule. De même, tous ceux qui avaient reçu une proposition pendant la première phase,  puis en reçoivent une autre qu’ils acceptent  en phase complémentaire, renoncent automatiquement à la première proposition de formation reçue.

Le calendrier de date limites de réponse, en fonction de la date de la proposition reçue, est le suivant :

  • du 26 au 29/06 : 01/07
  • du 30/06 au 01/09 : 3 jours, soit J+2
  • Le 02/09 : 2 jours, soit J+1
  • du 03 au 21/09 : le jour même

Et pour se faire accompagner …

A tout moment, les candidats peuvent obtenir plus d’informations en composant  le numéro vert 0 800 400 070, du lundi au vendredi, de 10h à 16h.

Par ailleurs, les élèves peuvent saisir la Commission d’accès à l’Enseignement supérieur en le demandant dans leur dossier Parcoursup à la rubrique « CAES ». Après les résultats du Bac qui seront publiés le 6 juillet, la Commission accompagnera tous les élèves qui n’ont pas reçu de proposition d’admission. Les candidats qui ont des besoins spécifiques (handicap, sportifs de haut niveau, élèves ayant une famille à charge ou présentant un trouble de santé invalidant) ont la possibilité de demander un réexamen de leur dossier par le Recteur.

 

Check-list pour la location d’un logement étudiant

Le dossier du candidat locataire

Dans les grandes agglomérations, le nombre de candidats locataires pour un même logement est souvent important. La priorité va donc être donnée au premier arrivé qui présente un dossier complet. 

Pour les plus jeunes, le fait d’être accompagné par leurs  parents lors des visites peut constituer un atout, si cela est possible.

Il est fortement conseillé de préparer pour chaque propriétaire un dossier propre et bien présenté avec une lettre d’engagement de la personne qui se porte caution pour vous, et les copies de tous les justificatifs que vous trouverez ci-après (ayez les originaux si possible avec vous).


Pièces du candidat locataire
  • Une pièce justificative d’identité en cours de validité, comportant la photographie et la signature du titulaire (carte d’identité, passeport, permis de conduire, carte de séjour temporaire,…) ;

 une seule pièce justificative de domicile parmi les documents suivants :

- trois dernières quittances de loyer ou, à défaut, attestation du précédent bailleur, ou de son mandataire, indiquant que le locataire est à jour de ses loyers et charges ;

-attestation sur l’honneur de l’hébergeant indiquant que le candidat à la location réside à son domicile ;

  •  la carte d’étudiant ou un certificat de scolarité pour l’année en cours ;
  •  un ou plusieurs documents attestant des ressources si l’étudiant en dispose parmi les documents suivants :

- le dernier ou avant-dernier avis d’imposition ou de non-imposition ;

- trois derniers bulletins de salaire, ou le justificatif de versement des indemnités de stage ;

- l’attestation de simulation établie par l’organisme payeur ou une simulation établie par le locataire, relative aux aides au logement ;

- l’avis d’attribution de bourse pour les étudiants boursiers.


Pièces de la personne qui se porte caution
  • Une pièce d’identité et un justificatif de domicile (les éléments acceptés sont les mêmes que pour les candidats locataires) ;
  • un ou plusieurs documents attestant des activités professionnelles : contrat de travail, attestation de l’employeur, copie de la carte professionnelle, ou kbis pour une profession libérale ;
  • un ou plusieurs documents attestant des ressources parmi les documents suivants :

- dernier ou avant dernier avis d’imposition ;

- dernier avis de taxe foncière ;

- trois derniers bulletins de salaire, les deux derniers bilans comptables pour les non-salariés, des justificatifs de versement de prestations sociales ou familiales, ou encore des pensions de retraite ;

- d’autres éventuels justificatifs de revenus tels que ceux de revenus fonciers ou des revenus de valeurs et capitaux mobiliers.

À noter

Le propriétaire-bailleur ne peut pas demander des pièces supplémentaires (décret du 5/11/2015).

Deux types de cautions

La caution simple

Elle peut contraindre le bailleur, grâce au « bénéfice de discussion », à poursuivre d’abord le locataire débiteur avant de se retourner vers le cautionnaire. Il ne sera inquiété que si la personne cautionnée s’avère insolvable.

La caution solidaire

Ce type de caution est plus largement utilisé par le bailleur, car le cautionnaire est alors au même niveau d’engagement que le locataire. Le bailleur peut donc directement lui réclamer les sommes dues par le locataire.

Pour que le cautionnement soit valable, le cautionnaire doit écrire de sa main les obligations auxquelles il s’engage et mentionner les éléments suivants :

– le montant du loyer et des charges ;

– les conditions de sa révision ;

– l’engagement de la caution pour les charges et les travaux le cas échéant ;

– la durée de l’engagement (durée limitée ou illimitée) ;

– la reproduction manuscrite de l’alinéa 1er de l’article 22 de la loi du 6/07/1989.

La caution peut être une personne physique (parents, amis,..) ou une personne morale (entreprise, banque, organisme type Actions-Logement distribuant la garantie VISALE).

Le propriétaire ne peut pas refuser la caution au motif que cette personne ne réside pas sur le territoire métropolitain ou ne possède pas la nationalité française.

Le bailleur qui a déjà une assurance privée contre les risques locatifs ne peut demander une caution que si son locataire est étudiant ou apprenti. Vous pouvez donc être concerné.


La signature du bail

Un contrat de bail doit être rédigé par écrit et comporter obligatoirement les informations suivantes :

  •  l’identité et l’adresse du locataire et du bailleur, ainsi que celle du mandataire en cas de location par le biais d’une agence ;
  •  la dénomination et le siège social si le bailleur est une personne morale (association, société…) ;
  •  la date d’effet et la durée du contrat ;
  •  les équipements et l’usage du logement ;
  •  la désignation des locaux et des équipements d’usage privatif et d’usage commun (ascenseur, cage d’escalier…) ;
  •  le montant du dépôt de garantie s’il est demandé ;
  •  la surface habitable du logement ;
  •  éventuellement la clause résolutoire de plein droit (résiliation facilitée en cas d’inexécution d’une obligation prévue au bail) ;
  •  un état des lieux et un inventaire précis du mobilier pour les logements meublés.

Dans le cas de la colocation, pour le paiement des loyers, les contrats prévoient en général une clause d’indivisibilité et de solidarité. Cela représente une garantie pour le propriétaire, car chaque locataire s’engage ainsi sur la totalité du loyer, et pas seulement sur sa quote-part.

La loi Macron modifie certaines règles de colocation. Pour tous les contrats signés depuis le 27/03/2014, la solidarité du colocataire et de son garant expirait lorsqu’un nouvel occupant figure au bail ou à défaut, une fois écoulé un délai de 6 mois.

Nouveau !  Désormais, la loi précise que l’acte de cautionnement doit identifier clairement le colocataire pour lequel l’extinction de de la solidarité met fin à l’engagement de la caution (cf. version en vigueur le 20/04/2018 de l’art 8-1, VI de la loi n°89-462 du 06/07/1989), alors que l’on parlait précédemment simplement « du colocataire sortant ».

Cela évite les risques inhérents au fait de rester caution solidaire après avoir quitté un logement.

Les documents annexés au bail
  • Une notice informative (voir www.service-public.fr\particuliers\vosdroits\F2066) ;
  • l’état des lieux d’entrée établi lors de la remise des clés ;
  • l’attestation d’assurance contre les risques locatifs que le locataire doit obligatoirement souscrire ;
  • l’énumération des équipements d’accès aux technologies de l’information et de la communication (câble, TNT, fibre…) ;
  • une copie de la convention Anah si le logement loué est conventionné ;
  • si le logement est situé dans un immeuble en copropriété, un extrait du règlement de copropriété portant sur la destination de l’immeuble, la jouissance des parties privatives et communes ainsi que sur la quote-part afférente au logement loué dans chacune des catégories de charges.

Pour les baux signés depuis le 1er avril 2016, le locataire et le bailleur doivent convenir d’appliquer une grille de vétusté. Une copie doit en être annexée au bail.

Il doit également être joint au bail un dossier diagnostic technique comprenant :

  • Un État des Risques Naturels Technologiques et Miniers (ERNTM) établi depuis moins de 6 mois, lorsque le logement se situe sur une zone couverte par un plan de prévention des risques technologiques et miniers ou par un plan de prévention des risques naturels prévisibles ou encore dans une zone de sismicité.
  • Un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE). Ce dernier est destiné à comparer et estimer la performance énergétique du logement. Etabli conformément à un modèle-type, il indique la quantité d’énergie effectivement consommée (sur la base de relevés de consommation du bâtiment ou du logement).
  • Le contrat de risque d’exposition au plomb lorsque le logement est situé dans un immeuble construit avant le 01/01/1949.
 NB :  Pour les baux qui signés depuis le 01/07/2017, concernant un logement d’un immeuble collectif dont le permis de construire a été délivré avant le 1er janvier 1975, le dossier de diagnostic technique devra également comporter un état de l’installation intérieure de l’électricité et/ou un état de l’installation intérieure du gaz.

Le diagnostic amiante n’a pas à être annexé au contrat de bail, mais doit être tenu à la disposition du locataire qui en fait la demande.

 

Des modèles-types de baux

Pour conclure une location, meublée ou non, il faut utiliser les modèles types de contrats qui ont été publiés par décret. À ces contrats, il est nécessaire d’annexer une notice explicative qui décrit les droits et obligations du locataire et du propriétaire.

Vous pouvez vous informer sur :


L’état des lieux d’entrée

Soyez vigilant lors de l’établissement de l’état des lieux. En cas d’absence d’état des lieux d’entrée écrit, le locataire est censé avoir intégré un appartement en très bon état.

Attardez-vous plus particulièrement sur les points suivants :

  •  notez toutes les taches, griffures et marques diverses sur les murs, sols et plafonds, en particulier en cas de sinistres antérieurs (dégâts des eaux) ;
  •  vérifiez le bon fonctionnement des prises électriques des interrupteurs, des appareils électriques ou à gaz. Si l’électricité ou le gaz n’ont pas encore été branchés, émettez des réserves sur le fonctionnement de ces installations ;
  •  contrôlez les équipements enclins à une usure prématurée : volets roulants, baies vitrées coulissantes, placards muraux, serrures de portes, chasse d’eau ;
  •  notez les relevés de consommation pour l’eau, le gaz et l’électricité ;
  •  si vous louez un garage fermé, prenez le temps de vérifier l’état de fonctionnement de la porte (non tordue ou voilée) et de sa serrure ;
  •  en l’absence de constatation matérielle des dégradations ou du mauvais fonctionnement des aménagements (placards coulissants…), les travaux qui découleront éventuellement de ces constations vous incomberont à la sortie des lieux.

L’état des lieux doit être annexé au bail, avec la signature originale du propriétaire ou de son représentant.

Sachez que le locataire peut demander au bailleur ou à son représentant de modifier l’état des lieux d’entrée :

  • dans les 10 jours suivant sa date de réalisation pour tout élément concernant le logement ;
  • le premier mois de la période de chauffe concernant l’état des éléments de chauffage.

Si le bailleur refuse de modifier l’état des lieux, le locataire peut saisir la commission départementale de conciliation dont dépend le logement.

Les autres formalités à accomplir :

L’assurance : une attestation d’assurance vous sera demandée au moment de la signature du bail. Le propriétaire souscrit de son côté une assurance appelée P.N.O. (propriétaire non occupant) mais c’est le locataire qui est responsable des dommages qu’il peut causer dans la copropriété : fuite d’eau, bris de glace,…

Les fournisseurs à contacter 

L’électricité

Vous devez souscrire un contrat à votre nom auprès d’EDF ou d’un autre fournisseur. Cette démarche peut s’effectuer par internet ou par téléphone.

Consultez le site : particulier.edf.fr  Attention, certaines villes possèdent des réseaux locaux (par exemple pour la ville de Grenoble le fournisseur est GEG : www.geg.fr).

Le gaz

Un contrat d’entretien pour la chaudière à gaz ou le chauffe-eau à gaz doit être obligatoirement souscrit si votre logement comporte ce type d’équipement.


L’eau

L’eau est souvent distribuée à partir d’un compteur commun à tout l’immeuble, et l’abonnement inclus dans les charges locatives.

Cependant, si c’est le cas, vous devez relever la consommation initiale au compteur et la communiquer à la compagnie, en même temps que l’ouverture du contrat d’alimentation.


L’accès internet

En résidence étudiante, vous bénéficierez souvent d’un accès wi-fi. Si vous avez un logement indépendant, une box permettra d’avoir un accès internet.

Renseignez-vous directement auprès des différents opérateurs : Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free. La fibre se développe également de plus en plus. Informez-vous auprès de votre propriétaire ou des voisins afin de savoir si votre immeuble est raccordé.

 

Agenda des vacances scolaires 2018-2019

 

 

Vacances scolaires 2018-2019

  Zone A Zone B Zone C
Vacances de la Toussaint 2018 Fin des cours : samedi 20 octobre 2018

Jour de reprise : lundi 5 novembre 2018

Vacances de Noël 2018 Fin des cours : samedi 22 décembre 2018

Jour de reprise : lundi 7 janvier 2019

Vacances d’hiver 2019 Fin des cours
samedi 16 février 2019Jour de reprise :
lundi 4 mars 2019
Fin des cours
samedi 9 février 2019Jour de reprise :
lundi 25 février 2019
Fin des cours
samedi 23 février 2019Jour de reprise :
lundi 11 mars 2019
Vacances de printemps 2019 Fin des cours :
samedi 13 avril 2019Jour de reprise :
lundi 29 avril 2019
Fin des cours :
samedi 6 avril 2019Jour de reprise :
mardi 23 avril 2019
Fin des cours :
samedi 20 avril 2019Jour de reprise :
lundi 6 mai 2019
Pont de l’Ascension 2019 Fin des cours : mercredi 29 mai 2019

Jour de reprise : lundi 3 juin 2019

Grandes vacances 2019 Fin des cours : samedi 6 juillet 2019